Génération identitaire a son dentifrice humanitaire

generation 1Alors qu’on les pensait planqués pour l’hiver, voilà les militants de Génération Identitaire (GI) qui ressortent le mufle. Les petits soldats jaunes du groupuscule se sont offerts quatre courtes sorties, les 11, 21, 24 et 30 décembre, largement relayées sur leurs réseaux sociaux. (...)

Il y a quelques mois, GI avait déjà cherché les lumières médiatiques avec des «tournées de sécurisation» du métro lillois orchestrées suite à la publication des chiffres de la délinquance dans les transports. Depuis quelques semaines, le mouvement d’extrême droite a mis en place, au niveau national, l’opération «Génération solidaire». Après la Normandie et la Lorraine, c’était donc au tour des militants lillois d’exhiber leurs tronches de nazillons[1].

Support your local SDF». Passons vite sur l’usage de la langue anglaise, de la part d’un groupe qui prétend pourtant défendre l’identité régionale. Car l’essentiel est ailleurs: «Les pouvoirs publics ayant abandonné les français qui vivent dans la rue au profit de clandestins qu’ils logent dans des hôtels, (nous) nous devions avec nos propres moyens d’agir contre cette injustice et de venir en aide aux nôtres avant les autres», explicite le tract. La démarche a déjà fait ses preuves – et quelles preuves: «dans les six derniers mois, il y a eu trois agressions contre des Rroms de la part de SDF. À chaque fois c’était après le passage de Génération Solidaire», nous expliquait récemment une personne participant à des maraudes[2].

generation 1

Du coté de la Mairie de Lille, on affirme qu’aucune demande d’occupation de l’espace public n’a été déposée. Selon les commerçants du marché, la poignée d’Identitaires n’a heureusement pas été vernie. L’un d’entre eux témoigne – «ils n’ont pas eu de chance, ce matin là il faisait froid et il pleuvait, les pauvres ils sont restés deux heures» – , avant de tomber des nues lorsqu’on lui rapporte qui se cache derrière la couverture Solidaire. Et évidemment, lorsqu’on interroge les bénévoles des maraudes qui restent, eux, plus de deux heures tous les soirs dans les rues lilloises, personne ne les a vus. Encore un coup d’éclat sans lendemain. Proposer un tri raciste de la misère, le tout grimé en élan solidaire: Génération Identitaire renoue avec ses vieilles et putrides habitudes. «Si Yves était Rom, il aurait peut-être eu droit à une chambre d’hôtel», peut-on lire en en-tête de leur groupe Facebook. Les conditions de vie de la famille de la petite Rrom récemment décédée[3] éclairent d’un jour cruel le dégueuli verbal des Identitaires. Cette fois-ci c’est vrai: le Père Noël est une ordure.

Harry Covers

Notes

[2](2)Voir «Sous les blousons jaunes, la peste brune», La Brique n°40, p.17.

[3](3)http://lavoixdunord.fr/region/francesca-une-petite-rom-de-deux-mois-et-demi-est-morte-ia19b0n2579023

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...