La forêt se découpe en silence

onf nina 001 illuLa découpe forestière et la découpe sociale sont intimement liées.  Dans les forêts françaises comme ailleurs, le moteur de la rentabilité est à l'oeuvre. Pour l'Office national des Forêts (ONF), les arbres se font tronçonner au rythme des cours du bois mondialisés, avec la même brutalité que les droits sociaux.

 

La forêt de Mormal, dans l’Avesnois, est le plus vaste massif forestier du Nord-Pas-de-Calais. Dévastée par les deux guerres mondiales (1), c’est une forêt encore fragile, mais vigoureuse, connue pour sa remarquable population de cerfs. Comme toutes les forêts domaniales (2), elle est gérée par l’Office National des Forêts (ONF). Cet organisme public est censé respecter un plan d'aménagement, soigneusement conçu pour garder un équilibre harmonieux entre l’abattage des arbres destinés à la vente et la régénération de la forêt, si possible naturelle. Le tout, en permettant au public d'y batifoler et aux chasseurs d’y réguler la population animale (et humaine, à l'occasion). Ça, ce sont les missions théoriques de l’ONF. En réalité, l’office piétine allégrement les objectifs qu'il s'est lui-même fixés et découpe ses forêts à tout-va.

La forêt de Mormal en coupe déréglée

Dans le petit village de Locquignol, perdu au beau milieu de la forêt de Mormal, on sonne l’alerte. Au printemps 2017, les habitant.es découvrent avec effarement des parcelles dévastées par l’exploitation et d’imposants empilements de troncs de chênes, de hêtres et de merisiers. « Quand je me suis rendu à la forêt de Mormal, j’étais abasourdi, confirme un agent de l’ONF. Le terme "piller" n’est pas de trop. » Constitué.es en association (Mormal Forêt Agir, un bon point calembour) autour du maire du village, les habitant.es demandent des comptes à l’Office national sur la gestion de leur forêt.

La Direction de l’Office balaie les accusations de surexploitation : « C’est l’effet Idefix », argue le Directeur Général (3). Comprendre : les gens pleurent quand ils voient un arbre au sol, sans avoir la moindre idée de la façon dont on gère une forêt. Il faut donc faire de la communication, de la pédagogie, de l’enfumage (4). Un écureuil* nous souffle à l'oreille que l’ONF interdirait à ses agents de prendre position aux côtés des habitant.es. Elle préfère soutenir une contre-association (5), montée main dans la main avec les chasseurs, pour montrer l'éclatante santé de la forêt à grands coups de photos de cerfs bramant un soir d’octobre.

Mais les habitant.es ont sous les yeux les chiffres de ventes de bois fournis par l’office lui-même. On y voit très clairement qu’il a pulvérisé ses objectifs d’abattage prévus par le plan d’exploitation. 80 000 m3 de trop, près du double de ce qui était formellement prévu.

A l’ONF, on répond que ces découpes visent à anticiper les changements climatiques et l’aridité à venir. Ça paraît logique : si on coupe les arbres, ils seront moins nombreux à souffrir du réchauffement climatique. Pour notre écureuil, il est surtout impossible aujourd’hui de prédire ce que nous promet la phase de dérèglements climatiques qui nous arrive dans la tronche. Et du coup, couper les arbres préventivement est une absurdité. Forêt Agir a porté l'affaire devant le juge des référés d'Avesnes-sur-Helpe.

Si tu veux vendre ton arbre,  prétends qu’il est malade

Le cas de la forêt de Mormal n’est pas isolé. « Si l’ONF y fait résonner les tronçonneuses aujourd'hui, c’est parce les forêts de Compiègne et celles de Normandie ont déjà été saignées avant elle », nous sifflote un merle* (6). De fait, un peu partout en France, elles sont soumises à une exploitation toujours plus intensive.

La surexploitation de la forêt répond à un objectif à court terme : mettre sur le marché le bois à forte valeur, le plus vite possible, pour tenter de maintenir les comptes de l'office au-dessus du sol. On vend les arbres les plus chers et les plus volumineux au détriment d'une gestion durable. Or, « la temporalité du bois nécessite une gestion prudente », nous alerte un chevreuil* : « Il y a un net retard des investissements au sein de l'ONF, au niveau des routes forestières ou de la lutte contre les maladies. On est obligé de lancer des souscriptions auprès du public pour assurer la protection des arbres. En cas d'aléa climatique, on n'aura pas les moyens de réagir. »

Les gestionnaires de l'ONF creusent l'ornière, d'autant plus que le bois se vend sur le marché mondial (en Chine notamment) et que celui-ci est au niveau plancher. Y injecter des millions de mètres cubes supplémentaires ne fait que le maintenir au plus bas. Gérer les forêts en fonction d'un marché immédiat est de fait incompatible avec la préservation d'arbres qui se développent sur un ou plusieurs siècles. Or, l'ONF a besoin de la vente du bois pour se financer. Et il en a besoin maintenant, tout de suite. Le bois seul ne suffit pas, on brade aussi de petites forêts, de l'immobilier pourtant rentable, on recourt aux artifices et autres manipulations comptables à courte vue.

 Encadré : L'ONF, l'office qui gâche la forêt

La forêt française est une richesse patrimoniale entretenue depuis des siècles. Composée en majorité de feuillus (60 % de la surface), elle a toujours fait l'objet de plans de gestion, depuis les Romains jusqu'à Napoléon, en passant par Philippe le Bel et Colbert. Elles ont été gérées et développées afin d'assurer l'approvisionnement en bois et l'abondance des réserves de chasse. Aujourd'hui, c'est l'Office national des Forêts qui est chargé de leur protection, de leur développement, mais aussi de leur exploitation. L'Office assure aussi des missions d'accueil du public, d'entretien des routes et des chemins forestiers et gère la chasse.

Comme la SNCF, l’Office National des Forêts est un EPIC, un Établissement Public à caractère Industriel et Commercial. Il a la particularité de relever de deux ministères : celui de l’agriculture (productiviste) et celui de l’écologie (inexistant). Par statut dérogatoire, il emploie des fonctionnaires, qui représentent aujourd'hui 58 % des 10 000 salarié.es. Surtout, l'office est autonome dans sa gestion. Ce qui signifie qu’il est censé équilibrer ses comptes tout seul, grâce à ses recettes_: la vente de bois, mais aussi les permis de chasse, plus des missions d’expertises dans les forêts privées. En réalité, l'Etat met régulièrement la main à la poche, pour pallier l'urgence.

 

Les forestiers craquent

Comme pour les autres secteurs publics poussés vers la privatisation et la rentabilité, la pression sur les salarié.es ne fait que s’accentuer au rythme des réformes et réorganisations internes. On fait plier les forestier.es jusqu’à la rupture. On élague l’ONF toujours un peu plus, jusqu’à ce qu’il crève de lui-même. On pourra alors l’abattre sans scrupules ni pleurs d’Idéfix et vendre tranquillement le tout à la découpe.

Ce qui se joue au sein de ce discret organisme public rappelle fortement ce que traverse la SNCF actuellement et les heures fatales de la privatisation de France Télécom. On purge l’organisme public de ses fonctionnaires depuis une quinzaine d’années déjà. Plus de 2200 postes (ETP) ont été supprimés, pas moins de 20% de la masse salariale (ils ne sont plus que 9000 aujourd'hui) (7). Pourtant, ce n’est pas le statut de fonctionnaire qui pèse dans la situation économique catastrophique de l’organisme, mais bien la gestion douteuse de ses directions successives.

« Très préoccupante » : c’est ainsi que la cour des comptes qualifie la gestion 2009-2012 de l'office. Dans un rapport publié en juin 20148, elle estime que l'ONF a un peu trop tendance à recourir à la dette, non pour réaliser les investissements dont elle a un besoin criant, mais pour financer les dépenses de fonctionnement. Elle crée aussi des filiales à tort et à travers « dont l'activité ne rapporte rien à l'ONF », ici pour un téléphérique, là pour un camp de vacances en cabanes, tellement tendance. Une décision prise en 2006 pèse particulièrement lourd dans les comptes : le rapatriement au sein de l’office des pensions de retraites (9). Ce qui implique un doublement des cotisations retraites, pour un poids de 441 millions depuis 2006.

 onf nina 001 illu

 

Dubreuil, le bûcheron social

Christian Dubreuil, l'actuel Directeur Général de l'Office, a été cuisiné par le Sénat (10) sur la gestion de l'organisation. Face aux accusations des sénateurs et sénatrices, notamment sur les rapports sociaux, il euphémise. Du bout des lèvres, il reconnaît des « crispations internes » à son arrivée, en juillet 2015. Il faut dire que sa réputation l’a précédé et qu'elle sent le brûlé : « Il n’a pas une réputation éblouissante, confie un membre de l’ONF à Mediapart (11). Il n’écoute pas et il est brutal, sa psychologie n’est pas adaptée à ce poste, prendre la direction d’un établissement de la taille de l’ONF demande du sang-froid ». Pas à la hauteur, Dubreuil ? Il est pourtant énarque. Il œuvrait depuis 2010 à la tête de l’Agence des Espaces Verts (AEV) d’Ile-de-France. En 2015, voyant le vent tourner à la tête de la Région, il est opportunément nommé par Hollande à la tête de l’office forestier. La blague, c'est qu'il a aussi été inspecteur du travail dans une autre vie. A peine a-t-il mis un pied à l'ONF qu'il montre l'étendue de ses talents : la numéro 2, Geneviève Rey, n'aura pas le temps d'emmener ses affaires, elle est invitée à prendre la porte illico. Elle avait eu l'audace de se porter candidate à la Direction.

Suivront nombre d’autres cadres et responsables, dégagé.es les un.es après les autres. A leurs places, Dubreuil n'hésite pas à y asseoir ses anciens amis de l’AEV. Il en va ainsi de son ancien adjoint, Eric Goulouzelle, qui occupe désormais la Direction Générale Seine-Nord, celle de la forêt de Mormal. Or, les nominations sont supposées être discutées lors de commissions administratives paritaires, en présence des syndicats. Ceux-ci affirment, preuve à l'appui, qu'ils ne servent que de faire-valoir : les décisions sont prises avant même l’établissement de la commission. Pire, des pressions sont exercées sur celles et ceux qui voudraient se porter candidat.es à un poste interne sans l'accord de leur direction. De fait, les exemples ne manquent pas qui confirment ces méthodes à l'échelle de tout l’organisme. Les mises au placard, refus de mutation ou d’avancement ne sont pas des cas rares. Les syndicats sont unanimes pour dénoncer le mépris généralisé de la part des directions, qui manient l’insulte, la menace, voire les poursuites envers leurs propres agent.es.

L'Office National des Enfoirés

Les syndicats dénoncent depuis longtemps le mal-être au travail, endémique au sein de l’entreprise. La perte de sens, l’isolement, en particulier pour ceux et celles qui sont sur le terrain. « Nous n’avons pas compris tout de suite ce qui se passait, admet Philippe Berger (SNUPFEN). Il a fallu attendre 2005 pour commencer à percevoir le phénomène de suicides et commander une enquête. Cela concerne surtout des personnels de terrain, des ouvriers, qui ont un rapport affectif à la forêt. Ils en parlent comme 'nos' forêts ».

Les tragédies se succèdent dans toute la France : les syndicats en recensent 45 depuis 2005, jusqu’à 6 par an en 2010. Il a fallu un drame médiatique, le 13 février 2013, pour que la situation soit exposée au grand jour. Jean-Claude Ramsamy, originaire de la Réunion, était en poste dans les Ardennes. Depuis 5 ans, il demandait sa mutation vers la Réunion, en vain. Une mise au placard suite à la dénonciation d'actes de corruption supposés. Il se rend sur l’île de lui-même, pour être reçu par la Direction régionale. D’une balle, il abat le secrétaire régional, avant de retourner l’arme contre lui. Ce fait divers n'a rien remis en cause, si ce n'est un DRH, comme n'ont pas eu d'effet les rapports alarmants commandés par les syndicats (12), à faire bouger significativement la direction. Elle continue à écarter la question comme on écarte une branche : « De grâce, ne parlons pas de vagues de suicides et intéressons-nous à la question sociale sur un mode moins dramatique », ose se défendre Christian Dubreuil devant le Sénat. Quatre suicides ont encore été recensés par les syndicats l'an dernier.

En décembre 2017, les syndicats claquent d’un même geste la porte des comités techniques, des comités d’hygiène et sécurité et des commissions syndicales et nationales. Un coup d'éclat unanime « faute d’être entendus en interne et exaspérés de ne voir prises en compte aucune de nos alertes lancées et réitérées tant auprès du conseil d’administration que des ministères de tutelle ».

Ils dénoncent unanimement le « climat de terreur » qui règne depuis la nomination du nouveau président. La liste des griefs est longue : le « management agressif visant à isoler les personnels et les opposer entre eux, le non-respect des instances syndicales, leur non prise en compte dans les décisions, l’illégalité de la gestion (dans le placement des personnels) ». Et les syndicats perçoivent clairement « l’accélération de la privatisation de l’emploi, au délà de ce qui avait été prévu » par le Contrat d'Objectif et de Performance (COP) défini avec le ministère. Tou.tes veulent remettre à plat la gestion et les missions essentielles de l’ONF. Ainsi que la question des moyens pour les assurer. Avec un préalable : le départ de la Direction.

L'intersyndicale mène depuis décembre des actions de sensibilisation auprès du public. Des opérations Forêts fermées un peu partout en France, de l’information, des appels aux associations de protection des forêts. À l’heure actuelle, on ne peut pas dire que le sujet passionne les foules. « C’est vrai que certains trouvent que c’est un peu gentillet, admet Philippe Berger, de la SNUPFEN. Il faut dire que nous sommes moins de 10 000, éparpillés sur le territoire. Mais on n’exclut pas de passer au niveau supérieur. » Il suffirait que les arbres se joignent à la lutte. « Peupliers de toutes forêts, aux arbres ! »

Tom
Dessin : Nina

*L'espèce de notre interlocuteur a été modifiée.

1. Pour la petite histoire, un éléphant du zoo de Hambourg a même été utilisé par les Allemands pour débarder massivement le bois lors de la guerre 14-18.

2. Les forêts domaniales sont propriété de l’État.

3. Audition de Christian Dubreuil le 21 mars 2018, devant la commission des affaires économiques du Sénat. Voir plus loin.

4. En mars 2017, le ministère de l'agriculture et de la forêt (S. Le Foll donc) annonce une grande campagne de communication à 10 millions d'euros. Depuis, les bilans annuels de l'ONF se sont transformés en plaquettes de comm' aux allures de calendrier des postes. L'un des objectifs de la campagne est de « prévenir les risques de protestation du public contre l'exploitation des forêts, en cherchant à provoquer une prise de conscience de la nécessité de couper des arbres pour entretenir les forêts et récolter du bois ».

5. Association Objectif Mormal, fondée par des chasseurs. Il apparaît dans ses statuts qu'elle se doit de « respecter les institutions ».

6. Le « subtil équilibre » des forêts picardes, France 3.

7. Rapport final du CHSCT ONF - 13 juin 2014.

8. Rapport de la Cour des Comptes sur la gestion 2009-2012, rendu public en septembre 2014.

9. SNPA ONF FO : Le poids du CAS PENSIONS à l'ONF.

10. Audition de Christian Dubreuil devant la commission_des Affaires économiques du Sénat.

11. ONF: la nomination du nouveau DG inspire crainte et méfiance, Mediapart, 14 juillet 2015.

12. Rapport d’expertise sur les projets de réorganisation et de réduction des effectifs de la Direction Générale de l’ONF, CHSCT - 13 juin 2014 ; Rapport du cabinet SECAFI présenté au CHSCT de l’ONF en mai 2016.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...