On ne naît pas enfant, on le devient

frondeur 1Edito du dossier "Récréation permanente"
 
Pour beaucoup, la position d'autorité des adultes sur les enfants est naturelle. On considère trop souvent que, devenu.es enfin adultes et discipliné.es, ils et elles pourront se venger sur de plus petit.es en singeant leurs oppresseurs d'antan. Au fond, c'est la possibilité pour les gosses d'exister en eux-mêmes qui leur est tout simplement refusée : ils sont ce que les adultes attendent d'eux à travers la famille, l'école ou l’État.
 
Ces institutions contribuent à les enfermer dans la catégorie des êtres dépendants, immatures, inachevés, en construction. Bref, les mômes devraient être accompagnés, protégés, éduqués et encadrés. Si le terme « enfant » vient du latin infans, littéralement « celui qui ne parle pas », qu'on ne s'y trompe pas : ils et elles peuvent toujours causer, mais la valeur qui est accordée à leur parole dépend des adultes. Difficile de soutenir que c'est pour leur bien qu'on les enferme dans des postures passives et dépendantes. Au nom de quoi les enfants devraient se taire, au nom de quoi devraient-ils grandir, et au nom de quoi devraient-ils se plier à l'autorité ?

Cette expérience d'être « petit.e », on l'a tou.tes un temps partagée. Elle a contribué à nous construire, que l'on soit libertaire ou réactionnaire. L'encadrement des gosses vise donc assurément  à reproduire l'ordre établi et c'est cela qui nous révolte. Ce dossier revient donc sur les logiques de l'oppression qu'ils et elles subissent… mais aussi sur les formes d'émancipation à explorer. L'exemple des conseils municipaux d'enfants témoigne de la difficulté des institutions à se dégager d'une vision de l'enfance associée à l'ignorance et à l'innocence. La plupart des écrits et des discours sur le statut des plus jeunes relèvent de la déploration : ils et elles ne seraient pas assez ceci ou bien trop cela – et c'était toujours mieux avant. Écouter les enfants et leurs aspirations, c'est balayer le rôle social auquel on cherche à les assigner : celui d'une population effectivement infantilisée, réduite au silence et rendue dépendante d'institutions et de personnes qui décident pour elle.

À l'inverse, à l'instar de Célestin Freinet et Fernand Deligny, de nombreux pédagogues font de l'enfance le temps d'un apprentissage de l'insoumission. Alors que l'école est menacée par une offensive réactionnaire à coups d'ordres et d'humiliations, certaines expériences comme celle de l'école Freinet de Mons-en-Baroeul laissent entrevoir une société où adultes et enfants sont considéré.es comme des êtres capables de se saisir de la question politique. En miroir, c'est bien de la société dans son ensemble dont il est ici question : questionner le statut de mineur interroge plus largement les dominations qui entourent notre quotidien, remet en cause ces rapports de pouvoir qui empêchent chacun.e d'exprimer son inventivité, sa fantaisie, son individualité, ses idées et sa liberté. L'enjeu est de taille et la question n'est pas tant de se demander quel monde nous laisserons à nos enfants, que de savoir quels enfants nous allons laisser au monde.
 
Les sales gosses
 

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...