Eolane Roncq : 125 salarié.es dans le vent

eolEolane est un fabricant de matériel électronique. Implanté en France, en Chine, au Maroc, en Estonie et en Allemagne, le groupe crie cocorico et se présente comme « leader français des services industriels en électronique et solutions connectées ». Parmi ses clients, la crème de l’industrie : Thalès, Safran, EADS ou encore Rolls Royce. Son président, Paul Raguin, se revendique sur le site de la boîte de La légende du colibri initiée par Pierre Rabhi, arnaque langagière qui, selon le boss « privilégie les solutions locales, qui sont en prise sur le réel et le terrain, par opposition aux solutions globales qui génèrent un grand désordre qui nous dépasse. […] Alors, Eolane sera une entreprise constituée de personnes exemplaires où il sera possible de travailler ensemble dans la joie. »

Une joie que n’auront sans doute plus la chance de connaître les salarié.es des sites de Vailhauquès (Hérault), de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) et les 125 salarié.es du site de Roncq. Pour Sébastien Chatelier, directeur général en charge de la « transformation et du développement », et neveu du fondateur, les solutions locales ont un tout autre sens : « En France, nous sommes en surcapacité industrielle : nous avons trop de sites et trop de moyens humains pour rester compétitifs. »

Licenciements et délocalisations made in France

Bien que les sites aient des carnets de commande bien remplis – l’usine de Roncq réalise à elle seule 26 millions d'euros du chiffre d’affaire – la majorité des salarié.es est payée au SMIC et le groupe annonce sa réorganisation sous le joli nom de Cap 2020 : « Nous sommes à l’affût d’opportunités à l’étranger ». Pour Kamel, délégué syndical : « Ils veulent augmenter les marges en développant à l’étranger. En réunion de comité de groupe, on ne parlait déjà plus de mon entreprise, je me demandais même ce que je faisais là. » En cause, la nouvelle « gouvernance » du fond d’investissement français, Hivest Capital Partners, entré au capital en juillet 2017. Celui-ci se présente comme une « société française » qui lève « des fonds dédiés aux PME françaises » dont une bonne partie provient de la banque publique d’investissement et du fonds européen d’investissement. Kamel bouillonne : « on va être licenciés avec de l’argent public ! »

Monologue social

Malgré les efforts des salarié.es, la fermeture est prononcée fin septembre. Et le groupe ne fait pas dans la dentelle. Le 18 décembre, un panneau « À vendre » est hissé sur le site de l’usine. Fin janvier, un nouveau responsable est nommé. Des négociations ont été ouvertes : « On nous a d’abord fait miroiter qu’on tombait sous le coup de la loi Florange, qu’il y aurait un repreneur. Or quel repreneur pourrait reprendre le site de Roncq sans carnet de commandes et sans machines ? »

piquet eolane

Aujourd’hui, la direction n’est pas en état de garantir le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) qui donnerait des « avantages » liés à un licenciement économique : négociation de la durée de congés de reclassement, accès à des projets de reclassement et des formations. L’état de la trésorerie de Roncq laisse craindre le dépôt de bilan, qui laisserait encore plus les salarié.es sur le carreau.

Les employé.es sont donc en grève illimitée depuis le 23 février. Le 26, une photo est publiée sur Facebook : on y voit la voiture du nouveau directeur surnommé « Monsieur le liquidator » entourée de pneus, et plus loin un tas de palettes couronnées virtuellement d’une flamme. Il n’en faut pas moins à l’individu pour contacter un huissier, téléphoner à la préfecture et rencontrer un commissaire de police. Il annonce : « Je doute que la grève "illimitée" soit suivie très longtemps. On verra lundi. Cordialement. » Ouais, cordialement !

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...