Aubry - La tribu Mauroy dans la seringue

En trois mois, Martine Aubry a quadrillé et verrouillé son PS à tour de bras. 2008 était l’année de la résurrection, 2009 est celle de la mise au pas. La patronne ne veut voir aucune tête qui dépasse. 

Paris, c’est mission impossible avec cette Ségolène Royal qui bouge toujours, et cette majorité bancale et artificielle, ces fabiusiens, ces delanoïstes, ces strauss-khaniens et tous les autres qui guettent le moindre faux-pas et reniflent la curée. Bref le PS plus vrai que nature, aux allures de fronde permanente. Et l’épisode des listes européennes dressées à la baguette n’a pas dérogé à la règle. Mais ici à Lille, on ne moufte pas et on claque des talons. 

Premier acte. C’est le fidèle Pierre de Saintignon, le bras droit et le bras gauche de la maire de Lille, qui dégaine le premier et laisse courir le bruit en décembre dernier qu’il prendrait bien la place de Bernard Roman au conseil régional l’année prochaine. 

Deuxième acte  : pour les européennes de juin, justement, le picard Vincent Peillon est prié de s’effacer devant Gilles Pargneaux, le nouveau guide de la fédération socialiste du Nord téléguidé par Martine Aubry et dont il est devenu le bras armé.

Troisième acte : le lillois Patrick Kanner, également vice-président du conseil général du Nord, qui se confondait avec la section socialiste lilloise, est proprement bouté hors cette forteresse militante et remplacé par Audrey Linkenheld, clone de sa patronne de maire et promise aux plus brillants honneurs.

Les prochains épisodes porteront-ils les noms des députés Bernard Derosier et Alain Cacheux, de quelques autres, et même, peut-être, du président du conseil régional, Daniel Percheron, dont l’itinéraire a commencé dans les années 70, mais qui sait jouer de son influence dans le parti comme d’une assurance-vie. 

L’épilogue n’est pas encore joué mais il y a fort à parier que les socialistes du coin vont nous servir « Petits meurtres en amis » jusqu’à la fin de l’année. « Tout ce qui est à moi est à moi, tout ce qui est à toi est négociable ». On ne peut mieux faire dans la volonté de puissance. Retour ligne automatique
Avec Martine Aubry, l’art de la négociation ressemble à celui de Jules César matant les tribus germaniques. Elle qui a eu tant de mal à s’imposer dans l’univers militant nordiste depuis son arrivée à Lille il y a quinze ans tient là une éclatante revanche et prend à revers ce qui fut pour elle un nid de guêpes. C’est qu’il y en a des fiefs et des sinécures à se faire octroyer : circonscriptions, places en position éligible, collectivités,…Le petit monde de Pierre Mauroy, fait de paternalisme protecteur et bonhomme, est en voie de disparition. Avec lui, on faisait carrière à table autour d’un gigot-fayots arrosé d’une bonne bière, ou dans les couloirs reposants d’une association subventionnée avant de s’en aller pantoufler chez un de ses vassaux : la tribu était tellement accueillante. Le nouveau clan Aubry, dominateur et sûr de lui, imprime son style froid et techno sur un univers socialiste désemparé. 

La vieille génération Mauroy, comme les dinosaures du Crétacé, appartient déjà aux sables de l’histoire. Retour ligne automatique
M.P

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...