La Voix du Nord envoie l’huissier

vdnC’est vrai qu’on y va fort depuis trois ans contre le journal-issu-de-la-résistance, noyauté dès la fin de la guerre par des journalistes suspendus pour collaboration : mépris pour les grévistes, organe de promotion des pouvoirs locaux qu’ils soient PS, patronat ou préf’, ils sont les premiers gardiens de l’Ordre. Aujourd’hui ils nous agitent leurs petits poings nerveux et tentent de nous intimider.

 

À son habitude, La Voix fit la sourde oreille pendant trois ans. Et alors même que l’on s’époumonait à cracher sur ce quotidien au million de lecteurs et lectrices, les copains nous sermonnaient : « Arrêtez un peu avec La Voix, on s’en fout, on sait bien que c’est réac’, tout le monde le sait ! Oubliez-les et faites un numéro sans les citer une seule fois ! » Que nenni, on persiste, on signe, on continue.

Au premier numéro, on dévoilait « un média volé aux résistants, guidé par la rentabilité et au service de quelques grands bourgeois et fonds de pension », « issu des pires magouilles financières ». Puis de nombreux papiers suivirent, chaque fois pour mettre en lumière un quotidien vendu au patronat local et aux recettes publicitaires, organe de propagande des chefs politiques locaux, adepte du fait-divers policier ou insignifiant, méprisant les mouvements sociaux et usant de la censure quand l’auto-censure de ses gratte-papiers ne suffisait pas...

Un procès en diffamation ?

Le 22 mars, une lettre du service juridique de La Voix nous met « en demeure » de retirer, sous vingt-quatre heures, toute une série d’articles archivés sur notre site web mentionnant le nom du journal. Menace de poursuites judiciaires à la clef pour des « propos diffamatoires envers La Voix du Nord et ses journalistes ». Bien entendu, tout est resté en ligne, et nous leur avons demandé de préciser les passages visés par leur requête.

Et voici que le 25 mai, l’huissier de La Voix du Nord sonne à notre porte. Ce dernier nous donne « sommation » de « supprimer immédiatement et sans délai » un papier disponible sur notre site Internet intitulé « Les chiens de garde de La Voix » et publié en janvier 2009. Celui-ci expose les réactions de quelques sous-fifres de La Voix suite au témoignage d’une ancienne salariée dans le numéro précédent (1). Elle y faisait une présentation de ce quotidien : une manifestation calaisienne qui laisse place à un accident de la route en première page du canard (photo malsaine à l’appui), une grève des pêcheurs à traiter sous l’angle des problèmes de circulation causés sur l’autoroute, la précarité des journalistes en CDD assimilés à des « petits soldats » corvéables et malléables à merci, etc.

Quand vous voulez !

Le chef d’agence mis en cause l’avait alors rappelé, avec des propos risibles et finissant rouge de colère par un « est-il si facile de cracher dans la soupe après l’avoir bu ? ». D’autres réactions de lecteurs et journalistes de La Voix cherchaient aussi - de façon tout aussi pitoyable – à défendre ce « journal pauvre en informations, racoleur, bâclé ». On ne put s’empêcher de publier tout ça avec délectation. Un éventuel procès, dont on imagine la pub qu’il nous ferait et le plaisir qu’on aurait à les voir venir défendre leur canard pourri à la barre, pourrait également nous causer une perte de temps et d’argent (2). Alors en attendant, peu importe, place à la critique sociale, aux combats politiques, aux pratiques subversives... et aux abonnements !

1 : « Les petits soldats de La Voix du Nord », La Brique n°10, novembre 2008.

2 : Le service juridique de La Brique regorge d’arguments pour clouer le bec à La Voix, mais manque cruellement de ressources financières...

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...