Luc Doublet, porte-drapeau du capital

luc doubletSoyons clairs : dans les rayons du supermarché mondial, « Lille Région » est à vendre. Et si le Nord-Pas-de-Calais est une marque, alors Luc Doublet est son VRP distingué.

 

Ça paraît improbable. L’un des patrons les plus influents de la région a construit son magot en vendant des drapeaux. Ses parents tenaient un magasin de bondieuseries pour curés en manque de style : soutanes, calottes et compagnie. Au milieu des années 1960, l’affaire décline. Son diplôme de la Catho en poche, Luc décide alors de rediriger le business familial vers la confection de drapeaux. Aujourd’hui, bien servi par ses « gènes d’entrepreneurs », Luc Doublet est le leader mondial du secteur. Les 305 salariés de sa boîte fabriquent fanions, bannières, banderoles, etc. Il fournit tout le matos nécessaire (barrières, estrades, urnes, etc.) aux grands raouts culturels, aux carnavals électoraux ou aux principaux évènements sportifs de la planète. Avec à la clé, un chiffre d’affaires de 42 millions d’euros.

Aristocrate cumulard

Au fond, Doublet est un peu au business ce que Didier Fusillier est à la culture. Volontiers iconoclaste, il cite Mozart, Hitler et Lénine [1]. Il aime aussi mener grand train. À la fin des années 1990, il s’achète un château en Picardie, à Villers-sur-Authie. Car « l’aristocratie, ça n’est pas qu’une question de particule. » [2] Au même moment, il fait construire son siège social à Avelin, le long de l’autoroute A1 : une « pyramide futuriste » de verre et de métal à la taille de sa mégalomanie. Les médisants disent même que son bureau serait situé au sommet du trigone. Près des étoiles. Arrivée la crise de la cinquantaine, Luc Doublet et sa femme se mettent à taper des pilules anti-vieillesse DHEA. Mais l’expérience tourne court : de son propre aveu, Luc devenait « insupportable pour les autres. » [3]

Insupportable, Doublet l’est encore plus depuis qu’il s’est fait l’ambassadeur du Nord dans le monde des affaires. Il brandit désormais le fanion de tous les grands lobbies patronaux de la région. Ancien président du Club Gagnant et du Comité Grand Lille, Président de l’Office du tourisme de Lille, de l’Institut régional de développement, de la CCI Internationale, de l’APIM, de Nord France Invest et de Nord France convention bureau (sic), vice-président de la CCI Grand Lille et trésorier du Medef Lille Métropole. Pour vous servir.

Doublet’s Région

La presse locale se pâme volontiers devant ses talents d’« esthète ». Et pour cause. Quand il s’agit d’attirer les investisseurs internationaux, Doublet se parfume des charmes de la poésie patronale : considérant que l’APIM (voir ici) était un nom imprononçable à l’étranger, il l’a transformé en « Lille’s Agency ». Et quand il faut assurer la promotion de la marque « Lille Région® » auprès de ces mêmes capitalistes, Luc sait se faire théoricien : « Nous les accueillons et voulons qu’ils se sentent bien, mais c’est naturel dans notre région. C’est ce que je nomme le Nordisme. » Il est comme ça, Luc Doublet.

Cerise sur le drapeau, il vient de recevoir la légion d’honneur des mains de Laurence Parisot. Évoquant le parcours de sa boîte, la patronne des patrons lui a logiquement glissé ce petit mot doux : « C’est la plus belle success story pour raconter ce qu’est le génie entrepreneurial français ». Luc Doublet, comme ses drapeaux, indique le sens du vent... dominant.

Notes

[2« Luc Doublet, esthète et chef d’entreprise », Nord Éclair, 05/11/2011.

[3« Le jour où... Luc Doublet, le saut british », La Voix du Nord, 24/03/2013.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...