Comment faire carrière en politique ? Leçon n°1

A 18 ans, on veut changer le monde. Et puis après on cherche à faire carrière. Il y en a même qui se marient avec un parti ou épousent des causes politiquement correctes. Petite revue loin d’être exhaustive des élus qui sont passés de l’extrême-gauche à la gauche ou de l’extrême-droite à la droite, voire le contraire. D’accord, ce n’est pas tout à fait le même phénomène. Transfuges, carriéristes... Donnez-leur le nom que vous voudrez.

Lire la suite : Comment faire carrière en politique ? Leçon n°1

Lille 3000... né en 1823

En plein « Lille 3000 », la maison d’édition Les lumières de Lille remet à jour la plaidoirie de Vincent Leleux, imprimeur, libraire et journaliste lillois, jugé en 1823. Il avait dénoncé dans son journal L’Echo du Nord, les grandes dépenses engagées par la mairie de Lille à l’occasion des fêtes de la ville. Liberté d’expression en ballotage, mascarades festives, chômage. Les histoires se répètent.

Lire la suite : Lille 3000... né en 1823

Les étrennes des Transphotographiques 2009

Le conseil municipal lillois, réuni le 2 février dernier, n’a pas oublié d’arroser la « famille » pour cette nouvelle année. Le festival d’Olivier Spillebout, « mégalo-photographe » spécialisé dans la photo « artistique » de « femme nue à forte poitrine », s’est vu attribuer comme chaque année une belle petite somme : 200 000 euros. Même si en 2007 avec un budget municipal de 400 000 euros, le festival exploitait déjà allégrement sa main d’œuvre (cf. La Brique n°3, juin 2007), rien n’est venu perturber les élu-es. Qui, du reste, ne sont pas sans savoir que la directrice du cabinet de Martine Aubry n’est autre que… Violette Spillebout, la femme d’Olivier. Et 200 000 billets, ce n’est pas assez pour ce dernier qui se plaint régulièrement d’être victime des « tristes décisions d’une seule personne » (La Voix, 26/10/08). En l’occurrence, la très bonne copine énarque de sa femme. Quel grossier personnage !

MUNICIPALES : Jusqu’au bout du consensus Aubry

Les élections municipales ? Des “nouveaux” rapports de force et des nouvelles pas si... nouvelles : confirmation de l’abstention, recul électoral de l’extrême droite et une gôche de plus en plus “plurielle”.

Dans le Nord, l’abstention se maintient par rapport au dernier suffrage de 2001 en dépassant les 50 % dans les trois grandes villes de la métropole « lilloise ». Elle augmente à Lille et Roubaix au second tour. Elle atteint même plus de 60 % dans cette dernière pour le premier tour où le maire socialiste, René Vandierendonck est élu à peine avec 21% des inscrit-e-s (l’abstention était de 55 % en 2001 et 41 % en 1995).

Lire la suite : MUNICIPALES : Jusqu’au bout du consensus Aubry

Mauroy, autopsie d’un mythe

C’est du Sarko avant l’heure. Travailler plus pour gagner plus ! Quand le grand manitou Mauroy demande en 1992 à sa fidèle Lyne Cohen-Solal d’oeuvrer au “ rayonnement de la métropole lilloise ” en plus de son job de rédac’ chef au PS à Paris, aucun des deux ne se doute qu’on en reparlerait… seize ans plus tard dans le bureau d’un juge lillois, tous deux mis en examen*. Des heures sup’ bien payées. 4500 euros mensuels en deux jobs. En 1992, la somme est coquette, disons un salaire de cadre presque sup’. 

Lire la suite : Mauroy, autopsie d’un mythe

Quand notre Monarque et sa Cour viennent adresser leurs voeux aux fonctionnaires.

Nicolas Paul Stéphane Sarközy de Nagy-Bosca avait décidé qu’il passerait la matinée du vendredi 11 janvier à Lille. Peu l’ont aperçu, car arrivé en avion privé, il a filé tout droit à la préfecture pour adresser à quelques centaines de cadres supérieurs de la fonction publique de bon vœux pour l’année à venir, en présence de ses ministres et de Martine Aubry.

Lire la suite : Quand notre Monarque et sa Cour viennent adresser leurs voeux aux fonctionnaires.

Quand les gratteux se font gratte-papiers...

« Professionalisation », c‘est le maître mot de Domaine Musiques, qui subventionne des groupes régionaux. Présentation du dispositif, critiques et réflexions...

De nombreux dispositifs sont mis en place par les amoureux de la musique que sont le Ministère de la Culture, le Ministère de la Jeunesse et des Sports ou le Conseil Régional. Nous avons porté notre attention sur « START, PLAY, REC » (voir encadré ci-dessous), financements de l’association Domaine Musiques (DM). Ces subventions sont allouées aux « musiques actuelles ». Ces dernières sont plutôt définies par défaut : la musique classique n’en fait pas partie, la musique traditionnelle si.

Lire la suite : Quand les gratteux se font gratte-papiers...

Dans la chambre noire des "transphotographiques"

Festival de qualité ou ringard,voire amateur ? Peu importe, en jetant un oeil aux coulisses des Transphotos, on sait désormais qu’on n’y mettra jamais les pieds...

Les Transphotographiques, « festival international » autoproclamé, grosse com’ et inauguration en grande pompe. Quelques dizaines d’expositions programmées à Lille et ailleurs. Pour en savoir plus sur la version officielle du festival ou son contenu, ouvrez la Voix du Nord [1].

Lire la suite : Dans la chambre noire des "transphotographiques"

Trop c’est Trop !

Maison Folie de Wazemmes, dimanche soir, 03 avril 2007. La salle de spectacle est comble. D’un coup, la parole sur scène est donnée à une candidate UMP à la députation dans le Nord. Elle s’indigne du manque de dignité apportée aux détenu-e-s dans les prisons françaises. Elle assure que le candidat qu’elle soutient, Nicolas Sarkozy, a les mêmes considérations et qu’il ferait un bon président. Malgré les protestations de certaines personnes, Bernard Bolze (le coordinateur de la campagne) appelle au calme et le défilé des hypocrites continue. Un supporter de Bayrou insiste sur le fait que son candidat est très sensible à la question des prisons, et loue la société de rêve qu’il nous apporterait s’il était élu. Un lieutenant de Royal s’exécute également à cette tâche difficile, en préçisant qu’il faudra du « courage politique » à la candidate pour améliorer le sort des 60 000 personnes enfermées dans nos geôles pourries.

Lire la suite : Trop c’est Trop !

Dans les coulisses des réunions publiques de Martine Aubry

La «  démocratie participative  » est tendance du côté de la mairie de Lille. La très démocrate Aubry n’a pourtant pas été très réglo lors de sa campagne municipale de 2001. Deux étudiants de Science Po avaient réussi à s’inviter dans les coulisses. Et semble-t-il, les débats publics organisés à cette occasion étaient légérement truqués...

Extraits  : «  Pour ce qui est des débats, ils étaient souvent assez poliçés car ils étaient cadenassés par Martine Aubry qui orientait l’animateur Guy Le Flécher vers les interlocuteurs qu’elle souhaitait entendre. Ainsi Martine Aubry disait par exemple à l’animateur  : «  bon, on termine dans 10 minutes, donne plus la parole à celui là, fais gaffe à untel  ». D’autre part, après une question dérangeante, on faisait souvent intervenir un militant présent dans le public pour «  calmer le jeu  ». Guy Le Flécher a confirmé notre intuition en indiquant  : «  A Faubourg de Béthune, à Wazemmes et à Fives, il y a eu des fausses questions  : des gens qui intervenaient mais qui étaient militants ou très proches du président du conseil de quartier  ». Ou encore  : «  Lors de la réunion sur la sécurité, le public avait été trié sur le volet  ».

Source  : « La campagne de Martine Aubry lors des élections municipales de Lille en 2001  »  ; Lefebvre Wilfried et Lecocq Olivier, 2001, mémoire de DEA de sciences politiques.

Page 2 sur 2

Sur le même sujet