L’habitude tue

« On va dépenser un million et demi à payer des heures [supplémentaires], je préférerais mettre un million et demi dans le profit ». Imaginez, votre patron vous parle. En une phrase, il vous renvoie à l’état servile. Une phrase qui ne suscite aucune réaction. Car le pire avec la servitude, c’est qu’on s’y habitue.

 

Ces propos sont prononcés par le directeur général de Carglass et font l’objet d’une scène du documentaire “La mise à mort du travail” diffusé récemment sur France 3 [1].

De leurs observations chez Carglass, les journalistes concluent que pour « obtenir la plus forte productivité, la notion de client roi est l’arme parfaite. […] Les salariés ne se sentent plus au service de l’actionnaire, mais à celui du client roi. Ils ne se soumettent plus, ils adhèrent aux tâches « standards ». La répétition du slogan à la radio, sur les murs et le système des primes ne servent qu’à une chose : détourner l’attention de ceux qui ne font que contribuer à l’augmentation du profit. »

Ce commentaire implique une question dérangeante, sans pour autant y répondre : ceux-là même qui contribuent au profit, ont-ils conscience d’être « détournés » ? Lorsqu’ils entendent un «  je préférerais mettre un million et demi dans le profit », n’ont-ils pas conscience de servir des intérêts qui sont loin d’être les leurs ? Les ateliers de « rigologie », « sophrologie », etc, les primes et «  l’esprit d’équipe » ou la notion de « client roi » détournent l’attention, certes, mais n’expliquent pas tout. Il y a bien pire que les techniques de management. Précisément ce qu’elles n’engendrent pas volontairement.

«  Ainsi la première raison de la servitude volontaire, c’est l’habitude. » Cette phrase est extraite du Discours sur la servitude volontaire d’Étienne de La Boétie [2]. En dépit des « techniques de management », ce texte diffusé au XVIe siècle nous aide à faire un constat simple : les mécanismes de la soumission ne changent pas, ils reposent notamment sur l’habitude.

Cette disposition, « qui exerce en toutes choses un si grand pouvoir sur nous, a surtout celui de nous apprendre à servir et, comme on le raconte de Mithridate, qui finit par s’habituer au poison, celui de nous apprendre à avaler le venin de la servitude sans le trouver amer. »

Mais qu’est-ce qui provoque cette mithridatisation, cette accoutumance au venin ? Comment s’habituer à «  tant d’indignités que les bêtes elles-mêmes ne supporteraient pas » ? Sans vraiment répondre, La Boétie ajoute que lorsqu’un peuple «  sert si bien, et si volontiers, […] on dirait à le voir qu’il n’a pas seulement perdu sa liberté mais bien gagné sa servitude. »Retour ligne automatique
Ce n’est pas si simple, cet état ne se gagne pas si volontairement. Inconscience et intériorisation progressive de la contrainte nous accompagnent dès notre plus jeune âge. L’école et la morale « citoyenne » inculquent une chose essentielle : être « libre » et « indépendant » nécessite de travailler pour gagner un salaire. En ce sens, les chemins de la liberté sont insidieux. Tout en la dissimulant, ils mènent à la servitude.

T.B.

Notes

[1Les 26 et 28 octobre 2009. La phrase est bien sûr sortie de son contexte puisqu’à Carglass les heures sont « traditionnellement » récupérées. Mais elle reflète clairement le discours enjolivé du D.G. qui a « mal au cœur » en les payant

[2Disponible sur http://classiques.uqac.ca/.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...