[VIDEO] À Lille 3, les étudiant.es sont expulsé.es par les flics

expulsion de lille 3

Ce vendredi 23 mars, après deux jours d'occupation de l’amphithéâtre B1 sur le campus Pont de Bois de l'université Lille 3, la direction de la fac de Lille est passée une fois de plus à l'action. Après une sommation durant l'après-midi fixant un ultimatum à 17h00 précise, la directrice générale des services, Marie-Dominique Savina s'est présentée aux portes de l'ampli dix minutes avant l'expiration « demandant » aux étudiant.es de partir pour des « raisons de sécurité ». Le collectif d’étudiant.es refuse de partir, et elle ne veut pas entamer de négociation : « Je ne fais que mon travail » argumente-t-elle. Une étudiante argue le fait que « Nous sommes ici tou.tes majeur.es et vaccinés et que déjà par le passé d'autres amphis ont été occupés » [En tête l'amphi Archimède à Lille 1 occupé durant la loi travail]. Il semblerait que la nouvelle présidence de l'université représentée par Jean-Christophe Camart soit moins enclin à ouvrir le dialogue avec les étudiant.es. Mme Savina explique que l'amphi doit être en capacité de « recevoir du public dans de bonnes conditions ». Un étudiant rétorque alors par : « mais c'est nous le public ! ».

Dialogue de sourds et aucune marge de manœuvre n'est offerte aux étudiant.es qui décident in extremis de rester dans l’amphithéâtre. Des rumeurs avancent que des cars de CRS sont sur le parking. La cinquantaine d'étudiant.es qui avait prévu un grand banquet « frites et musique » se demande s’il va avoir lieu. Marie-Dominique Savina quitte les lieux. Moins de deux minutes plus tard et à peine le temps pour les « insurgé.es de Lille 3 » de barricader l'amphi qu'une trentaine de CRS débarque dans le bâtiment.

Cette évacuation entre en résonance particulière avec les déblocages policiers qui se sont déroulés ces derniers jours en France avec plus ou moins de violence : à Bordeaux, le 7 mars dernier, la police a eu la main lourde contre des étudiant.es pacifistes occasionnant plusieurs blessé.es. Pire encore le 22 mars, à Montpellier des hommes cagoulés et armés de bâtons et de planches en bois évacuent les élèves grévistes.

Ce n'est pas la première fois cette année que la police déloge les étudiant.es mobilisé.es contre la sélection à l'université et les réformes tout azimut du gouvernement. La direction de l'université semble recourir systématiquement aux forces de police pour évacuer les usagers de l'université. En effet, une première assemblée générale -sans volonté d'occupation- avait été écourtée le 28 novembre 2017 par la police à Lille. Puis, le 7 décembre 2017 une conférence qui portait sur la « capacité de la littérature à interroger la violence du monde » en présence d'Édouard Louis et Geoffroy de Lagasnerie avait été interrompue par Philippe Vervaecke, vice-président de Lille 3 de l'époque qui s'était montré fort peu courtois en arrachant le micro des intervenants, faisant des doigts d'honneur, avant de faire intervenir les forces de l'ordre (ou du désordre) craignant une nouvelle assemblée générale du collectif « CRS » (Collectif de Résistance à la Sélection).

Ce soir, l'évacuation fut sommaire et les étudiant.es n'ont opposé aucune résistance. Pendant que les agents de sécurité se sentent pousser des ailes « il est interdit de filmer ici, ne filmez pas les forces de l'ordre ». Un bleu s'écrit : « C'est bon, il reste que les frites ». Ils n’étaient pourtant pas invités.

Le collectif de La Brique

________________________________

Addendum :

Les étudiant.es ont toutefois pu récupérer les précieuses frites pour se rendre à l'université Lille 2 (fac de droit) où se tenait à 18h00 un rassemblement contre les incursions violences de milices cagoulées dans les facs. L'amphi E a donc été occupé en réaction, voici leur communiqué : 

-- Mercredi 28 mars, appel à manifester partout en France contre les interventions fascistes et policières sur nos campus --

[COMMUNIQUE DES OCCUPANT.E.S
DE L’AMPHITHÉÂTRE E.304 DE LA FACULTÉ DE DROIT DE LILLE]

Lille, le 23 mars 2018

Ce vendredi 23 mars, en réaction aux attaques d'un commando d'extrême droite à la fac de droit de Montpellier, conduisant à l'hospitalisation de plusieurs étudiant.e.s lors de l'occupation d'un amphithéâtre dans le cadre du mouvement de protestation en cours. En réaction aux multiples interventions policières partout en France sur les campus universitaires se mobilisant (Nantes, Bordeaux, Paris, Dijon, Strasbourg, Lille, Toulouse, Grenoble pour ne citer qu'eux). En réaction à l'expulsion de l'amphithéâtre B1 de Lille 3 par les forces de police plus tôt dans la journée, un rassemblement s'est tenu à 18h00 devant la faculté de droit de l'université de Lille. Plus de 200 personnes présentes ont spontanément décidé de s'approprier un amphithéâtre afin de se réunir en Assemblée Générale.

A l'issue des discussions, l'Assemblée Générale a voté :
- L'occupation de l'amphithéâtre de manière indéterminée en réaction aux événements précédemment évoqués.
- La démission de la présidence de l'université du fait de sa décision d'envoyer la police sur ses étudiant.e.s se mobilisant.
- La fin de l'autorisation de faire venir les forces de l'ordre sur les campus universitaires. 

Si ces revendications ne sont pas appliquées dans les plus brefs délais, nous, occupant.e.s, promettons de créer le rapport de force nécessaire à l'application de ces dernières. Aussi, l'Assemblée Générale appelle à une journée nationale de mobilisation le mercredi 28 mars contre les interventions policières et fascistes sur les campus universitaires et à rejoindre les manifestations des fonctionnaires, cheminot.e.s, étudiant.e.s etc. luttant contre les réformes ultra-libérales du gouvernement. Partout en France, le 28 mars, soyons dans la rue pour dénoncer le comportement des présidences d'université ayant systématiquement recours aux forces de l'ordre dans les facultés mobilisées.

Flics, Fachos hors de nos facs, on répondra chaque fois qu'on nous attaque.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...