Pierre de Saintignon : si vous aviez raté un métro

pdsLe PS a propulsé Pierre de Saintignon à la tête de sa liste kamikaze aux élections régionales. Porte-flingue de l'ombre de Martine Aubry, PDS est moqué par tout le monde pour sa faible notoriété. Sauf que quand on y regarde de près, c'est plutôt l'inverse qui ressort : le type est fort bien connu... des patrons du coin. Le domaine des transports en témoigne.
Le 10 octobre dernier, une page Wikipédia sur Pierre de Saintigon est créée, puis supprimée deux heures plus tard. Motif : Fier de Satignasse est encore peu identifié par la populace. Les malheurs du candidat font alors le buzz dans les médias nationaux. Pourtant, voilà vingt ans que le soldat PDS traîne ses guêtres dans les couloirs du pouvoir. Il est habitué à jouer dans la cour des grands en région, et sait s’attirer les bonnes sympathies. Même Jean-René Lecerf, le nouveau président de droite du département du Nord, y va de son compliment : « Il est intelligent, démocrate, et humaniste ». Youpi.

Un bénévole à plus de 7000 boules par mois

Il faut dire que Pierre de Saintignon est un patron engagé. Trente huit ans que le chevalier PDS fait dans le social et le bénévolat. De 1977 à 1992, il est directeur général de la Sauvegarde Du Nord, une association à but non-lucratif qui « accompagne des enfants, des adolescents, des jeunes en difficultés [...], des adultes éloignés de l’emploi, des familles et des personnes en grande précarité ». En 1987, PDS regroupe quatre filiales de la Sauvegarde en une seule association d'insertion nommée Vitamine T.
 
Quand on lui reproche de placer ses jetons dans cette boîte qui turbine aujourd'hui à 50 millions d'euros de chiffre d'affaire annuel, le bonhomme tient sa réplique : il n'en tire aucun bénéfice personnel. Et jamais personne pour lui répondre que pour un type qui cumule déjà trois salaires, c'est encore un minimum. Rappelons que PDS a beau être « peu connu » des grands médias, il est à la fois 1er adjoint à la ville de Lille (3725€), président de la commission développement économique à la MEL (2620€), et 1er vice-président au Conseil régional (1350€)1. Le bénévolat à 7000 balles : La Brique en redemande. 
 
pds

Un patron engagé... par les patrons ?

N'empêche : Pierre de Saintignon est dans le social. La preuve par la composition du conseil d'administration de Vitamine T. À l'intérieur, on y trouve toute la fine fleur du patronat du Nord : Bruno Bonduelle du groupe agro-alimentaire éponyme, Jean-François Dutilleul du Groupe Rabot-Dutilleul, Maxime Holder, PDG des Boulangeries Paul, Phillipe Vasseur, brocardé un numéro sur deux dans nos colonnes, ou encore Vianney Mulliez du groupe Auchan. Un prêté pour un rendu ? Toujours est-il que Franck et Margot de Saintignon, deux des rejetons de Pierre, occupent des postes à responsabilité à Kiabi... propriété du groupe Mulliez. Voilà donc un patron à particule, issu d'une famille noble de Lorraine, qui fricote avec le paternalisme des grands patrons du Nord : elle est pas belle la mixité sociale ?

Sur-vitaminé aux subventions

Le groupe Vitamine T compte aujourd'hui 14 filiales, 2 500 salariés et génère 50 petits millions d’euros de chiffre d’affaires dopés à l’argent public. La spécialité maison, c'est de répondre aux appels d'offres publics et de faire subventionner la main d'œuvre. Mais le groupe tient, là encore, sa réplique : « L'argent public perçu par le groupe Vitamine T (13% du chiffre d'affaires) correspond à la juste rémunération de sa mission sociale ». Les 13% d’argent public sont fructifiés dans les diverses filiales du groupe : la plus-value provient du maraîchage biologique, de la rénovation d’électroménager, de brocante solidaire, de nettoyage écologique de bagnoles, de reconditionnement de palettes en bois ou de valorisation de déchets électroniques, pour ne citer que quelques activités. Restent donc 87% du chiffre d'affaire qui sortent de la cuisse de Jupiter – ou plus simplement du travail des gens.
 
Parmi les filiales du groupe, on trouve Médiapole : les « préventions métro » en blouson orange; les personnes qui déambulent dans les transports en commun de la métropole lilloise. Officiellement, la boîte se dispute un marché de 16 millions d'euros de subventions de la MEL avec  une autre boîte : Citéo. Sauf que la présidente de cette société concurrente, Caroline Le Dantec, n’est autre que la femme... de Pierre de Saintignon. Deux sociétés, deux président.es pour un marché... fusionnel.
 
Un mélange des genres qui, bizarrement, n’est pas légalement répréhensible. Reste quand même cette longue et troublante litanie de casquettes qui se confondent, et donc ce rôle de conseiller communautaire qui fait distribuer des millions d'euros de subventions à sa propre personne et à sa femme. Sous des discours socialisants, Saintignon place aujourd'hui sa vie professionnelle au service de sa vie politique.

Harry Cover
1. Chiffres pour 2013, tirés de capital.fr.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...