Forum "vos libertés, votre sécurité : parlons-en ensemble" : quand la police vous parle

Du 16 mars au 18 mai, vous étiez invités à écouter les forces de l’ordre et les élu-e lors des 1000 forums « Vos libertés, votre sécurité » organisés par MAM. Le discours officiel est de rapprocher les citoyens et la police pour construire « un grand ministère moderne de la sécurité » [1]. Tiens tiens…


6 mai, 18H
. Dans l’amphithéâtre flambant neuf de l’Ecole nationale de Police de Roubaix-Hem, on retrouve à la tribune Guillaume Dederen, secrétaire général adjoint de la Préfecture du Nord. Il mène le « débat » accompagné du procureur de la République et de quelques gradés. Retour ligne automatique
L’ambiance est décontractée et pour cause : 25 personnes garnissent la salle. Pour moitié des fonctionnaires de police, pour l’autre des élu-es (le maire de Roubaix René Vandierendonck et quelques adjoints). Tous et toutes au premier rang. Un « citoyen », un journaliste de La Voix et votre serviteur se tiennent en plongée.

Les statistiques tu manieras

18H15. Une longue série de statistiques de la délinquance sur la zone de Roubaix débute. Toute fière, la commandant annonce un taux d’élucidation en progression (33% sur 18600 faits). Un bel organigramme des différents corps de la police roubaisienne nous informe que les unités les plus fournies de la sûreté urbaine sont dévolues au trafic de stupéfiants et aux violences. Or, plus il y a d’infractions liées à la drogue ou de violences physiques contre les personnes, plus la police apparaît efficace. En effet, une infraction constatée en matière de stupéfiants équivaut, cela va de soi, à un fait élucidé, tout comme il est aisé d’élucider un acte de violence puisque la victime a souvent vu son agresseur (sauf si ce dernier est de la police évidemment). Plus de drogue et plus de violence font donc mécaniquement monter le taux d’élucidation. C’est ce qu’on appelle la politique du chiffre.

L’ironie tu maîtriseras

18H45. Les débats s’enchaînent. Le premier, intitulé La sécurité, un devoir vis à vis des citoyens, et le second, La sécurité, une responsabilité partagée. Très vite, un « question-réponse » s’opère entre l’estrade et les élu-es. À ce jeu-là, le socialiste René Vandierendonck se fait mousser dès le début de son allocution, qualifiant la police de « fonction publique par excellence » et la sécurité de « premier des services publics » . Il déplore ensuite le nombre trop faible de policiers et le vide créé par le manque de postes de proximité. Les plaignant-es vont engorger le central de Roubaix, ce qui décourage souvent pour porter plainte (et donc faire monter le taux d’élucidation).

19h00. Annie Vermandele, chef de sûreté urbaine, trépigne depuis quelques temps et peut enfin se lâcher : « Oui vous avez raison pour l’engorgement du central. Mais je vais vous dire : ils attendent deux trois heures à la sécu, à la CAF mais ne savent pas le faire au commissariat... ». Ricanements dans l’assemblée…

Le flashball tu dégaineras

19h25. À la question d’un autre élu qui s’inquiète de la défiance croissante des jeunes à l’égard de la police, Guillaume Dederen dégaine : « Oui, enfin… ce ne sont pas non plus des anarchistes qui veulent la destruction de l’Etat ! » Puis sort l’artillerie lourde face à une prétendue hausse des plaintes contre la police : « À cet égard, et comme nous sommes entre nous [sic], je vous le dis : sans remonter à Mai 68 – ça ne m’intéresse pas, je n’étais pas né – la police est victime depuis une bonne dizaine d’années de campagnes de stigmatisation, notamment dans la presse. »

L’énarque était-il énervé contre ce rapport accablant d’Amnesty sur la police française, publié trois jours auparavant [2] ? Les accusations portées par l’organisation de défense des droits de l’homme sont sans appel : les violences policières restent trop souvent impunies en France, les plaintes traînent et aboutissent rarement. Le dossier parle même de «  policiers au-dessus des lois  ». 46 pages, photos à l’appui de cas concernant aussi bien des sans-papiers en situation irrégulière que des gens contrôlés dans la rue. A quand un Grenelle des bavures ?

Notes

[2Rapport complet sur le site internet d’Amnesty International.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...