Zone de l’Union : la racaille gère la ville

Qui gère la ville ? Qui décide de bétonner la « Zone de l’Union » ? « La gouvernance ! » répondent en chœur élus et patrons. Gros mot ultime, qui, comme ses frangins de la novlangue néo-libérale, est impossible à définir précisément. Et c’est justement pour ça qu’il plaît tant. Derrière la fumée opaque des sigles et des rouages technocratiques, c’est une « gouvernance » tantôt « métropolitaine », voire « participative », mais toujours vouée aux intérêts du fric et de ceux qui le possèdent.

 

A partir du milieu des années 1980, les élites locales décident de la reconversion économique de la métropole lilloise. Le « développement métropolitain » devient l’idéologie de la gouvernance socialo-patronale. Aperçu des forces en présence.

« Socialistes »...

Les élus locaux. A LMCU, dans les municipalités, au Conseil régional. A coups de « schéma de cohérence territoriale » (SCOT), de « plan local d’urbanisme » (PLU), les pouvoirs publics organisent la métropole de demain : rénovation brutales des quartiers populaires, implantation de « pôles de compétitivité », dont la « Zone de l’Union ».

Emblème de l’emprise «  socialiste » sur les collectivités territoriales, Martine Aubry rêve d’« être dans le Top 10 des grandes métropoles européennes ».

et patrons...

Les patrons. Symbolisés par la Chambre de commerce et d’industrie de Lille (CCI). Mais elle n’est pas seule : le « Club gagnant » (sic) et « Entreprises et Cités » rassemblent les entrepreneurs les plus influents de la région. C’est sans doute l’une des caractéristiques de cette « gouvernance » lilloise : les patrons occupent une place démesurée dans les grandes décisions métropolitaines notamment par l’intermédiaire de lobbies ou groupes de pression. Exemple le plus flagrant, le poids du Comité Grand Lille (CGL). Émanation du patronat local, créé en 1993 par B. Bonduelle, le CGL est aujourd’hui dirigé par Philippe Vasseur ancien ministre et élu local. Il n’a aucun poids formel, n’apparaît nulle part mais est à l’origine de la plupart des projets culturels, technologiques et urbains de la métropole « socialiste » (Lille 2004, Euratechnologies, etc.).

… main dans la main

Implantée dans son fief d’Euralille, l’Agence pour la promotion internationale de Lille Métropole (APIM) offre une bonne illustration de cette co-gérance. Son but est d’attirer les investisseurs, cadres et dirigeants du développement métropolitain lillois, d’accueillir leurs familles et de leur donner toutes les aides nécessaires. Co-financée par la communauté urbaine, la Chambre de commerce et la Région, on retrouve dans son conseil d’administration la fine fleur de l’élite locale : des élus (Caudron, maire de Villeneuve d’Ascq, de Saintignon, bras droit de Martine Aubry, etc.) des patrons (Bonduelle, président de la CCI, Luc Doublet vice-président de la CCI et leader mondial de la vente de drapeaux ! Etc.). Retour ligne automatique
Universitaires aux ordresRetour ligne automatique
On se permettra d’ajouter une troisième touche au tableau : les « chercheurs ». Géographes, urbanistes, sociologues. Leurs travaux, bien souvent commandés et financés par les décideurs, fournissent à leurs commanditaires concepts-clés, grilles de lecture des changements urbains et orientations des futures politiques publiques. Du pain bénit pour les élus et patrons : argumentaires et justifications des projets urbains sont étiquetés : « scientifique ». A Lille c’est Didier Paris qui s’illustre sur le créneau. Président du Conseil de développement de LMCU [1], instance productrice d’« avis » sur les actions de la Communauté urbaine, il est également directeur de la POPSU [2], professeur d’urbanisme à l’université de Lille 1, spécialisé dans les questions de développement... métropolitain. Retour ligne automatique
Conseils, comités, communautés, entreprises, agences : on s’y perd facilement. Retenons plutôt ceux-là : Bonduelle, Aubry et Paris. Alors, bande organisée ? Association de malfaiteurs ? Toujours est-il que les délinquants qui traînent du côté de Marcq-en-Baroeul et du Vieux-Lille courent toujours...

1 : 2 :

Notes

[1Présidé jusqu’en 2008 par l’héritier Patrick Peugeot, président des assurances La Mondiale (AG2R).

[2 Plate-forme d’Observation des Projets et Stratégies Urbaines. Elle travaille en étroite collaboration avec les pouvoirs publics sur des thématiques comme les « Stratégies d’adaptation et de transformation des grandes villes »

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...