Prison de Sequedin : rien de doit filtrer ?

A Sequedin, des détenus ont réussi à faire sortir de la prison des lettres qui témoignent de leurs conditions de détention. La police mène l’enquête, mais davantage sur le comité qui les a relayés que sur la véracité des accusations qu’elles contiennent...

 

Mi-juin, le « Comité de solidarité avec des prisonniers de Sequedin » -inconnu au bataillon- divulgue cinq lettres de détenus de Sequedin qui dénoncent brimades et humiliations qu’ils subissent en taule [1]. Un tract et une affiche « A Sequedin, on rackette, on torture, on tue ! » sont diffusés à Sequedin, Lille et environs. Il transmet un communiqué [2] à la presse, aux associations, ainsi qu’à l’OIP [3] par l’intermédiaire d’une salariée, Anne Chereul. L’OIP entreprend alors de vérifier « les allégations de mauvais traitements » qu’elles contiennent : « Nous avons rencontré différents intervenants en détention. Nous avons sollicité les autorités compétentes, notamment les membres de la Commission de surveillance [4] ». Retour ligne automatique
Parallèlement, l’OIP intervient sur le cas d’un détenu de Sequedin « victime d’un dysfonctionnement ». Il passait sa 3ème année d’histoire, et certains de ses documents de travail lui ont été rendus trois jours avant ses examens. « C’était sans rapport avec les lettres mais cette personne est semble-t-il suspectée d’être l’auteur de certains extraits. Elle a été placée à isolement fin juin et transférée à la prison de Longuenesse ». Elle ajoute qu’ « une partie du contenu de ces lettres décrit la dureté des conditions de détention à la maison d’arrêt de Sequedin : l’architecture froide et déshumanisante, les grillages aux fenêtres, l’ouverture automatisée des portes qui limite les relations entre les détenus et les surveillants.... Mais au delà de ces conditions de détention, les lettres dénoncent des faits d’insultes, d’injures racistes, de brimades, de coups... C’est sur ces allégations que nous nous concentrons ».

Puis mi-juillet, Anne et une bénévole de l’OIP sont convoquées dans un commissariat de Lille. Il semble qu’il n’y ait pas de plainte, juste une demande d’information de l’Administration Pénitentiaire. « La première audition était courtoise mais sans rapport avec le fond de l’affaire [le contenu des lettres]. Les questions étaient relatives au fonctionnement de l’OIP, à nos relations avec un détenu [mentionné ci-dessus] et avec une journaliste de Libération qui enquête aussi sur ces lettres. On m’a mis sous les yeux un mail écrit par celle-ci », envoyé à un intervenant de la prison de Sequedin et « intercepté » par la police. Puis, rebelote en août, mais «  l’interrogatoire était nettement plus offensif, il a duré 2h30 ! Ils cherchaient à savoir ce qu’était ce collectif [le comité de solidarité], et à identifier les personnes y participant. Ce sont des méthodes que nous n’avons jamais rencontrées jusqu’ici. Elles s’apparentent à des pressions, et témoignent d’une volonté d’intimidation ». Et l’acharnement continue : « Une nouvelle audition était prévue le 20 août. Entre-temps, nous avons informé diverses instances nationales et internationales de protection des droits de l’homme, qui ont réagi ».

Résultat : le parquet annule la convocation, sans plus d’explications. A l’OIP, la prudence reste de mise : « pour l’instant, nous ne pouvons ni infirmer ni confirmer le contenu de ces lettres ». Le hic  : dans les prisons françaises, la loi du silence règne.

S.G

Notes

[3L’Observatoire International des Prisons, une ONG qui lutte pour le respect des droits et des libertés individuelles des personnes incarcérées

[4Chaque prison doit en avoir une, elle est présidée par le préfet

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...