Casino de Lille : escrocs jusqu’au bout !

Le casino de Lille doit ouvrir ses portes. Pour le plaisir de la mairie, de Barrière, et pour le malheur de celles et ceux qui iront y perdre leurs assedics, leur RMI ou leur smic. En guise d’apéro, un casino provisoire était installé en face du chantier, où les sous-traitants exploitaient des roumains sans contrat de travail...

 

Lundi 25 janvier. Chantier du grand Casino lillois. Un banal contrôle du Comité Opérationnel de Lutte contre le Travail Illégal (COLTI) tombe sur 14 travailleurs roumains au premier étage du bâtiment. Ils ne sont pas « en règle ». Une partie des heures de travail n’aurait pas été déclarée. «  Ils sont considérés comme victimes dans cette affaire » prévient le parquet de Lille. Mais ils seront traités en coupables ! Dès leur interpellation, ils sont tous placés en garde à vue. Quelques heures plus tard : direction le centre de rétention de Lesquin. Devant la volonté des avocats de faire libérer l’ensemble des 14 travailleurs, la pref’ demande une prolongation de la rétention. Ils seront finalement tous libres... quatre jours après leur arrestation. Pour Patricia Legros, directrice du Casino, « notre responsabilité n’est pas engagée, ni celle d’ailleurs de l’entreprise qui a sous-traité. » Bah bien sûr. Barrière et Eiffage ont été abusés ! C’est San Isolation sous-traitant d’un sous-traitant qui prend tout avec l’arrestation de ses deux co-gérants.

Racketter les pauvres : un business juteux

Petit rappel. Au moment de la signature du contrat entre Desseigne-grand-pote-de-Sarkozy, patron du groupe Barrière, et la reine Aubry, on avait décortiqué ce projet [1]. Barrière prévoyait un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros par an à partager avec l’État et la commune (15 millions d’euros par an prévus pour la mairie de Lille, soit 14% des recettes fiscales actuelles !). Aubry semble toujours aussi conquise : le 5 décembre dernier elle invitait tout le personnel de LMCU à une soirée « roulette, black-jack, poker ». Retour ligne automatique
La succursale du Casino provisoire a déjà engrangé plus de 11 millions d’euros de produit brut sur la période 2007-2008. L’écrasante majorité provient des fameuses machines à sous qui rendent accro une population toujours plus grande. Notons que les casinos réalisent désormais 95 % de leur business sur ces machines et que 46 % des joueurs sont « inactifs », chômeurs ou retraités. L’ouverture d’un casino vise la population locale, et entraîne automatiquement la naissance de milliers de nouveaux drogués du jeu.

Le PS et le PCF auront leur casino

A l’époque, la construction du Casino faisait la quasi-unanimité du conseil municipal, PCF inclus : « On ne peut pas cracher dans la soupe quand une telle opportunité se présente » nous déclarait alors Michel Cucheval, président du groupe PCF à Lille. Avant d’ajouter très finement : « s’il y a des incidences négatives, il faudra probablement s’en préoccuper. Si c’est la catastrophe, il faudra prendre des mesures. » Aubry, peu bavarde et hypocrite, bégayait alors : « le casino, ce n’est pas ma tasse de thé ». Pour les Verts, on se contentait de râler, en s’empressant d’élaborer le cahier des charges « HQE » du mangeur de billets. Retour ligne automatique
L’ouverture était prévue pour mars 2009. Ce pépin va certainement retarder la construction du « joyau de la collection Barrière » (dixit Voix du Nord). Tant mieux !

A.D

Pour en savoir plus sur les casinos en général ou celui de Lille en particulier, téléchargez la brochure PDF ci-contre, elle rassemble les articles parus dans la Brique sur le sujet depuis 2007.

Notes

[1La Brique a publié nombre d’articles sur le sujet dans ses trois premiers numéros. C’est sur Internet

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...