Politique : ne pas laisser à la portée des enfants

conseil municipal enfantsDepuis 1999, la ville de Lille est dotée d’un conseil municipal d’enfants, « une instance permanente de la démocratie participative qui associe les enfants lillois de 9 à 12 ans », selon le site Internet de la mairie. Loin de ses ambitions « citoyennes » et émancipatrices, la structure est une machine à enfermer les enfants dans le rôle social qu’on attend d’eux. Elle fournit en outre une main d’œuvre gratuite pour la municipalité, qui promeut un modèle de citoyenneté dépolitisé et interroge le sens même du social et du politique valorisés par les institutions de la République.
 
Nés officiellement en 19791 à Schiltigheim (Bas-Rhin), les conseils municipaux d’enfants (CME) s’inscrivent dans un cadre idéologique considérant la  représentation politique comme « en crise » : il conviendrait alors de la redynamiser, en incitant à participer à la vie politique certaines populations, au même titre que d’autres structures qui ont éclos depuis une vingtaine d’années au niveau municipal en France (conseils de quartiers, conseils d’anciens, conseils d’étrangers...). Les CME, au nombre d’environ 2 000 en France, ne relèvent d’aucune obligation ou incitation juridique. Ils se présentent avec l’ambition de valoriser les enfants en tant qu’acteurs qui auraient un point de vue particulier à faire valoir sur la ville et de permettre l’expression de leurs droits, en se réclamant des textes juridiques fondateurs en la matière, notamment la Convention internationale des droits del’enfant de 1989. Les CME constituent dès lors, selon leurs promoteurs – élu.es, expert.es ou salarié.es de collectivités territoriales – une façon de s’intéresser aux « autres » et de s’investir pour la collectivité. Au-delà, ils sont présentés comme porteurs d’enjeux civiques et socialisateurs car ils permettraient à leurs membres (généralement scolarisés en CM1 et CM2, soit entre 9 et 11 ans) de s’exprimer sur des problèmes qui les concernent directement et de connaître un apprentissage politique, en se frottant à une citoyenneté « grandeur nature ». Par exemple, le site web de la mairie de Lille indique, à propos du CME – qui relève d’ailleurs de la direction de la démocratie participative et citoyenneté – que « les jeunes élus lillois sont consultés, ils donnent leur avis sur les politiques municipales les concernant et montent des projets citoyens ». Le CME lillois est en réalité composé de dix CME correspondant aux dix quartiers de la ville. Seules quelques réunions annuelles, en « plénière », permettent de réunir les 170 jeunes élu.es.
 
Il y a quelques années, Jo et Louna2 en étaient ; elles étaient suivies par l’une des trois animatrices des CME, Léa. Jo rêvait « d’être déléguée » et d’« avoir des responsabilités ». Cela tombe bien : le site Internet du CME3 indique qu’« en devenant conseillers, les enfants sont consultés par les élus municipaux et donnent leur avis sur les projets de la ville (…) Il s’agit avant tout de permettre à l’enfant d’exercer ses droits, mais aussi lui faire prendre conscience de ses responsabilités et de ses devoirs. » Ce type de structure laisse ainsi penser a priori qu’elles constituent le lieu idéal de l’expression des capacités politiques enfantines, dont la sociologie politique a montré qu’elles apparaissaient de façon précoce. Qu’en est-il dans les faits ?
 
Les élections d’adultes comme canon
 
Les élections des conseillers se déroulent dans les écoles primaires de la ville, suite à la diffusion d’un DVD puis à une discussion – dite « de sensibilisation » – par une animatrice du CME. Dans le clip, d’une dizaine de minutes, apparaissent des enfants élu.es les années précédentes, sélectionné.es moins pour leur représentativité que pour leur capacité à correspondre à l’élu.e tel qu’on souhaite le/la promouvoir, c’est-à-dire évoquant des projets à développer, souvent en rapport avec l’environnement ou la défense des plus faibles (handicapés, enfants, personnes âgées). Plus tard, les candidat.es peuvent s’atteler à élaborer un programme. Louna explique que le programme consiste à « dire ce qu’on voulait faire. On y ajoutait nos photos, sur une affiche. J’ai parlé d’écologie et d’aider les personnes pauvres. » Si l’élection de Jo a été facilement obtenue (« On n’était que deux dans l’école à se présenter... »), celle de Louna s’est avérée plus difficile : « Il y avait pas mal de candidats, et surtout de candidates. Du coup, deux filles ont été élues chez moi, et un garçon. » Les représentations du processus électoral qu’on tente d’inculquer sont largement conformes au modèle de citoyenneté propre au gouvernement représentatif contemporain et à ses implicites normatifs. Y sont en effet calqués certains des canons symboliques et matériels d’un processus électoral « adulte », comme la reproduction d’un décor illusoire au format d’un théâtre de marionnettes : se porter candidat.e, élaborer un programme que l’on peut déclamer publiquement, poser des affiches électorales dans la cour...  C’est mignon tout plein et, si l’on y ajoute la présence d’isoloirs, de cartes d’électeur/trice, d’urnes et de feuilles d’émargements, on se rend compte que cette innovation est finalement d’une grande conformité. C’est après tout ce qui correspond au profil des animatrices : il est simplement demandé à Léa, comme aux autres, de savoir animer un groupe d’enfants et de les orienter vers les structures et les partenaires de la mairie.
 
conseil municipal enfants
 
Des activités pour ne déranger personne
 
Lorsque l’on demande aux deux anciennes élues quels souvenirs elles gardent des actions qu’elles ont menées, on est frappé par leur dimension ludique : « flash mob », « chorégraphie pour défendre l’environnement », « dessins pour arrêter de jeter des déchets », « se bander les yeux et faire parcours pour se mettre à la place des aveugles », « jeu de 7 familles sur la sécurité routière », « slam sur les droits des enfants et la tolérance ». Sans doute parce que les enfants aiment s’amuser... ou alors parce qu’en s’amusant, ils ne risquent pas de s’aventurer sur un terrain qui ne leur appartient pas ? Jo dit que « nous, on proposait des choses mais c’était rarement suivi. Finalement, il n’y avait pas de projet venant directement de nous, les enfants. » Louna renchérit : « On a l’impression que les thématiques étaient imposées. On a repris des activités qui étaient déjà en cours. » En fait, une grande partie des questions soulevées par les conseillers semble devoir trouver une réponse par l’action associative, particulièrement des associations qui défendent des causes liées à l’enfance, au handicap, aux personnes âgées, à l’environnement, à la lutte contre le racisme ou la pauvreté, globalement toute association dont l’objectif est de porter secours et assistance aux plus démuni.es et qui bénéficie d’une image bienveillante et sympathique. Du coup, ces actions philanthropiques, découpées en « projets » de court terme, permettent certes d’agir sur des symptômes mais sans en questionner les causes politiques. Et attention à ne pas mettre en cause quiconque : de toute façon, Léa « aidait à nous poser les bonnes questions ». Comprendre : celles qui ne s’immisceront pas trop sur des imputations de responsabilités et qui ne fâcheront pas non plus certains parents d’élu.es, méfiants à l’égard de tout risque d’« endoctrinement ». Les projets réalisés par les enfants associent des partenaires qui, dans la mesure du possible, permettent à la municipalité d’entretenir ses bonnes relations, comme pour l’opération Graffer n’est pas taguer, renouvelée chaque année, où « un homme extérieur était venu pour nous expliquer ses grafs », explique Jo. « Mais c’était déjà organisé par la ville depuis des années, ça ne venait pas des enfants directement. »
 
Une politique dépolitisée
 
Jo nous explique : « Je pensais qu’on parlerait surtout d’idées, et qu’elles seraient acceptées ou rejetées. » Alors qu’ils et elles semblent prompt.es à exprimer leurs représentations sur le monde, les élu.es des CME sont alors confronté.es à un rapport au politique qui les enferme dans les représentations que les adultes se font d’eux. Les représentations sociales que l’on porte sur les enfants sont directement héritées du christianisme, qui insiste sur leur pureté et leur innocence. Cette conception s’est particulièrement épanouie avec le romantisme, et construit les enfants comme intrinsèquement vertueux, purs, angéliques et innocents, créant un besoin de protection4. La politique, lieu par excellence du conflit, ne saurait alors être investie par des enfants... Toute intrusion sur ce domaine est repoussée, comme si rôdait la peur de mettre à mal l’homogénéité sociale supposée des enfants. Jo se remémore une déception : « Je voulais qu’on fasse une collecte de vêtements pour enfants afin de les distribuer dans les camps rroms. Je l’ai proposé au CME de mon quartier et Léa ne semblait pas d’accord. Elle a noté l’idée mais plus tard elle a dit qu’il fallait faire des choix et que ce n’était pas une priorité. Quelques semaines après, elle m’a dit que ce n’était pas retenu. » Finalement, la prise en charge des préoccupations concrètes des enfants les renvoie vers la sphère du social et contribue à un glissement du projet politique vers la gestion de l’urgence, à travers la mise en place de ces « projets », qui cantonnent les enfants dans un rôle qui ne transgresse en rien les représentations de sens commun qui les concernent et que l’on convoque ensuite pour justifier leur caractère supposément inné et naturel : qui oserait s’offusquer des belles images que les CME offrent dans la presse locale, grâce à l’engagement désintéressé des enfants ?  Loin de les ouvrir sur les contradictions et la complexité du monde, les CME contribuent plutôt à maintenir les enfants « à leur place », celle d’êtres soumis à diverses dépendances, cantonnés à des activités consensuelles qui sapent l’exigence affirmée d’égalité des droits. De plus, la mise en avant des dimensions désintéressée et ludique des activités enfantines laisse de côté la question de l’instrumentalisation d’une population considérée comme politiquement neutre, alors qu’elle est partie prenante de la mise en œuvre des politiques municipales.
 
enfantbalai 1
 
« Engagement citoyen » ? Travail gratuit, oui !
 
Quand les enfants nettoient des espaces verts, contribuent au lien social en rendant visite à des personnes âgées, collectent des denrées alimentaires pour les Restos du cœur, des jouets pour les enfants malades, des vêtements pour les sans-abri, des livres pour des bibliothèques... ne réalisent-ils pas des activités que d’autres pourraient effectuer en étant rémunéré.es ? Finalement, la dimension altruiste des actions menées et l’intérêt porté aux « autres » ne suscitent pas de réprobation fondamentale : l’image « positive » véhiculée par les actions enfantines est gagnante à tous les coups pour le pouvoir municipal et lui permet de mobiliser à peu de frais une main d’œuvre dont l’« engagement » offre des profits politiques. Les CME apparaissent comme une déclinaison de politiques de l’emploi mais avec un label bénévole, ce qui leur permet de passer inaperçues. Comment appeler autrement cette institutionnalisation de formes de travail bénévole dans les services publics, qui met au travail – non rémunéré – une catégorie de la population qui n’est pas dans l’emploi ? Dans cette configuration, tout se passe comme si les enfants bénévoles réalisaient les missions du secteur public dans les mauvaises conditions du secteur privé. Le processus est d’autant plus vicieux qu’il se présente sous les atours de grands principes tels que la « démocratie », l’« engagement » ou la « citoyenneté »... Mais par-delà l’image simpliste d’un « engagement » des enfants pour les « autres », du caractère « citoyen » des démarches effectuées et de l’idéologie du don de soi, il y a bel et bien un travail au cœur des pratiques enfantines. On peut le décrire comme une hybridation entre bénévolat et emploi, et c’est le discours officiel sur l’engagement désintéressé des enfants élu.es qui permet de masquer cette instrumentalisation.
 
À l’arrivée, qu’en retirent Jo et Louna ? « On était contentes d’y aller, même si on s’est un peu lassées sur la fin. » Jo précise : « Je ne sais pas si ça a servi à quelque chose. Pour nous, un peu, pour les autres, non ; ça nous a enrichis, mais on n’a sensibilisé personne : personne n’a donné plus aux Restos du cœur, personne n’a donné pour les Rroms, et le graf n’a jamais été exposé... » Même si des éléments cernés par ailleurs permettent d’évoquer une socialisation au métier d’élu.e (assurer un rôle de représentation lors de certaines manifestations, contacter des associations ou des partenaires institutionnels, monter un « projet »...), ce n’est qu’une dimension très partielle de ce que recouvre l’activité politique. L’effacement du politique dans les CME fragilise la participation des enfants et leurs capacités à réellement peser sur leur environnement. Sauf à prétendre que la citoyenneté se limite à ces formes convenues et au fond infantilisantes.
 
Philémon
 
1. Schiltigheim est désignée pendant l'année internationale de l'enfance comme ville pionnière des CME.
2. Tous les prénoms ont été modifiés.
3. « Conseil municipal d'enfants » sur lille.fr, consulté le 18 mars 2017.
4. Sur ce point, voir Anneke Meyer, « The Moral Rhetoric of Childhood » paru en 2007 dans la revue Childhood: A Global Journal of Child Research.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...