Fives, un quartier populaire bientôt livré aux bulldozers ?

Le démantèlement des cités populaires n’est pas réservé aux grands ensembles. La mairie démolit également des îlots d’habitations ouvrières. Pour preuve, la première parcelle de la rue Gutenberg, en face de l’ancienne usine Peugeot, à Lille-Fives.

 

Il intrigue, ce tronçon. Une petite dizaine de maisons ouvrières alignées le long de la rue. Aujourd’hui, le terrain semble être laissé à l’abandon par les pouvoirs publics. Il y a quelques années, cette cité populaire avait été inscrite dans un programme de requalification des courées. Que s’est-il passé ? Aujourd’hui, la moitié des maisons sont murées. Le reste des habitants est propriétaire, et pas question de partir. Pour Dalila, c’est décidé. « Mon père a travaillé toute sa vie pour cette maison, on a rien ! » : elle et sa mère resteront « jusqu’au bout ».

Il faut dire qu’à Fives en ce moment, on cherche à rentabiliser l’espace. Le projet ANRU [1] remodèle le quartier. Alors une maison et un jardin ça prend de la place. D’autant plus qu’elles bloquent les intentions d’élargissement de la route en face. Les habitants ne se font pas d’idées : « Tout va être rasé, ils vont tout murer », « ils vont venir six mois avant ! » La consultation des habitants ? Eux n’ont pas reçu de visite, la mairie reste silencieuse : aucune information. « Si, ils informent … pour les impôts locaux ! » nous dit ironiquement Alain, un habitant voisin.

En attendant le choix de la mairie semble fait. Les ordures s’entassent dans les jardins inoccupés. Les maisons vides et les champignons qui y pullulent contaminent les voisins ; les bâtiments manquent de s’effondrer et les maisons perdent de la valeur. Le délogement prend la forme d’une éviction. La manière n’est pas brutale, la mairie refuse simplement aux propriétaires de revendre à un particulier et elle rachète. Une famille a dû faire venir un expert pour surestimer l’offre de la mairie et vendre sa maison à un prix décent. Retour ligne automatique
Les maisons murées, quant à elles, ont été rachetées par la mairie à un propriétaire peu scrupuleux (marchand de sommeil) qui aurait quitté le territoire. On laisse les bâtiments tomber en ruine, les habitants partir d’eux-mêmes et on essaye de racheter au plus bas prix. D’ici-là les conditions de vie se détériorent …

Ces maisons témoignent d’un passé ouvrier toujours présent dans le quartier ainsi que d’un habitat populaire à préserver. Mais ça sera dur : comme le dit si bien Dalila, « ici c’est pas des monuments historiques, c’était des maisons pour les ouvriers ».Retour ligne automatique
A côté, un terrain vague jonché de verre brisé et autres fils de fer en tout genre juste à côté d’un stade. Les enfants nous affirment qu’ils n’y vont jamais… sauf pour jouer à cache-cache. En tous cas ils préféraient un terrain de VTT, une salle de sport ou un autre stade à la place.

En face, l’ancienne usine Peugeot. Installée au début du siècle comme symbole de l’extension de la marque, elle est fermée en 1997. À l’époque les conseillers de quartier dénoncent le « mépris de la direction de Peugeot S. A. à l’égard des salariés, pour la plupart habitants du quartier » [2]. Aujourd’hui, les restes de l’usine divisée en lots abritent le centre de tri de La Poste, des entrepôts PROMOD, les bureaux de La Mondiale, et... un Secrétariat Général pour l’Administration de la Police (SGAP). Un seul bâtiment laissé à l’abandon tombe en ruine, celui qui se situe juste en face de la parcelle de la rue Gutenberg. Ben voyons !

Notes

[1Programmes de renouvellement urbain financés par l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine. Voir La Brique n°3, « Démolir pour mieux régner ».

[2Nous, Vous, Lille, Fives, octobre 1997.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...