Procès Mauroy - Charlie : Les journalistes roupillent au tribunal

Une élue lilloise contre un hebdo médiatique, y’avait de quoi réveiller les journalistes préposés aux chroniques judiciaires. Las des procès soporifiques qui rythment leur vie, c’est avec un grand engouement qu’ils ont couvert « L’affaire » du mois [1].

 

Y’avait foule. France Roi, La Voix du Mort éclair, 20 biloutes, l’AFP… Tous là pour assister au procès intenté par Brigitte Mauroy contre Charlie Hebdo pour diffamation. Dans un article publié en mars 2008, Antonio Fischetti taxait l’élue UMP de se rendre « complice » des mutilations génitales féminines (MGF), à travers certains de ses écrits parus en 2004. Notamment que le prépuce du clitoris, « ce repli, peu développé chez les Occidentales est beaucoup plus long chez certaines Asiatiques ou Africaines, ce qui fait procéder à une circoncision ». Propos aux échos phallocratiques, qui ne reposent sur aucun fondement scientifique, et que les coupeuses de clito avancent régulièrement pour justifier leurs actes.

Dans le hall du TGI, le journaliste de Charlie se fait photographier, filmer. Les confrères du coin ont mis en œuvre un important dispositif pour couvrir l’événement. Impatients, ils frétillent autour de leur grand frère parisien. Pendant ce temps, un jeune pauvre prend de la « zonz’ » avec sursis. Le soir ou le lendemain, aucune image de Fischetti, ni aucun de ses propos hors procès ne sera diffusé par la presse.

15h. On commence sans Mauroy [2]. Les journalistes gratouillent leurs carnets mais très vite les paupières se font lourdes. Arrive Sabreen Al’Rassace, témoignant pour l’hebdo. Les confrères sursautent : « Sabrine quoi ?! » Les yeux brillants, ils s’approchent de la jeune femme : «  Excusez-moi, vous pourriez épeler votre nom ? » Son nom n’apparaîtra dans aucun média [3]. Les pauses clopes pour certain-es, les appels pour d’autres, les font fuir définitivement la torpeur de la salle. Peu d’entre eux demeurent.

A 18h, l’avocat de Charlie termine sa (très) longue plaidoirie. C’est la fin. 2000 euros pour chaque prévenu (Val et Fischetti) ont été requis par le proc’. Les confrères se réveillent… et « informent » :

A 18h11, sur Nordeclair.fr « en direct du tribunal », on peut lire que le proc’ a requis une amende sans « en préciser le quantum » et que l’avocat de Charlie « a fait une très courte plaidoirie » (!). A 18h50, la locale de France 3 titre son reportage constitué d’images d’archive (!) « Polémique gynécologique », plagiant ainsi le Nord éclair du matin [4]. A 19h, la régionale ne compte que « 2000 euros contre le journal ». A 20h45, l’AFP se souvient de « 1.000 euros chacun ». Le lendemain, Nord éclair qui parle de « presque sept heures de débat » (!), doute : « de l’ordre de 1000 ou 2000 euros ». Pour La Voix, c’est seulement « 2000 euros ». Pareil pour 20 min

Un carnet, un stylo, un GSM, deux heures à tuer… Pourquoi pas faire journaliste ?

J. de l’E.

Notes

[1Pour un récit plus complet voir « Brigitte Mauroy attaque un journaliste » et « Le récit d’un procès de presse », www.lille43000.com.

[2Le soir, les JT de France 3 NPDC diffuseront des images d’archive de Mme Mauroy.

[3Nord éclair ajoutera le lendemain : «  Le défilé des témoins n’apportent pas grand-chose ». En réalité les témoignages ont tenu une place centrale dans le procès. Ils ont permis de comprendre toute la dangerosité des écrits de Mauroy.

[4Fischetti avait titré son second article consacré à Mauroy « Polémique clitoridienne ».

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...