Gros mot : Médiation culturelle

Euphémismes ou galvaudages, au royaume de Big Mother, on nous arrache des mots de la bouche pour nous en remettre d’autres - garantis sans saveurs. Les utiliser empêche toute pensée critique et élude les conflits, les rapports de force. Vade retro novlangue de coton !

Le mot de ce bi-mestre est : “médiation culturelle”

En consommant l’exposition Pinault au Tripostal, la présence de médiateurs culturels ne vous a sûrement pas échappée. Chargés d’offrir des clés de lecture aux analphabètes de l’art contemporain, ils assurent en quelque sorte le service après-vente de l’artiste. Or le terme médiation culturelle, est relativement récent et malgré ça, plutôt à la mode. En même temps que la culture se marchandise, les filières universitaires et écoles privées pullulent d’étudiant-e-s en médiation culturelle rêvant d’intégrer l’une ou l’autre des grandes industries culturelles.

Par des pratiques issues du marketing (plans com’, détermination de publics cibles...), des livrets explicatifs à destination des profs, des politiques tarifaires avantageuses selon les publics, les médiateurs démocratiseraient la culture (entendre la Grande Culture désignée comme telle par ceux qui en ont le pouvoir). Mais en souhaitant favoriser l’accès des un-e-s aux œuvres des autres, chacun est renvoyé à cette relation marchande « producteur / consommateur », tout en restant bien à sa place, dans une certaine passivité. Car derrière l’écran fumeux de la médiation et de la démocratisation, se cache la vente de biens culturels (expos, spectacles...) – au plus grand nombre, forcément. Pour faire un raccourci bien gras on pourrait dire que la médiation culturelle est à la « culture » ce qu’un certain humanitaire est à l’indépendance des hommes et des femmes du tiers monde. C’est à dire qu’elle est le fait des puissants qui, enorgueillis de leur bon sens charitable, savent mieux que quiconque comment doivent se développer les êtres inférieurs, sans remettre en question les causes profondes des injustices. « La charité ne fait pas de politique » disait Val jadis dans un de ses éditos.

A l’opposé, les militant-e-s actuels et historiques de l’éducation populaire œuvraient et œuvrent à l’émancipation des classes populaires, à cette idée du « penser par soi-même », à la construction collective d’un gai savoir libéré des jougs de l’Etat et du patron dont la portée essentielle réside dans la transformation sociale. Car le savoir est une arme à s’approprier, les ouvriers et ouvrières de la fin du XIX° organisaient des cours du soir dans les bourses du travail en pleine conscience que face à l’école républicaine bourgeoise, ils et elles devaient défendre leur culture ouvrière. Alors que les révolutionnaires luttaient pour l’égalité par l’abolition des classes, les médiateurs culturels sont chargés par les grandes industries de l’art et du spectacle à ce que leurs savants se fassent bien comprendre de ces incultes.

Bref, le terme de médiation culturelle, vu comme un temps de communication unidirectionnelle tourné vers la consommation, représente parfaitement ce refus du conflit et la défaite à vouloir changer ou neutraliser les rapports de force. tomjo

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...