N°46 – Printemps 2016 - Tout est sous contrôle

une numero46SOMMAIRE DU N°46
p.6. Brèves
p.15. BD de Sido Blaster
 
Couverture d'Achille Blaster
 
P2. Édito "Assignation à résistance"
P3. Dans l'arbitraire d'État
Muriel Ruef, avocate au barreau de Lille, est allée défendre deux personnes assignées à résidence devant le Conseil d'État. Elle nous promène dans les méandres de la mécanique judiciaire désormais orchestrée par l'état d'urgence. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que ça fait flipper.
 
P.4-5. La peur au cœur de la machine démocratique
Détendez-vous ! Pour votre sécurité, vous n'aurez bientôt plus de libertés... Tel pourrait être le slogan du gouvernement alors que l'état d'urgence est en passe d'être inscrit dans la Constitution. Dernière manifestation en date d'une dérive sécuritaire sans limite où la peur est devenue un dispositif politique implacable de contrôle et de soumission des populations.
P.6. Brèves
p.7. Plongée dans la cybersécurité
Fin janvier se tenait le 8e forum international de la cybersécurité au Grand Palais de Lille. Récit d'une infiltration au cœur de la menace cybernétique et de sa riposte.
p.8-9. Travail : le sale air de la peur
Pascal, Jérémy et Marie sont respectivement informaticien à Auchan, préparateur de commandes et chargée de l'accueil du public à Chronodrive. Trois parcours croisés, trois métiers différents, mais une même peur au travail, la leur ou celle de leurs collègues. Apparaissant sous des formes les plus banales, ce sentiment devient envahissant, et finit par devenir inacceptable.
p.10-11. Les Olieux de la misère. La rue pour seul refuge.
Depuis juin 2015, le parc des Olieux, à Lille, recueille quelques dizaines de mineurs isolés étrangers (MIE), confrontés à une violence à laquelle ils ne s'attendaient pas : les autorités se renvoient la balle et laissent dans la rue des gamins qui ont risqué leur vie pour fuir la misère de leurs pays.
p.12. Vidéo-surveillance : les yeux de la tête.
Les caméras fleurissent dans les espaces publics. Rares sont les villes qui refusent désormais de céder aux mouchards urbains, qu'importent leur coût et leur inutilité avérée. En 1999, à peine 60 communes osaient s'équiper de caméras de surveillance, encore sujettes à la méfiance du grand public. Quinze ans plus tard, les références à Georges Orwell sont passées de mode, c'est la ruée vers l'observation numérique : 2384 communes en sont désormais équipées et les nouveaux dossiers d'autorisation se bousculent au portillon de l'administration.
p.13. Sous la vigilance des sociétés privées.
Ils sont partout : depuis les attentats, impossible de faire ses courses, d'aller au ciné ou au concert sans se faire gentiment inviter à ouvrir son sac, voire cordialement palper. Agent de sécurité privé, un métier d'avenir ?
p.14. Surveiller la surveillance
En septembre dernier Martine Aubry, maire de Lille, officialise son adhésion à la vidéo-surveillance, comme si la ville en était préservée jusque là. L'occasion pour La Brique de faire un 360° de la situation locale avec un contributeur de lille.sous-surveillance.net, un site collaboratif qui cartographie l'emplacement des caméras sur la métropole depuis 2013 et qui propose des ressources critiques contre les technologies de flicage.
p.15. BD de Sido Blaster
p.16-17.  « La France est le laboratoire de l'islamophobie européenne »
Abdellali Hajjat, maître de conférence à l'université de Nanterre, a publié avec Marwann Mohammed, chargé de recherche en sociologie au CNRS, un ouvrage fort bien documenté sur la construction historique par les élites politiques, médiatiques et intellectuelles d'un « problème » musulman. Il revient pour La Brique sur les tenants et aboutissants des discriminations islamophobes.
p.18. Pour vivre peureux vivons cachés
Aux promeneurs du dimanche, le quartier Beaumont, à Croix, offre son lot de riches demeures pittoresques, de jardins bucoliques où brûlent des tas de feuilles sous l'ombre des tilleuls centenaires... et ses voisins vigilants, prêts à appeler les agents de la police municipale pour de simples allées et venues scrutées depuis leurs fenêtres. En fait, Beaumont, c'est comme une Zone À Défendre... mais de droite.
p.19. Casser du sucre à la pioche
Dans la boîte mail de La Brique, un texte de six pages nous est parvenu. Celui d'Éric, cordiste. Travaillant dans des endroits difficilement accessibles, il nous livre un témoignage édifiant sur le boulot auquel il est encordé.
p.20. Bd de Florent Grouazel

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...