Opération prémonitoire chez les Mulliez

mulliez2Le 7 Mai 2016, C'est sous un soleil généreux que le rendez-vous est donné pour une opération « pique-nique fiscal ». Les RG sont bien évidement de la partie, garés dans une rue du le quartier. Sauf que, l’action se déroule en dehors de leur juridiction… en Belgique, direction Néchin.

 

Un cortège d’une vingtaine de voitures bientôt rejoint par des cyclistes se retrouve dans la célèbre planque des évadés fiscaux nordistes. À l’initiative des interluttant.es 59-62, une troupe composée de militant.es de Sud Solidaires, d'habitué.es de Nuit Debout, se grime aux couleurs bleu-blanc-rouge. Bien loin de l'action identitaire, il suffit de prêter l’oreille pour comprendre que l’action se veut fondamentalement potache. À la sono résonne des chansons qui tournent en dérision la thématique de la France : « Liberté mon cul » de Katerine, « Ne m’appelez plus jamais France » de Sardou ou « Champs Élysées » de Joe Dassin. À la bonne franquette, on sort nos pique-niques et on partage les victuailles. Installée dans un champ au soleil, la troupe n'a qu'un but : faire un joyeux tapage pour d’illustres riverains… la Famille Mulliez.

mulliez3

Auchan Élysée


À deux cents mètres de leurs jardins, drapeaux français à la main et vêtements tricolores, l’équipe scande « nos radis contre vos paradis ! », « on veut récupérer nos riches ». Et pour cause, les Mulliez, ce sont près de 500 membres et qui pèsent plus de 39,94 milliards d’euros (Auchan, Kiabi, Decathlon, Leroy Merlin, Banque Accord, Midas, Norauto, Tape À L’œil, Brice, Jules, Pimkie, Top Office, Cultura, Pizza Paï, Saint-Maclou, Flunch, Boulanger, Kiloutou…). L’impôt sur les sociétés étant extrêmement avantageux en Belgique, c’est ici que plusieurs de leurs membres ont élu résidence à 900 mètres de la frontière et à moins de 5km d’Auchan Leers, l’un des premiers magasins construit à la fin des années 60. Parmi eux, Patrick Mulliez qui ne paye que 135 € d’impôts pour 1,1 milliard d'euros de revenus en 2014.

mulliez1


Une silhouette est visible dans un jardin, certain.es vont à sa rencontre. Le dialogue est bref. « Ah mais les Mulliez n’habitent pas ici. Vous vous trompez. Ils habitent plus loin ». On taquine néanmoins la Néchinoise : « Êtes-vous liée à un grand groupe financier international ? » Sa réponse est d'un classique : « Ça ne vous regarde pas ». Secret des affaires, fin de l’entretien. Le ventre plein, le groupe lance l'enquête et vérifie l'ensemble des adresses où réside les membres de la dynastie d'évadés fiscaux. Une cinquantaine de personnes arbore de petits drapeaux français et s'élance dans la rue principale de la ville. Les voisins curieux finissent par prendre la chose avec humour. Les banderoles sont comiques : « Auchan de bataille », « Rendez nous nos riches » ,« Rendez nous Mulliez, on vous cède Johnny ». Aucune réaction de la famille, si ce n'est qu'un portail s'est ouvert et que le convoi s'y est hasardé quelques longues minutes en vain. Après tout, ils sont peut-être en vacances loin d'ici.

mulliez5

 

On est bientôt rejoint par la maréchaussée belge qui ne sait trop comment réagir. L'action terminée, on rejoint le parking pour récupérer les voitures. Mais un fourgon bloque la sortie. Les flics veulent le nom d’un responsable. Refus absolu du collectif. Ils appellent leur supérieur qui débarque une demi-heure après en civil. Arborant un t-shirt d’un club de karaté, l’homme se montre finalement sympathique : « Vous savez, vous prêchez un convaincu. » L’ambiance se détend. Quand les interluttant.e.s soumettent les montants d’imposition des Mulliez, l’officier lâche : « Même moi, je paye plus d’impôt qu’eux ». On aimerait parfois que leurs homologues français aient le même discernement. Retour au bercail, opération « Auchan Élysée » accomplie.


Ironie du sort, on retrouve dans la Voix du Nord, pourtant plus habituée à lustrer les pompes des huiles économiques locales qu'à leur taper dessus, les façades des demeures devant lesquelles le collectif a, trois jours plus tôt, clamer sa colère. En sous-titre, « Perquisition en cours dans des propriétés du groupe Mulliez pour des soupçons de fraude fiscale ».

Vous avez dit « soupçons »?

 

 

Crédit photos : https://www.facebook.com/InterluttantsNordpasdecalais

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...