Petite histoire d’un bout de terre

Les deux premières Briques vous ont informés de l’arrivée du nouveau casino à Lille. La troisième vous rappelle l’histoire du site sur lequel il va
s’implanter. Le parc des Dondaines sera de nouveau amputé au nom du « dynamisme », de la « mutation » et sans la participation de la population.

 

Aujourd’hui coincé entre Caulier et Lille Europe, le parc des Dondaines tombera de nouveau sous les coups de boutoir du développement urbain. Adossé au complexe scolaire Arthur Cornette, ce bout de terrain sera bientôt « mangé » par un lieu de glorification des jeux d’argent, beau programme pour nos chers bambins. Enfin…apparemment c’est indispensable pour le développement et l’image de notre ville.Retour ligne automatique
Le parc des Dondaines tient son nom de l’ancienne appellation d’une des rives du Becquerel (un confluent de la Deûle qui traversait le faubourg de Fives) : « Dosdasnes ». Le site était occupé pendant les années 70 par un important bidonville. Dans le cadre des grands travaux menés par Pierre Mauroy, le bidonville fut rasé pour laisser place à un parc de loisir pour les enfants du quartier.

Au cours de sa jeune histoire le parc a dû se plier aux multiples exigences des politiques et urbanistes : il s’est transformé sous les avancées du quartier Lille Europe. La création du périphérique, de la ligne de TGV et aujourd’hui d’un « pôle loisir » (casino et hôtel de luxe) continuent à morceler le terrain et participent à la baisse sensible de sa fréquentation (maintenant utilisée comme argument pour empiéter sur le site). Si la volonté municipale avait été celle d’une mise en valeur et d’un maintien des activités, le parc des Dondaines abriterait toujours un site d’escalade unique en son genre (construit par Jean Pattou en 1976 et aujourd’hui démolit, cf. photo), un centre équestre qui accueillait les enfants des quartiers extérieurs au centre ville (mais il faut dire que les chevaux ça pue et en plus ça rend les investisseurs frileux) et tout simplement un espace vert qui aurait pu être un des plus beaux de Lille. La ferme pédagogique située dans le parc est la seule structure qui ait survécue aux différents remaniements. Elle donne depuis 1999 un nouveau souffle au site, avec notamment des enclos de part et d’autre côté de la rue Eugène Jacquet : l’impression d’un bout de campagne.Retour ligne automatique
Mais la décision des politiques était tout autre. L’appellation de « Parc des Dondaisnes », qui lui confère un statut particulier, ne l’empêchera pourtant pas de devenir un terrain à bâtir, une réserve foncière pour faire avancer toujours plus les bâtisses de Lille Europe.

Le nouveau projet de l’équipe municipale sous l’impulsion du groupe Vert est pourtant, selon Eric Quiquet, « d’installer une culture de jardins publics dans la ville ». Notamment par le développement d’une ceinture verte reliant les différents espaces verts de Lille. Mais ce projet nécessite une interdiction de construire sur les sites concernés : la mairie aura-t-elle le courage de s’opposer aux promoteurs ? Aujourd’hui, le parc amputé d’un côté, sera agrandi de l’autre.

Dans l’histoire de ce site, les relations entre la population et les pouvoirs publics peuvent être résumées par une succession de rapports de forces à chaque nouvelle transformation. Dès la démolition du bidonville, la population s’était mibilisée contre le déracinement de l’énorme marronnier qui fut plus tard classé au niveau national. Par la suite, les projets d’autoroute et de délocalisation du centre équestre furent également l’occasion d’une opposition de la population. Qu’en sera-t-il pour le casino ?

AD

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...