La République des “Pères Poules”

Officiellement, la France compte deux millions de chômeurs. Beaucoup plus si on ajoute les précaires et les temps partiels. Certains n’ont pas eu la chance d’aller pointer à l’ANPE. Pour peu qu’ils portent un nom respecté. France, patrie des privilèges !

 

Dans le paysage politique régional, tout le monde connaît la famille Derosier. Je voudrais le père ! Président socialiste du conseil général du Nord, l’un des plus gros départements de France, élu conseiller général pour la première fois en...1973. Autant dire un patron. Eh bien, comme les patrons de PME des années cinquante, le chef embauche sa famille pour le seconder dans sa lourde tâche. Philippe, le fiston, nanti d’un beau parchemin, s’épanouit au grade de directeur, un emploi important. Las ! La justice s’en mêle et met fin au conte de fée il y a quelques semaines. Philou va-t-il devoir pousser la porte des agences de chercheurs d’emplois ? Mais non. Il retrouve illico un bon job - à 4000 euros brut - dans un de ces organismes HLM qui fleurissent autour des bons établissements si doux et si accueillants pour les membres d’une même famille. On dit qu’il est capable. Mais il est surtout bien né.

On connaissait la famille politique, avec cartes d’adhésion et camaraderies diverses, on découvre la famille héréditaire. Évidemment, il ne s’agit pas de cas isolés. Pierre Mauroy, à la communauté urbaine de Lille, et Daniel Percheron, au Conseil régional, ont aussi orienté ou casé leur progéniture dans les institutions où ils officient. Prenons le cas des collaborateurs de cabinet. Un statut très spécifique (et différent du CDD ou du CDI) autorise légalement l’embauche de qui l’on veut pour se constituer une garde rapprochée. Une sorte de quota prétorien. Des postes “politiques” pour faire le lien entre la machine administrative et les fonctions purement politiques, justement. La tentation est alors grande d’offrir une sinécure à l’un de ses enfants, son épouse ou autre.... La liste serait longue et l’on peut raisonnablement penser que si chaque cabinet ne dispose pas automatiquement d’un fiston ou d’une fifille, ce n’est pas l’envie qui manque.

Dans cette France qui compte, non plus 300 000 demandeurs d’emploi comme au bon vieux temps des Trente Glorieuses, mais des chômeurs ou des travailleurs précaires par millions, le privilège devient douloureux... Retour à l’Ancien Régime ! Reste le cas des protégé-es pour services rendus ou attentions de tous les instants... Une faveur en vaut bien une autre. Mais la loi française sur la protection de la vie privée les préserve au-delà de toute convenance.

NB : Remarquons que cette pratique sévit également dans les entreprises privées...

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...