Féminisme / Le Wendo : pratique plus préventive que défensive

Dessin de FannyAssez peu connue, l’autodéfense féministe est une pratique qui se révèle avant tout préventive plutôt que défensive. Le Wendo en est un exemple* et Marina**, qui le pratique depuis quelques années, nous fournit quelques explications sur cette forme de résistance féministe.

* Wen pour « women » (femmes) et Do pour « voie », ou « parcours de femmes ».Retour ligne automatique
** L’interviewée a voulu garder l’anonymat.

 

L’apparition de l’autodéfense dite féministe remonte aux années 70. Sa particularité ? Une défense pensée par et pour des femmes, qui va bien au-delà du coup de pied dans les couilles et d’une droite, gauche, droite. En effet, s’affirmer et se protèger psychologiquement sont les bases pour qui veut se lancer dans le combat contre le patriarcat, le sexisme et autres humiliations en -isme que les femmes vivent au quotidien.

« Penser Non » et frapper Si... [1]

La non-mixité et auto-gestion féminine sont les conditions indérogeables. « La non mixité nous permet de nous confier plus facilement et de développer une plus grande solidarité entre nous » précise Marina. Et pour celles qui se demanderaient encore qu’elle peut bien être la différence avec un cours d’autodéfense classique, Marina nous répond qu’il faut « le vivre pour le comprendre, car c’est très fort en émotion. Et c’est en le pratiquant que tu comprends la différence entre un sport de combat et le Wendo ». En effet, chaque femme arrive avec sa propre histoire. Femmes battues, femmes qui n’osent pas s’imposer dans le quotidien...

Exemples ? Vous êtes chez le médecin qui vous demande d’ôter votre soutien-gorge pour une simple visite et vous n’osez pas lui dire non. Un homme vous klaxonne en voiture en disant : « comme toutes les femmes, tu sais pas conduire ! », votre conjoint vous fait remarquer amoureusement que vous ne seriez rien sans lui, car « vraiment, t’as un peu du mal à te gérer » (oui chéri, t’as raison !). Les exemples suffisent, non ? Et pourtant beaucoup de femmes éprouvent encore des difficultés pour détecter ces formes de violences quotidiennes devenues, malheureusement, tellement anodines et intégrées dès notre jeune éducation [2]. Sans oublier les multiples violences physiques...

Quant à son accessibilité, Marina précise que « toutes peuvent le pratiquer aisément car le Wendo s’appuie sur des geste de karaté simples mais efficaces », et surtout une partie importante des cours consiste à « partager les différentes expériences de violence masculine et d’élaborer des mises en situation afin de développer des stratégies de défense », renchérit Marina. Aucune condition physique particulière n’est requise, il suffit seulement d’avoir au moins quinze ans.

Dessin de Fanny

A ma mère, à ma voisine, à mes copines... [3]

La pratique du Wendo semble rester assez isolée, voire quasi secrète. Le « bouche à oreille » sert de communication et d’information. Après chaque stage, l’objectif est de voir se développer d’autres groupes autogérés et ainsi de suite. L’importance est de préserver cette auto-gestion féminine car trop souvent les sports de défense sont coachés par des hommes. Autrement dit, les femmes doivent encore se livrer à l’action secrète pour des raisons que l’on soupçonne bien : quolibets, discrédit...

Il y a bien des réseaux Wendo, mais quel pourcentage de femmes en connaissent l’existence ? Il semblerait surtout que, pour le moment, ce genre de rendez-vous reste restreint au cercle de militantes déjà sensibilisées au rapport de domination, ou à des femmes ayant déjà été victimes d’agressions. Par ailleurs, la France est loin de figurer parmi les pays les plus actifs en ce qui concerne les campagnes pour l’autodéfense des femmes. Chercher des cours d’autodéfense féministe décourage parfois ; fouiner sur Internet, trouver quelque blogs... S’il y a bien une chose que l’on se doit de conquérir, telles des amazones, c’est bien notre autonomie et notre protection. Alors, prêtes ?

Soula Sainture

Notes

[1Non c’est non, Irene Zelleger, Zones. Le texte se télécharge sur Internet.

[2Du côté des petites filles, Elena Gianini Belotti, 1973, Ed. Des femmes.

[3À ma mère, à ma mère. À ma mère, à ma voisine, 1979, Ed. Remue ménage. Reprise d’une partie du titre de cette pièce de théâtre féministe canadien. Des femmes y reprennent même des mouvements de Wendo pour mettre en scène quelques formes des violences sexuelles

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...