Lutte des classes

Accord National Interpro. Dialogue social, débâcle syndicale

revolutionLe 9 avril, les députés socialistes et radicaux ont voté le projet de loi dit « de sécurisation de l’emploi ». Face à cette charge violente contre le droit du travail, la mobilisation peine à démarrer. On a tenté d’en savoir plus sur le texte et sur les stratégies des syndicats qui s’y opposent, en allant frapper aux portes de leurs permanences lilloises.

Lire la suite...

Journalisme en fusion

carte PQRLe 16 janvier, les rédactions de Nord Éclair et de La Voix du Nord ont fusionné. Une rédaction, trois cent soixante journalistes, trois quotidiens, quatre hebdomadaires, un mensuel, une télé, des sites communautaires. Le groupe Voix du Nord (VDN), c’est du journalisme total. Tirant les ficelles, l’empire Rossel est à la manœuvre...

Lire la suite...

Bayer soigne les âmes de ses « fils d’Eichmann »

bayerSchématisons. Un groupe pharmaco-chimique comme Bayer se divise en deux branches : l’une fabrique des épidémies, l’autre les soigne. Et parmi elles, la mauvaise conscience de ses salariés. Nous avons mis la main sur une plaquette présentant une formation interne au Groupe à destination de ces « collaborateurs » qui se regarderaient avec peine dans une glace. La domestication des cerveaux progresse.

Lire la suite...

SeaFarce : un air de Concordia

seafranceEn plaçant SeaFrance en liquidation judiciaire le 9 janvier dernier, le tribunal de commerce de Paris envoyait par le fond une compagnie détenue à 100 % par la SNCF. Parallèlement, la machine de guerre médiatique traîne dans la boue la section locale de la CFDT. Retour sur une lente opération de privatisation débutée en 2008.

Lire la suite...

La Piscine de Roubaix : l’art de réécrire l’Histoire (3/3)

bouchardSix millions d’euros avec une participation conséquente de l’État français sont investis dans l’agrandissement du musée de Roubaix, pour accueillir l’atelier du sculpteur Henri Bouchard. Une collection sans intérêt qui va estampiller ce lieu : musée de la Brocante et de la nostalgie collaborationniste. Comment expliquer cela ? La Brique a décrit dans un premier article la proximité de la bourgeoisie locale avec la direction du musée et ses conséquences esthétiques. Dans un deuxième, elle a montré les liens entre l’histoire patronale du Nord et le régime de Vichy. Maintenant nous allons voir comment l’instrumentalisation du discours esthétique permet d’effacer l’histoire pour mieux la réécrire.

Lire la suite...

La Piscine de Roubaix, un musée divin (2/3)

la piscine de RoubaixDans son dernier numéro, La Brique rappelait la place qui sera faite au sculpteur Henri Bouchard, au Musée de la Piscine à Roubaix en 2013. Un « artiste » pro-nazi et membre du groupe Collaboration durant l’occupation, notoirement raciste. Une sorte d’éruption esthétique purulente due à une infection idéologique très ancienne. Elle s’explique par les liens qui unissent un patronat du Nord de droit divin et l’histoire du régime de Vichy.

Lire la suite...

Grève illimitée du tri des déchets

« On prêche la discipline aux armées de la consommation, comme si c’était nos fastueuses extravagances qui avaient rompu l’équilibre écologique, et non l’absurdité de la production marchande imposée, on prône un nouveau civisme, selon lequel chacun serait responsable de la gestion des nuisances, dans une parfaite égalité démocratique : du pollueur de base, qui libère des CFC chaque matin en se rasant, à l’industriel de la chimie... Et l’idéologie survivaliste ("Tous unis pour sauver la Terre, ou la Loire, ou les bébés phoques") sert à inculquer le genre de "réalisme" et de "sens des responsabilités" qui amène à prendre en charge les effets de l’inconscience des experts, et ainsi à relayer la domination en lui fournissant sur le terrain oppositions dites constructives et aménagements de détail. » (Adresse à tous ceux qui ne veulent pas gérer les nuisances mais les supprimer, Encyclopédie des nuisances, juin 1990.)

Lire la suite...

Le musée de la Piscine : un certain goût pour Vichy (1/3)

piscineAprès avoir exposé les artistes Othon Friesz, Paul Belmondo et le sculpteur Henri Bouchard du groupe Collaboration (qui réunit de 1941 à 1945 des intellectuels et des bourgeois se réclamant de Pétain et de la Révolution nationale) sans jamais évoquer leur participation active à Vichy, le musée de Roubaix va s’agrandir pour accueillir la donation Bouchard. La Brique consacrait dans ses numéros 26, 27 et 28 une série de trois articles sur cette drôle d’initiative.

Lire la suite...

L’art de continuer une grève

arton1200Que faut-il retenir du mouvement social contre la réforme des retraites ? Soit, la concrétisation du projet gouvernemental fait mal. Très mal. D’autant plus que les conditions nécessaires à un recul du gouvernement sur ces questions semblaient réunies. Pour autant, il semble bien qu’à Lille comme ailleurs, ces trois mois d’agitation furent l’occasion de questionnements et d’initiatives de luttes prometteuses. Pourvu que le souffle de la contestation sache se mettre en veille sans s’éteindre...

Lire la suite...

Peter Watkins, la lutte pour un audiovisuel alternatif

Photo de Corina PaltrinieriÀ une époque où la starification médiatique rythme le quotidien de nos papiers de panurge et autres petits écrans à publicité, il est bon de savoir qu’il existe des gens qui ont un message différent à partager, et gratuitement. Peter Watkins fait partie de ces gens, qui ont choisi le cinéma pour revendiquer une liberté de parole pacificatrice et assumer une critique politique radicale. Retour sur le parcours d’un réalisateur militant et fier de l’être.

Lire la suite...

Désert antinucléaire

nucleaireBande de veinards ! Vous vivez à quelques bornes de la deuxième centrale nucléaire la plus puissante d’Europe. Six réacteurs poussés à 900 MW les bons soirs d’hiver, ça pète ! Comme la première tranche de radiations a commencé à émettre il y a pile trente ans, et qu’EDF tripe déjà à la pousser jusqu’à soixante ans, on ne pouvait pas les louper. Sauf que, dans notre région particulièrement, le mouvement antinucléaire a toujours été faible. Tentons une explication.

Lire la suite...

Irradiés de l’intérieur

Presque aussi invisibles que les radiations, les 22 000 sous-traitants du nucléaire réalisent pourtant 80 % de la maintenance des centrales. Néanmoins, depuis quelques mois, certains tentent de briser l’omerta qui règne sur leur santé et leurs conditions de travail. Mais se confrontent à une machine bien huilée dans laquelle les patrons marchent sur leurs salariés comme les médecins sur leur serment d’Hippocrate. En atteste le témoignage de Philippe Billard qui bossait il y a peu à la centrale de Paluel pour un sous-traitant d’EDF S.A.

Lire la suite...

Vive la crise

fusiller

C’est ce que doit penser Fusillier en se rasant le matin. Son association Lille 2006-2008 pique le boulot du service culturel municipal (certaines mauvaises langues parlent d’une privatisation de la culture à Lille), et reçoit 1,5 million d’euros de la mairie chaque année depuis 2005. Bombaysers, Europe XXL, toutes les excuses sont bonnes. La subvention annuelle pour 2010 passe à 1,9 million d’euros. Pour justifier cette énormité, un remake de Lille3000 de mars à juillet, et la préparation d’un « Lille Fantastik » pour 2012. Le département, la région, LMCU et l’État apportent plusieurs centaines de milliers d’euros. Mais le gros lot vient du patronat local, qui décidément ne connaît pas la crise : plus de trois millions d’euros en 2009. Le raisonnement est donc simple : en 2010, plus de pauvres et plus de chômeurs, donc plus de recettes pour le grand casino de Lille, donc plus de fric reversé à la mairie, donc plus de thunes pour Fusillier et ses copains, donc plus de tourisme, donc plus de profits, donc plus de mécénat, et ainsi de suite... Pour certains, la fête continue !

Bulletin de grève

Il y a cent cinquante ans, un préfet s’étonnait que les patrons lillois fassent « fortune avec de la chair humaine ». Aujourd’hui, ce constat pourrait être étendu à toute la région, mais surtout pas par un homme comme Pierre de Saintignon.

Lire la suite...

À quand la prochaine grève ?

Ville de la solidarité ? Et puis quoi encore ! Cette foutaise ne résiste pas à la réalité salariale des 4500 agents de l’entreprise Aubry & Cie, mise en avant lors de la dernière grève qui avait fait reculer les patrons de la Ville. Il va falloir recommencer... Car la mairie de Lille (comme le PS) n’a rien de « socialiste ».

Lire la suite...

Audrey Linkenheld

linkenheldChronique d’une « socialiste » autoritaire

Il y a cinq ans, c’est péniblement que la mairie se décide à mettre des moyens supplémentaires pour lutter contre l’insalubrité. Elle sollicite les APU de Lille (Ateliers Populaires d’Urbanisme), subventions à la clef, pour l’aider à repérer les maisons pourries. L’association n’est pas contre, si « c’est selon ses conditions ». Staniec-Wavrant, adjointe en charge de l’habitat, tente alors de leur imposer « l’accompagnement social », un nombre de dossiers d’insalubrité à fournir chaque année, etc. Refus des APU : la subvention majorée ne doit pas influencer leur action.

Lire la suite...

Comment censurer ces blogs qui dérangent La Voix du Nord ? En faisant pression sur l’hébergeur...

Début 2010, de L’Error et ses potes « néogonzos » [1] de "Lille43000" reçoivent un mail de leur hébergeur internet, OVH. Cette société les somme de retirer l’article « La Voix du Nord : les Identitaires sont nos amis ! » de leur blog dans les quarante-huit heures, sous peine d’une suspension de ses services. A l’origine de cette censure ? Le service juridique de La Voix, bien entendu, et ses gros sabots encrottés… La Brique a voulu en savoir plus. En vain… ou presque.

Lire la suite...

« Nous » et « eux »

JPEG - 28.4 koLes travailleuses de Pimkie ont passé Noël et Nouvel An sur le piquet de grève. La direction va virer 190 personnes. Pendant ce temps, Gérard Mulliez plastronne dans les médias et les cénacles bourgeois.

 

En pointant du doigt le clan Mulliez, les salariées de Pimkie montrent la voie. Elles remettent sur le devant de la scène l’opposition entre « eux » et « nous ». Les bourgeois sont bien là et dans le Nord ce sont les Mulliez... et leurs alliés.

Lire la suite...

Des agents font plier la mairie

Lors des élections municipales, en 2008, Martine Aubry s’engage à diviser par deux le tarif des tickets de cantine. Mais cette promesse s’est faite sur l’usure et le stress des employé-es. Faire des économies, rationaliser, fragiliser toujours plus, les « patrons » de la Ville se sont ramassé une belle grève.

Lire la suite...

Sur le même sujet