Lille Sud un quartier plombé de longue date

plomb lille sudDepuis plus d’un siècle une partie de Lille Sud est contaminée par une pollution industrielle au plomb. Fait de l’entreprise TUDOR Inc., devenue CEAC, puis Exide Technologies, qui fabrique toutes sortes de batteries. C’est en rejetant des poussières chargées de plomb par ses cheminées que l’usine contamine l’air et les sols, et ce dès 1901. À l’époque l’exploitation du plomb est alors plus rude qu’aujourd’hui : aucune réglementation n’existe pour protéger les travailleurs, les riverain-es, encore moins l’environnement. Cette exploitation sauvage a infesté les sols du quartier.

Pire du pire, des HLM y ont été implantées et Lille-Sud est devenu ce vaste quartier populaire où les pauvres s’entassent. Pendant des décennies, les terrains se sont gorgés de plomb. Parcs, jardins privés, publics, terre-pleins sont infectés à différents niveaux. Si les rejets atmosphériques n’ont plus rien à voir avec ceux d’autrefois, ils se poursuivent de nos jours à hauteur « des normes » en vigueur. Mais peut-on décemment définir des « normes de pollution » pour des éléments aussi dangereux que le plomb ? Peut-on laisser des habitations à proximité alors que les retombées de poussières ne cesseront pas tant que l’usine tournera ? Tous les outils mis en place pour contrôler cette pollution ont pour but de la minimiser. Jamais de la stopper. Ces « normes environnementales » et ces seuils, apparaissent comme un alibi pour de l’empoisonnement légal, réglementé, encadré, dissimulé.

Si la vision d’une Lille « culturelle », commerciale et touristique s’impose, comme celle d’un Vieux-Lille richard avec ces vitrines luxueuses, on connaît moins les quartiers périphériques comme Lille Sud. Sa géographie de relégation sociale - derrière le périph’ ; son commissariat central – un des plus gros d’Europe ; son épicerie pour les pauvres – à base de produits périmés ; son Faubourg des modes – un délire politicien de plus qui tourne au fiasco... Quand il s’agit de mettre un terme à la pollution de l’air, des sols, et des eaux de Lille-Sud ? C’est plus délicat. On peut parier que si l’usine avait été située à Marcq-en-Baroeul ou à Mouvaux, dans les quartiers bourgeois près des fils et filles de « bonnes familles », elle serait déjà fermée depuis belle lurette.

Une étude « imprégnation des enfants par le plomb 2002-2005 » montre pourtant l’étendue de l’activité polluante de l’usine. Elle restera confidentielle car le comité de pilotage décide d’étouffer l’affaire pour tenir à l’écart les médias et le public. Et pour cause : 1500 enfants sont scolarisés dans le secteur de l’usine. Ils sont plus vulnérables au plomb, qui, en se fixant dans le sang génère des troubles physiques et cognitifs importants. Chez l’adulte, en fonction de l’exposition, les troubles sont réversibles ou non. C’est la loterie qu’impose l’entreprise à ses ouvriers, aux gens du quartier. Mais le plomb reste toxique, peu importe sa concentration.

Aujourd’hui, en apparence, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes industrialisé. La pollution est invisible. Le Grand Projet Urbain emmené par Lille Métropole (LMCU) construit les HLM de demain à cent mètres de l’usine. Exide assure son auto-évaluation et communique elle-même auprès des habitant-es, offrant un cadre d’objectivité et de transparence sans faille... La mairie de Lille joue un double jeu : elle demande la fermeture du site en 2008, et feint d’en défendre les emplois en 2009. Elle refuse de s’exprimer sur le dossier. Des bruits de couloir disent qu’elle veut sauver la face en terme d’emplois, mais se retrouve prise en tenaille par les retombées politiques du dossier et une possible fermeture de l’usine avant qu’elle n’ait payé pour la dépollution. Rassurez-vous pour la conscience des « socialistes » lillois, ils sont habitués à avoir le cul entre deux chaises. Inquiétez-vous pour votre santé, ils choisissent souvent la mauvaise... A Lille, ils ont préféré l’emploi et les profits de certains contre notre santé.

L’histoire d’Exide n’est pas une exception. Si nous choisissons d’en parler, c’est que nous sommes des habitant-es de Lille Sud. Nous sommes conscient-es que ce n’est qu’un dossier parmi d’autres. Et plus de mille sites industriels ont été listé sur le territoire lillois.. Cette enquête n’est donc pas un scoop, ni un scandale : c’est juste le quotidien que nous impose l’industrie partout dans nos régions. Et bien sûr à la fin, ce sont encore les pauvres trinquent.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...