Des hommes

Henri est riverain du bois de Boulogne. Il a appris à connaître les hommes qui s’y prostituent. À une époque révolue, il a tenté lui aussi quelques passes. Il donne sa vision des choses.

 

« Il y a un peu plus de vingt ans la prostitution masculine était plutôt concentrée entre la porte de Gand et le quartier de la gare, le quartier « gay » de l’époque. Beaucoup d’homos et d’immigrés algériens habitaient ce quartier pauvre. Puis nous avons subit le refoulement desRetour ligne automatique
pauvres, les étrangers d’abord puis les français. Certains homos se regroupant déjà au bois, d’autres ont suivi.
 »

Parcours et misère

« La prostitution a bien changé. Depuis, elle est plus précaire. Autour du bois de Lille, les prostitués ne sont pas plus de vingt-cinq personnes. La prostitution masculine, ici homosexuelle, est un phénomène qui concerne peu de personnes. La moyenne d’âge des prostitués a baissé comparée à une vingtaine d’années ; beaucoup sont dans des situations difficiles, au final rares sont ceux qui s’en sortent. Ici, la prostitution est un mélange de problématiques : lesRetour ligne automatique
drogues (notamment l’alcool), une dure confrontation aux normes hétéro sociales, des parcours de vie.
 »

Les tapins

Henri explique que ces hommes se définissent comme des victimes. « Contraints, forcés, par la vie. Ils commencent souvent jeunes, à une vingtaine d’années, à un âge où on rencontre en même temps la sexualité, la drogue. Ils disent détester les homos, leurs clients en l’occurrence. Certains disent qu’ils aimeraient être gigolo, mais ça ressemble plus à un genre de fantasme hétéro.

La plupart n’assume pas leur homosexualité, ou dans des cercles de connaissances restreints. La prostitution est un moyen de la vivre. Ils peuvent être installés, mariés, avoir des enfants. Leur discours peut être anar ou libertaire : pas de patron, pas d’usine, pas de mac. La plupart vient de milieux défavorisés. Certains sont SDF. De mémoire, ils ont tous un casier, jouent les durs parce que c’est l’image que la société attend d’eux et que cherchent les clients. Il y a aussi des roms, des gitans. Chaque groupe a ses coins.  »

Dangereuses routines

« Un des gros problèmes, c’est l’absence de préservatif, souvent utilisé pour les fellations sur des mecs sales. La capote est en fait unRetour ligne automatique
objet de protection, pas contre le VIH mais contre la crasse. D’autres risques sont liés à des clients, des malades mentaux, ou à laRetour ligne automatique
visibilité des prostitués : il y a déjà eu des agressions, des attaques de groupes d’extrême droite. Et la police... Les clients achètentRetour ligne automatique
de la disponibilité, une mise en situation, plus que de l’acte sexuel. Ce n’est pas tant la satisfaction sexuelle, qui importe maisRetour ligne automatique
ses préliminaires. Ce mode de relation est dangereux. Passer du temps avec le prostitué, discuter, lui acheter des vêtements, luiRetour ligne automatique
payer un resto. Tout ça peut finir sur une branlette de trente secondes.
 » Henri perçoit les clients, presque les mêmes depuis vingtRetour ligne automatique
ans, comme des victimes eux aussi. « Victimes d’une misère sexuelle, affective, sociale. Ils sont également abimés par la vie. Les pénaliser pour leur sexualité, en faire des délinquants, serait une erreur.Retour ligne automatique
Une façon de passer à côté des sources du problème.
 »

Violence et misère

« La prostitution est une violence. Mais le problème ce n’est pas de baiser. Cela peut rester très anodin. Le problème c’est leRetour ligne automatique
capital et l’ordre moral (religieux). De se dire qu’on peut gagner autant pour si peu. Le drame social des prostitués qui se créent une identité schizophrénique, à force de cacher leur activité, leur sexualité. AucuneRetour ligne automatique
association et aucune volonté politique ne répond à ce dont ces personnes ont vraiment besoin : un logement, un travail (de l’argent).Retour ligne automatique
La prostitution c’est un ensemble de problèmes socioéconomiques, de misère auxquels personne ne s’attaque. En attendant, ce sont les plus pauvres qui en souffrent le plus.
 »

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...