Zone de l’Union : le recyclage commence

Vendredi 20 mars 2009. «  Pôle image » de Tourcoing, Zone de l’Union. Assis sur de grands canapés blancs et entourés d’écrans géants, Martine Aubry et Yves Claude, directeur général du groupe Oxylane (Décathlon – Mulliez), annoncent l’implantation du siège « mondial » de la marque Kipsta dans l’usine phare de la friche industrielle  : l’ancienne brasserie Terken. L’événement est fort en symbole. La bourgeoisie nordiste (cachée dans le clan Mulliez (1)) reprend place sur les territoires et bâtiments jadis construits par leurs pères et grands-pères.

 

La Zone de l’Union est, depuis le XIXe siècle, un territoire stratégique. Son histoire est marquée par l’importance des réseaux de transport. Un à un, en fonction des besoins du moment, on construit voies de chemin de fer, canal, routes, etc. Au début du XIXe siècle, « l’Union » est un terrain agricole coincé entre les deux mastodontes de l’industrie textile : Roubaix et Tourcoing. A l’image de la région, l’urbanisation va exploser sur le site. En quelques dizaines d’années, « l’Union » passe d’un terrain agricole à un quartier industriel et ouvrier.

C’est l’arrivée du chemin de fer à Tourcoing en 1842 qui signe le début du « décollage économique ». La construction de la gare de Tourcoing permet alors d’acheminer la main d’œuvre depuis la Belgique. Le prolongement de la ligne vers Roubaix entraîne la traversée de la zone. En 1893, c’est au tour des marchandises de circuler sur le site, avec la fin de la construction du canal, aujourd’hui rénové. Symboles de cet âge d’or qui durera jusqu’au début des années 1970, les 3 grandes usines du site : Terken, la Tossée et Vanhoutryve. En 1970, l’urbanisation se poursuit sur les deux rives du canal : le quartier devient le lieu de ré-union des deux villes industrielles.

Dès le début des années 1970, la « crise pétrolière  » marque un coup d’arrêt dans l’expansion du site. La Communauté Urbaine de Lille, fraîchement créée, et la Chambre de Commerce et d’Industrie sentent le vent du capitalisme tourner. Le tertiaire (avec ses bureaux pour cadres et employé-es) est l’avenir du processus de « métropolisation », pour reprendre l’expression de l’époque. Des études sont lancées, alors que la plupart des usines tournent encore. Outils urbanistiques et projets de développement se multiplient jusqu’en 1993 où le site de l’Union est classé parmi les cinq futurs « pôles d’excellence métropolitains » aux côtés d’Euralille et d’Eurasanté. Dernières usines en fonctionnement, la brasserie Terken et le Peignage de la Tossée ne fermeront qu’en 2004, mais leur sort est déjà scellé depuis longtemps.

Des terrains vagues, des usines en friche, les maisons d’un quartier entier murées, voilà aujourd’hui le panorama d’un quartier devenu fantôme. Depuis trente ans «  l’Union » meurt à petit feu. Et les pouvoirs publics se foutent pas mal du sort des derniers habitants.

En 1991, Nord Éclair écrivait : « Le quartier de l’Union se vide et se mure. Il ne reste quasiment plus d’habitants.  » Vingt ans plus tard, c’est toujours le même bourbier. Et dans vingt ans les travaux ne seront pas finis. Il est là le prix du «  développement ». Quarante ans de no man’s land pour un hypothétique « quartier du futur ». Ils appellent ça le « work in progress » (2)...

1 : Cf. La Brique n°13.

2 : « Travail en cours ».

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...