Edito N°11 - Vous reprendrez bien un peu de grève ?

Fnumero11iction séditieuse

La fin du procès approchait. La cour avait pris sa décision. Mais avant de rendre le délibéré, la présidente demanda : « Accusés, levez-vous je vous prie. La cour aimerait entendre une dernière fois votre éditorial, qui fait l’objet des poursuites. Veuillez le lire. » Les « accusés » s’exécutèrent. L’un d’entre eux se mit à lire :

« Une insurrection qui ne sait précisément pas ce qui vient. Une vague invisible devenue soudain si spectaculaire. La caméra tourne. 1, 2, le micro est OK : devant nous, la révolution est en représentation. Les journalistes, rapporteurs de la police, décorent, maquillent et mettent en scène. Ils distribuent ensuite les rôles à des comédiens, qualifiés trop aisément de « terroristes », « ultragauchistes », etc.

La mascarade est sédative. Elle occupe le devant de la scène, évolue, se transforme. Mais ce qu’elle cache ne change pas. C’est toujours le même réel : pendant que certains s’engraissent, tout en essayant de dissimuler leur double menton derrière un nœud de cravate trop serré… d’autres crèvent de froid et de faim. Un homme jovial, aux joues grassouillettes, qui conçoit, vote et exécute les lois. Et un autre, une femme, au visage émacié, lapeau meurtrie par le froid, qu’on assiste, réprime et enferme. L’inégalité. L’iniquité. La « démocratie moderne ».Retour ligne automatique
Tout s’affaire. Le Pouvoir parade au milieu de la scène. Ricane au moindre débrayage. De la main droite, il tape et bâillonne les insoumis-es. De la main gauche, il se déleste de quelques pièces charitables, frappées d’un cuivre vieilli. Il transforme l’or du peuple en charbon exploité. Il transforme tout sur son passage et impose une idée de progrès. Le spectacle prendra fin lorsque les insoumis-es transformeront à leur tour… Mais le sédatif est puissant. Nos télévisions sont toujours allumées. Nos fauteuils aussi confortables. Le film n’est pas terminé.Retour ligne automatique
Les scénaristes ont élaboré une histoire sans fin. Lorsque leur idéologie est devenue mondiale, ils ont proclamé la « fin de l’histoire », pour ne plus avoir à s’en soucier. Mais l’Histoire est toujours là. Dévastatrice comme à son premier jour. Comme une vague qui déferle. Se déroule doucement. Glane les complaintes. Gonfle. Et n’oublie pas. Non. Elle n’oubliera pas les transformations. Elle n’oubliera pas comment les maîtres ont transformé le mot « commerce » en « solidarité ». « Servage » en « salariat ». « Contestataire » en « conservateur ». « Régression » en « modernisation »… Elle n’oubliera pas non plus comment leur « démocratie » a été inventée par les riches. Comment « pouvoir du peuple » a toujours signifié « pouvoir de l’argent ».

Ce papier sur lequel nous écrivons pourrait se transformer en mur. Les murs de nos villes, libérés de toute censure. Le peuple pourrait ne plus avoir peur de se défendre. Il se transformerait en une onde incontrôlable. Les insoumis-es se rassembleraient sans aucune nationalité. Et comprendraient leur supériorité. Le spectacle serait submergé de réalité.Retour ligne automatique
Le seul espoir pour les générations futures réside dans la destruction méticuleuse du décor et des déguisements. »

La juge se leva brusquement : « Sédition ! C’est une sédition ! La cour vous condamne à la peine maximale ! » Elle ordonna aux gardes de saisir les accusés-es. Et dans la salle, contre toute attente, les femmes et les hommes, spectateurs jusqu’à présent, se soulevèrent…

Le collectif de rédaction

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...