La belle affaire des « normes de pollution »

Les normes diminuent et réduisent les pollutions. Elles ne les font pas disparaître. Elles leurs permettent de perdurer. Elles maintiennent un seuil de pollution. Elles légitiment l’hypocrisie d’un système qui construit des seuils d’acceptabilité pour l’inacceptable, qui gangrène la vie pour les profits d’industries inutiles.

Depuis des décennies la préfecture multiplie les rappels à la loi au regard du « code de l’environnement » ou autres normes. Un bras de fer constant où, comme souvent, elle a un temps de retard sur ceux qu’elle traque. Un jeu bureaucratique et législatif dont les habitant-es font les frais. Les documents publics rassemblés montrent que ces « normes » ne sont pas toujours respectées par Exide [1], ou qu’elles ne prennent pas toujours en compte les mesures adéquates pour prévenir les risques [2]. Tant de rappels à la loi nous font dire que, loin de l’image « responsable » que veut se donner l’entreprise, il n’y a que la contrainte qui la fait agir [3]. Ce qui apparaît surtout comme une évidence, c’est qu’aucune norme de pollution au plomb n’est tolérable. L’entreprise peut se défendre de « respecter les règlements qui lui sont imposés ». Le problème de cette pollution, c’est justement aussi celui des lois et des normes qui lui permettent d’exister encore, de continuer à contaminer le quartier et sa population. Le syndicaliste FO que nous avons interrogé souligne : « Les normes de pollution d’Exide sont en dessous des normes européennes ». Vaine bonne foi ! Quand ce sont ces règlements qui participent à l’empoisonnement de l’humanité et au désastre écologique de la planète. Tant que ces lois existeront et que des personnes n’auront d’autres choix que de travailler dans ces fabriques de mort, Lille Sud, ou un autre coin de ville ou de campagne, ou du tiers monde baignera dans le plomb et des travailleurs s’intoxiqueront.

Notes

[1En 2009, un contrôle inopiné montre des écarts entre les mesures de l’auto-évaluation et celles de l’inspection

[2La même inspection révélera qu’il faut changer les capteurs de l’usine, qui ne détectent pas certaines particules fines.

[3À plusieurs reprises la préfecture est obligée d’exiger la mise en place d’un réel plan de gestion des sols.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...