Franc CFA : les chaînes des économies africaines

À Dakar, Abidjan, Bamako ou Lomé, pour acheter leurs kilos de patates douces les habitant-es doivent payer en franc

 

CFA. Cette monnaie utilisée dans quinze pays souverains, anciennes colonies françaises, est imprimée par la Banque de France... en Auvergne. Cinquante ans après les indépendances africaines, elle continue d’être une mine d’or inépuisable pour la France.

 

 

Les nazis pendant la deuxième guerre mondiale avaient introduit les monnaies coloniales pour s’octroyer un pouvoir d’achat exorbitant dans les pays conquis [1]. En 1945, De Gaulle et son bras droit Foccart s’en inspirent pour créer le Franc CFA (pour Colonies françaises d’Afrique). Il s’agit d’un système complexe d’accaparement des richesses, un moyen d’acheter pour une bouchée de pain des matières premières indispensables à « l’indépendance énergétique de la France » si chère au Général. À propos du CFA, il déclarait : « La France n’a pas d’amis, elle n’a que des intérêts à protéger ». Au moins c’est clair. Le principal levier, c’est le taux de change entre l’Euro et le CFA. En le modifiant, la France peut décider du jour au lendemain qu’un kilo de cacao ivoirien – comme toute autre ressource de la zone – lui coûte deux fois moins cher. Elle l’a fait en 1994 : la dévaluation décidée par Balladur a divisé par deux la valeur du CFA [2]. Conséquence immédiate : l’appauvrissement automatique des économies concernées.

Enrichir la France

Cette mainmise de la France sur la monnaie cache aussi un incroyable trésor : les « comptes d’opération ». Ils ont été créés officiellement pour garantir la stabilité financière de pays naissants, notamment en maîtrisant la hausse des prix. Mais ce dispositif permet aussi que 50% [3] du montant de toutes les transactions extérieures de la zone CFA soient placés sur un compte du Trésor français. Par exemple quand la Côte d’Ivoire vend pour un million d’euros de café, c’est 500 000 euros qui viennent grossir ce compte français. Une sorte de deuxième compte en banque, dans lequel la France puise pour éponger des déficits, faire des placements et même pour prêter de l’argent aux États africains, avec évidemment des intérêts... Une cagnotte qui représenterait aujourd’hui douze milliards d’euros [4].

Économies inféodées

Les rares présidents africains ayant tenté de s’émanciper de ce système l’ont douloureusement appris. Sylvanus Olympio, président du Togo l’a payé de sa vie en 1962. Mais la plupart des dirigeants s’accommodent très bien du CFA, plus préoccupés par leur enrichissement personnel et bien remerciés par les grandes multinationales. Ces dernières n’ont aucun intérêt à ce que le pouvoir monétaire change de main. « Le franc CFA n’existe et n’est bienfaisant que pour la France. Jamais on ne parle de l’intérêt de la France. Pourquoi le cacher ? Il est pourtant multiple : rapatriement des bénéfices de ses entreprises, [...] fixation d’une clientèle pour ses productions », explique Odile Tobner de Survie [5]. La France s’active dans l’ombre des coulisses diplomatiques pour garder la main sur ses anciennes chasses gardées. Sardou peut dormir tranquille : « le temps béni des colonies » a de beaux jours devant lui…

Manuel Z

Notes

[1Voir « Le Franc Enchainé », René Sédillot, éditions Sirey, 1945.

[2En 1945, 1 FF = 50 Fcfa. En 1994, 1 FF = 100 Fcfa.

[3Avant 1973 ce taux était de 100 %.

[4lesechos.fr.

[5Association en pointe sur la lutte contre la Francafrique, voir survie.org.

À lire : Le Franc CFA et l’Euro contre l’Afrique,
Nicolas Agbohou, éditions Menaibuc, 2008.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...