« On veut visiter l'expo ! »

1.nuitdebout 14avrilIl fait beau ce jeudi à 17h30 sur la place de la République à Lille. Ça tombe bien, c'est l'inauguration de la candidature de la France de l'exposition universelle pour 2025. Quelques containers sont posés là, surplombés par une énorme bulle où sont projetées des images dignes d'un film d'anticipation anxiogène. Dans cette grosse boîte et devant les médias, la petite délégation d'élu.es est tout sourire : Martine Aubry, Jean-René Lecerf, Xavier Bertrand... serrent une petite pancarte « Lille #jeveux2025 ».

 

Comme sait le faire Aubry, une petite sauterie est organisée dans le Musée des Beaux-Arts, à cinquante mètres de là. Toutes les huiles locales y sont conviées. On ne pouvait pas rêver mieux pour lancer Nuit Debout dans l'action ! Durant la cérémonie, quelques personnes lisent des textes à haute voix. Alors que le rassemblement reçoit depuis quelques jours des invitations insistantes à déguerpir pour laisser la place à l'Expo, la veille l'AG avait une nouvelle fois décidé de rester à République. C'est à croire que le RG présent tous les soirs ne fait pas son boulot.

 

2.nuitdebout 14avril

 

Le timing parfait

 

Pour le plus grand plaisir des Nuit Debout, les élu.es, costards-cravates, et bourgeois.es doivent, pour avoir accès au champagne et petits-fours municipaux, traverser l'espace occupé par Nuit Debout. Une trentaine de personnes sort soudainement des casseroles et des cuillères. Sous ce tintamarre, la procession des nanti.es se dirige, penaude, vers son lieu de ravitaillement. L'hilarité fait l'unanimité dans la foule des cuisinier.es. (Vidéo n°1)

1.nuitdebout 14avril

La seconde erreur a été d'oublier de fermer l'entrée de service à l'arrière du musée... L'action anticipée se transforme en action spontanée. Une à une, les personnes feignent de partir et se rassemblent discrètement derrière le bâtiment. Une partie du groupe se faufile à l'intérieur. Tandis que dehors, au son du saxophone, une cinquantaine de Nuit Debout se dirigent vers la réception et commencent à taper contre les vitres. Quelques pétards claquent pour signifier leur présence. Le vigile du musée est un peu débordé. Aubry interrompt son meeting, apparaît à la vitre, désarçonnée. Elle croise à ce moment-là le groupe intérieur qui lance des slogans contre la loi El Khomri. Prise de court, elle tournicote de rage, puis vient leur dire : « L'expo universelle, ça n'a rien à voir avec la loi El Khomri. En plus, ça va créer des emplois » (vidéo n°2). Sur le parvis, une compagnie de CRS repousse la bande hilare vers la sortie.

 

Diversions humoristiques

 

Le groupe, chauffé à blanc, est curieux de savoir ce que contient cette expo universelle. Il se dirige en masse vers le lieu. Les CRS protègent le spot, barricadent toutes les entrées. Le groupe décide de jouer la carte de l'absurde et tourne en rond autour de la fontaine. Les flics, désappointés, n'y comprennent rien. Un tour, dix tours de fontaine, et puis le groupe faignant la discipline se met en file indienne, comme pour faire la queue à cette fameuse expo. La police interdit l'entrée, même aux visiteurs venues pour l'occasion. Las d'attendre, le groupe part et fait le tour. Ça se met à taper sur les parois aux cris de « on veut visiter l'expo ! ».

3.nuitdebout 14avril

 

On rigole encore une fois et le groupe laisse l'expo derrière elle. De nouveau, le rituel quotidien de l'agora prend place : l'AG va commencer. Cette action, à peine anticipée, est probablement la première action spontanée et directe qu'a connu le mouvement lillois depuis ses débuts. La cinquantaine de personnes en action cohabitaient d'ailleurs avec environ 150 autres, qui parallèlement, débattaient au sein des commissions. Cette répartition des forces militantes est à la fois instructive sur les modalités d'organisation du mouvement, mais devrait aussi interpeller sur l'articulation entre action et réflexion, et de son efficacité politique.

 

  Vidéo n°1 (extérieur)

 

 Vidéo n°2 (intérieur)

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...