La querelle des chiffres

Pour l’OMS, une personne sur cinq sera victime de viol au cours de sa vie. Il est difficile de chiffrer des violences sexistes. Prendre en compte les données de la police n’est pas satisfaisant : la plupart des viols n’aboutissent pas à des plaintes. Tentative de clarification.

 

En 2000 l’enquête nationale contre les violences faites aux femmes en France (ENFEVV) essaye de palier cette lacune. 6970 femmes sont interrogées par téléphone avec un questionnaire « conçu pour faire émerger progressivement les situations de violence et favoriser la remémoration d’événements parfois très anciens. La violence n’était jamais nommée » [1]. Les chiffres recueillis sont ensuite rapportés au nombre de femmes en France. Selon cette enquête il y aurait entre 50 000 et 75 000 viols par an sur des femmes majeures (soit entre 137 et 205 par jour), et seuls 5 % déboucheraient sur des plaintes. Par ailleurs 11 % des femmes ont déclaré avoir subi au moins une agression à caractère sexuel au cours de leur vie (attouchement, tentative de rapport sexuel forcé, rapport contraint). Il y a aussi des statistiques fournies par la permanence téléphonique nationale Viols Femmes Informations qui permettent de lever les préjugés habituels que l’on peut avoir sur le viol. Selon ces statistiques : 74 % des viols sont commis par une personne connue de la victime ; 25 % des viols sont commis par un membre de la famille ; 49 % des viols sont commis sans aucune violence physique ; 67 % des viols ont lieu au domicile (de la victime ou de l’agresseur).

Récemment une autre enquête a dépouillé 425 affaires jugées en Cour d’assises [2] : près de la moitié des viols jugés sont commis à l’intérieur de la famille (alors que 5% seulement sont des viols conjugaux, ce qui s’explique par la difficulté à porter plainte dans ce cas de figure) et « 90 % des auteurs de viols jugés sont issus des milieux populaires. En d’autres termes, les viols demeurent surtout dissimulés dans les classes sociales les plus favorisées. » Les initiatives sont louables. Connaître la réalité du viol – au-delà des fantasmes et mises en scènes médiatiques – pour comprendre ce qui se joue et agir dessus. Face au déni, « l’objectivité » des chiffres est parlante. Mais le terrain est glissant. Des chiffres sortis de leur contexte ne garantissent rien de l’utilisation qui va en être faite. Par exemple dire qu’en Cour d’assises 90% des violeurs viennent des milieux populaires montre que les mécanismes d’occultation sont plus forts chez les riches. Sauf que ça pourrait aussi laisser entendre qu’être pauvre prédispose à être violeur...

Notes

[1INED, Population et Sociétés n° 364.

[2Le viol, aspects sociologique d’un crime, Véronique Le Goaziou, 2011.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...