On ne naît pas enfant, on le devient

frondeur 1Edito du dossier "Récréation permanente"
 
Pour beaucoup, la position d'autorité des adultes sur les enfants est naturelle. On considère trop souvent que, devenu.es enfin adultes et discipliné.es, ils et elles pourront se venger sur de plus petit.es en singeant leurs oppresseurs d'antan. Au fond, c'est la possibilité pour les gosses d'exister en eux-mêmes qui leur est tout simplement refusée : ils sont ce que les adultes attendent d'eux à travers la famille, l'école ou l’État.
 
Ces institutions contribuent à les enfermer dans la catégorie des êtres dépendants, immatures, inachevés, en construction. Bref, les mômes devraient être accompagnés, protégés, éduqués et encadrés. Si le terme « enfant » vient du latin infans, littéralement « celui qui ne parle pas », qu'on ne s'y trompe pas : ils et elles peuvent toujours causer, mais la valeur qui est accordée à leur parole dépend des adultes. Difficile de soutenir que c'est pour leur bien qu'on les enferme dans des postures passives et dépendantes. Au nom de quoi les enfants devraient se taire, au nom de quoi devraient-ils grandir, et au nom de quoi devraient-ils se plier à l'autorité ?

Cette expérience d'être « petit.e », on l'a tou.tes un temps partagée. Elle a contribué à nous construire, que l'on soit libertaire ou réactionnaire. L'encadrement des gosses vise donc assurément  à reproduire l'ordre établi et c'est cela qui nous révolte. Ce dossier revient donc sur les logiques de l'oppression qu'ils et elles subissent… mais aussi sur les formes d'émancipation à explorer. L'exemple des conseils municipaux d'enfants témoigne de la difficulté des institutions à se dégager d'une vision de l'enfance associée à l'ignorance et à l'innocence. La plupart des écrits et des discours sur le statut des plus jeunes relèvent de la déploration : ils et elles ne seraient pas assez ceci ou bien trop cela – et c'était toujours mieux avant. Écouter les enfants et leurs aspirations, c'est balayer le rôle social auquel on cherche à les assigner : celui d'une population effectivement infantilisée, réduite au silence et rendue dépendante d'institutions et de personnes qui décident pour elle.

À l'inverse, à l'instar de Célestin Freinet et Fernand Deligny, de nombreux pédagogues font de l'enfance le temps d'un apprentissage de l'insoumission. Alors que l'école est menacée par une offensive réactionnaire à coups d'ordres et d'humiliations, certaines expériences comme celle de l'école Freinet de Mons-en-Baroeul laissent entrevoir une société où adultes et enfants sont considéré.es comme des êtres capables de se saisir de la question politique. En miroir, c'est bien de la société dans son ensemble dont il est ici question : questionner le statut de mineur interroge plus largement les dominations qui entourent notre quotidien, remet en cause ces rapports de pouvoir qui empêchent chacun.e d'exprimer son inventivité, sa fantaisie, son individualité, ses idées et sa liberté. L'enjeu est de taille et la question n'est pas tant de se demander quel monde nous laisserons à nos enfants, que de savoir quels enfants nous allons laisser au monde.
 
Les sales gosses
 

Sur le même sujet