Edito N°03 - Frontière

numero03Les êtres humains ont la « bougeotte ». Ce sont des gens qui se déplacent pour différentes raisons, tantôt subies (guerre, expulsion...), tantôt choisies (tourisme, travail...), soit les deux. Pour étudier ces migrations, il existe des géographes, des sociologues... Les chefs des êtres humains, qui peuvent être roi, empereur, pape, imam, maire, général ou président de la république, ont inventé des frontières pour réguler ces déplacements : « La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre ! ». Les plus connues, celles qui nous viennent directement à l’esprit, sont celles entre Etats.

Les franchir sans autorisation peut être un délit, à moins de céder aux charmes des sirènes militaires qui appellent à défendre les intérêts de votre pays chéri. L’im-migration, c’est-à-dire le franchissement des frontières, vu de l’ “intérieur”, est présentée comme un problème majeur à résoudre pour les pays riches. Les étranges personnes d’ailleurs et de là-bas deviennent la source de ce « problème » : la guerre à la pauvreté, c’est surtout la guerre aux pauvres, en chair et en os, et non aux conditions de vie. Le sans-papier, l’immigré mais aussi le ou la précaire, l’assisté-e, deviennent tous et toutes responsables, et par là, nuisibles. L’immigration dite « choisie » résume bien l’idéologie qui nous tombe sur le coin de la gueule. « Nous », car celles et ceux qui ne rentrent pas dans leur système sont voués à être des étranger-e-s. Le franchissement du rubicon risque d’être difficile à admettre. En France, depuis le 6 mai 2007, c’est la fin de la « repentance ». Quelqu’un se rappelle ? La France est un pays d’immigré- e-s, depuis toujours et encore plus depuis un siècle (un tiers de la population a une descendance immigrée à la première, deuxième ou troisième génération). La France est le pays industrialisé qui doit le plus à l’immigration. Plusieurs générations de gouvernants n’ont pas attendu le 6 mai 2007 pour en finir avec la repentance. « Sarkozy a oublié », comme chantent les sans-papiers en manifestation chaque mercredi dans les rues de Lille, mais pas seulement que « ses parents sont étrangers ».

Certains et certaines se déplacent par nécessité, d’autres pour faire la guerre. Les Tziganes ou les Rroms en ont fait un mode de vie. Et ceux et celles qui n’ont cure des frontières se font toujours un peu ennemis de l’Etat, donc de nos chefs. Ça se paye ! N’imaginez pas le contraire. Les frontières existent aussi à l’intérieur d’espaces plus restreints. Dans une ville, par exemple. Prenez les quartiers de Lille-Sud et de Fives, coupés petit à petit de Lille par le périphérique 2X3 voies. Ces deux quartiers sont aujourd’hui au coeur de l’aménagement urbain moderne, version nouveau millénaire et sauce lilloise. Ils sont donc l’objet de convoitises : les classes supérieures ont besoin d’espaces. Une frontière n’est donc pas indestructible. C’est pourquoi les gens qui décident lancent leur Grand Projet Urbain, qu’on peut qualifier d’urbanisme libéral. La Brique a prêté son oreille et toute son attention à cette solution miracle pour « désenclaver » les quartiers populaires de la métropole lilloise. On déplace les gens qui y habitent par des destructions et des reconstructions. Qui n’y aurait pas pensé ? Les politiques de la ville depuis presque 40 ans se recyclent à l’aide de nouvelles stratégies qui « oublient » de donner la parole aux premiers intéressé-e-s : les habitants et les habitantes de ces quartiers. Vous l’aurez compris, une frontière est donc d’abord une limite dans la tête des gens, pas dans l’espace. L’espace, lui, il s’en fout. Journaliste ou pas, La Brique interroge toutes ces frontières, qu’elles se situent sur les marches du tribunal ou sur un terrain vague de Calais, qu’elles délimitent les quartiers populaires ou un enfermement carcéral. Welcome to Nord Pas de Calais !

Le collectif de rédaction

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...