Edito N°28 - Le Louvre Lens Terrain Miné !

Pnumero28 1our quoi nous prend-on ?

Vous n’avez pas pu rater la campagne d’auto-promotion presque soviétique de la mairie de Lille et de son bilan mi-mandat. 125 000 magazines en quadrichromie et papier recyclé, un site internet, des shows municipaux dans chaque quartier, et des centaines de placards publicitaires sont venus combler notre temps de cerveau disponible à l’aide de ce message : « Nous l’avions dit, nous l’avons fait. Continuons ! » Face à ce martèlement, plutôt que de relever point par point chaque éventuel petit mensonge, demandons-nous de quoi cette machinerie marketing est le nom.

 

La propagande s’est muée en publicité. La ville et ses gestionnaires se vendent. À la différence de l’époque orwellienne qui voyait dans la propagande une entreprise de falsification de la réalité, la Ville de Lille embellit jusqu’à la nausée ce cadre de vie d’une population qu’elle se charge de bien encadrer. Mme Aubry, et toute son équipe, s’est déplacée dans chacun des quartiers. On ne l’y a pas invitée, non, c’est elle qui invite. Charge à nous de répondre ou non à l’invitation, d’en respecter le protocole, d’écouter sagement son déversement de bonnes nouvelles contre-balancées par une pseudo-critique intégrée du genre que « tout ça ne va pas assez vite  ». La ville, c’est elle. Et toujours elle. L’organisation spectaculaire de ces réunions publiques, et plus généralement de son bilan mi-mandat, nous renvoie à la gueule la marchandisation de nos lieux de vie et la séparation qu’elle induit entre la conception, la réalisation et la consommation de la ville.

D’ailleurs, Mme Aubry parle moins à ses habitants qu’à ses électeurs, si ce n’est à la France entière. Grand-guignolesque : l’entendre parler des poubelles de Wazemmes, des places de parking de Moulins ou de l’état des routes du centre-ville, sonne faux. Ex-ministre du travail, énarque comme il se doit, première secrétaire du PS et candidate à un futur gouvernement voire à la présidence de la République, Mme Aubry cultive l’artifice d’une élue proche de son terrain et de ses vraies gens, réduits à l’état de bulletins de vote et de faire-valoir.

Consciencieusement, la mairie organise donc la dépossession. Et ainsi, il ne nous resterait plus qu’à constater, consommer ou déguerpir. Si le but de la propagande publicitaire n’est plus de mentir sur la réalité mais, in fine, de nous persuader de notre impuissance à changer les choses, commencer par tout foutre par terre peut être le début de la reprise en main de nos existences. La Brique continuera donc à enquêter, à lire entre les lignes, à faire vivre la critique sociale et l’idée de révolte pour que de la connaissance naisse l’action, ici et maintenant, à notre portée.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...