L’association La Pioche évincée du projet : « Une sale histoire »

Un an que l’association La Pioche se démenait pour ouvrir une épicerie solidaire à Lille-Sud. L’idée prenait dans le quartier : réunions avec les habitant.es, les centres sociaux, les associations... Lorsque la mairie suspend le « processus » : elle souhaite intégrer au projet le Pacte 59, une association créée par Carrefour. Un partenariat plus ou moins forcé se met en place. Carrouf finit par manger le projet tout cru et le vide de son sens. Témoignage dépité du président de La Pioche, Xavier Broussier.

De quelle manière le Pacte 59 vous a-t-il mis de côté ?

Le local, on devait le louer avec l’aide de la mairie, mais c’est Carrefour qui a pris la location. Ils ont dit qu’ils nous hébergeraient. Mais dès qu’ils ont eu le local, ils en ont profité pour nous pousser vers la sortie et faire comme ils voulaient, et la ville de Lille a cautionné tout ça. Ils ont fait des travaux tout de suite pour la partie magasin, et tous les espaces qui devaient servir aux ateliers [voir la fin d’interview], ils s’en foutaient complètement. Ils disaient : c’est notre local, on est chez nous, ça ne vous appartient pas...

Le Pacte 59 a récupéré vos financements ?

Ils disaient : "comme on prend le local, on prend aussi les subventions qui devaient permettre de financer le local". Nous, on était en négociation depuis un an, on devait être soutenus par trois délégations de la mairie : action sociale, politique de la ville et économie solidaire. Du coup, ils ont récupéré les subventions qu’on devait avoir*. (...) Il n’y a que l’élue à l’économie solidaire, Christiane Bouchart [cf. ci-dessous], qui a refusé de transférer sa subvention.

Pourquoi la mairie a préféré Carrefour ?Retour ligne automatique

Carrefour a toujours été soutenu par quelques élus de la Ville parce qu’il y a un Carrefour qui va aussi arriver à Lille-Sud, près du rond-point des Postes... Tout ça c’est des choses qu’on a découvert après.

Quels élu-es ?Retour ligne automatique

Bernard Charles, le président de quartier de Lille-Sud et Marie-Christine Staniec, adjointe à l’action sociale, ce sont les deux principaux qui ont bloqué le projet. Depuis le début, la mairie avait décidé que de toute façon il y aurait Carrefour. Nous, on était la bonne conscience sociale du projet parce qu’on avait les habitants avec nous. Bernard Charles a toujours été en position de ni oui ni non. Quand je lui disais qu’il y avait des problèmes avec Carrefour et qu’on ne pouvait pas continuer à cautionner ce qu’ils faisaient, je voyais bien que ça l’emmerdait. Ce qui l’embêtait le plus c’est que Carrefour puisse avoir des problèmes pour s’implanter.

Le projet du Pacte 59  ressemble à un magasin pour pauvres...Retour ligne automatique

Ils revendent à 20 % du prix ce qu’ils ont récupéré gratuitement. 20 % c’est leur chiffre d’affaire, c’est aussi leur marge : j’ai vu leur compte d’exploitation, ils n’ont pas besoin de subventions du tout, ça marche très bien. Ils se font autant de marge qu’un vrai magasin !Retour ligne automatique
Eux, ils ne connaissaient pas les habitants, ils n’avaient pas envie de les connaître. C’était clairement pas pour les habitants qu’ils faisaient ça, c’était du commerce. Patrick Nanin** a fini par me dégoûter de ce projet. Il se faisait un plaisir de se croire supérieur, et selon ses termes, « d’éduquer les gens », en leur infligeant des sanctions dès qu’ils dépassent leur budget. Il disait : « je vais les éduquer, parce qu’ils sont bêtes, ils sont paumés, etc ». Nous, on voulait pas stigmatiser les difficultés financières des gens.

Comment se différenciait votre projet d’épicerie solidaire ?Retour ligne automatique
Retour ligne automatique
La mairie voulait qu’on soit beaucoup plus centré sur la partie épicerie, sur le quantitatif, alors que pour nous, l’épicerie n’aurait été qu’une partie du local. Autour de ça, notre projet principal c’était l’échange de savoirs et la formation. Mais la mairie voulait d’abord une aide alimentaire massive, ce qu’apportait Carrefour. Nous, c’était vraiment un lieu de mixité sociale. La plupart des activités à part l’épicerie étaient ouvertes et accessibles à tous, c’était surtout pas un repère à pauvres. Retour ligne automatique
C’est une sale histoire, on a perdu beaucoup de temps, beaucoup d’habitants qui croyaient en nous ne comprennent pas pourquoi c’est le Pacte et pas la Pioche...

* D’après nos sources, Le Pacte 59 aurait donc reçu 18 000 euros de la mairie de Lille.

** Le président du Pacte 59

NB : La Pioche a relancé un projet d’épicerie solidaire à Loos, en partenariat avec d’autres épiceries, l’AMAP des Weppes, des producteurs locaux... et les habitant.es ! Elle loue un local et devrait ouvrir ces prochains mois. À suivre.


Allô la mairie ?

Christiane Bouchart, l’élue Verts à l’économie sociale et solidaire, s’est opposée à l’épicerie de Carrefour. Elle s’explique : « ce n’est pas une épicerie solidaire, c’est une épicerie sociale. Dans une épicerie solidaire, il y a de la participation des habitants, de la démocratie participative. Or là, c’est seulement de la distribution alimentaire avec Carrefour ». Et pourquoi La Pioche s’est faite évincée ? Suspens... Elle répond ne pas vouloir «  rentrer là-dedans », évoquant seulement des « divergences d’appréciation et des soutiens différents entre les élus de la ville ». Quant au rapport éventuel avec l’installation future d’un Carrefour à Lille-Sud ? Elle botte en touche : « Je n’en sais rien ». Des silences très parlants...

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...