La Mare aux crevard.es. Recasez-les tou.tes !

Games of Nord

breves aubry backup 1Alors que les municipales n'auront lieu qu'en 2020 (ou 2021, en fonction des choix stratégiques de Macron), la bataille du Nord a déjà commencé ! Il y a quelques mois, Martine Aubry dégainait dans nos boîtes aux lettres un beau bilan de mi-mandat sur papier glacé, tout en multipliant les réunions publiques dans les quartiers pour vanter son bilan… et La Voix du Nord lui emboîte désormais le pas. Le 2 décembre, le journal du groupe Rossel a ainsi commandé un sondage sur « l'action municipale et la personnalité » de la maire de Lille.

Lire la suite : La Mare aux crevard.es. Recasez-les tou.tes !

Cyril Dion : coli-briseur de l'écologie radicale

vautour En matière d'écologie, certain.es affichent sans honte leur médiocrité. Par exemple, Cyril Dion, réalisateur avec Mélanie Laurent du film Demain, mais aussi fondateur du mouvement Les Colibris et de la revue Kaizen. Profitant de sa campagne promotionnelle qui passait près de chez nous en octobre dernier, on a voulu débattre avec lui des fameux « Colibris » et de sa vision de l'écologie. Le Colibri étant peu à l'écoute des oiseaux de mauvais augures, on se contente donc de nos colonnes pour s'expliquer.

Lire la suite : Cyril Dion : coli-briseur de l'écologie radicale

La BCE : quels intérêts ?

bceClément Fontan est chercheur en science politique. Spécialiste de la Banque Centrale Européenne, il critique depuis plusieurs années les gouvernements européens, Frankenstein modernes, créateurs d’un monstre – la banque centrale européenne. Il nous raconte l’histoire de ce colosse « indépendant » dont les actions ne cessent de creuser les inégalités, entre sauvetage des banques, réformes néolibérales et petits arrangements entre amis.

Lire la suite : La BCE : quels intérêts ?

Politique : ne pas laisser à la portée des enfants

conseil municipal enfantsDepuis 1999, la ville de Lille est dotée d’un conseil municipal d’enfants, « une instance permanente de la démocratie participative qui associe les enfants lillois de 9 à 12 ans », selon le site Internet de la mairie. Loin de ses ambitions « citoyennes » et émancipatrices, la structure est une machine à enfermer les enfants dans le rôle social qu’on attend d’eux. Elle fournit en outre une main d’œuvre gratuite pour la municipalité, qui promeut un modèle de citoyenneté dépolitisé et interroge le sens même du social et du politique valorisés par les institutions de la République.
 
Lire la suite : Politique : ne pas laisser à la portée des enfants

Revers de médaille pour Aubry

boxe3 1Novembre 2016, le parc des Olieux est évacué, karchérisé et barricadé pour éviter toute réinstallation des mineurs isolés étrangers. Une partie d’entre eux investit une maison abandonnée de la rue de Fontenoy. Janvier 2017, les jeunes sont à nouveau délogés par la bleusaille. Les expulsions successives et l’invisibilisation de ces jeunes migrants n’entament pas pour autant la détermination du collectif des Olieux qui lutte à leurs côtés face au cynisme des pouvoirs locaux.
 
Lire la suite : Revers de médaille pour Aubry

Pargneaux l'apparatchik

pargneauxPrésident depuis 2002 de l'institut lillois d'éducation permanente (ILEP), Gilles Pargneaux est mis en cause dans la gestion douteuse de l'organisme de formation. Gestion qui mène à sa liquidation et au licenciement de 52 personnes. À La Brique, on connaît bien l’inénarrable soudard du Parti socialiste, c’est que l’animal est connu par les militant.es et élu.es PS de la région pour ses frasques.

Lire la suite : Pargneaux l'apparatchik

Ilep : le gâchis socialiste

ilepPour celles et ceux qui y ont travaillé ou suivi des cours, la fermeture de l’Institut lillois d’éducation permanente (ILEP) est un vaste gâchis. Après quarante ans de bons et loyaux services et des milliers de personnes formées, l’ILEP a définitivement fermé ses portes cet automne. Pour les dernièr.es salarié.es, l’ILEP n’est pas que la victime collatérale d’un marché désormais concurrentiel, mais aussi l’histoire d’un abandon politique et un énième exemple des compromissions socialistes.
Lire la suite : Ilep : le gâchis socialiste

Poulet grillé

RGLe mouvement social du printemps dernier nous a rappelé comment les flics et les RG servaient le maintien de l'ordre social établi. Côtoyé durant le mouvement contre la loi travail, la non-discrétion du RG que nous avons repéré relève presque du tragi-comique.

En manif' ou lors d'actions militantes, l'agent Nicolas Fehring se pointe en chemise aux couleurs éclatantes, la mèche brossée... bref, une lampe torche dans les yeux des militant.es. On avait peu d'infos sur lui : fiché par le site Copwatch sous le nom de Ken, il livrerait facilement des informations sur ses collègues. Une fois n'est pas coutume, ce sont des flics qui nous ont balancé des infos sur lui : il est élu d'opposition à droite dans sa commune d'Anzin.

Lire la suite : Poulet grillé

Contrat à impact social : rentabiliser la misère

misere3Le « contrat à impact social », nouvel outil de financement pour les associations, arrive en France. L’État ne veut plus assurer ses missions sociales ? Pas de soucis, les banques et les multinationales sont déjà en embuscade pour couvrir les besoins des miséreux.ses. Une main sur le cœur, l’autre dans la caisse, la finance s’attaque au social et recycle la misère en pognon.
 
Lire la suite : Contrat à impact social : rentabiliser la misère

Le business du social

marchandisation docQuand les caisses sont vides, c'est le social qui trinque : enfants maltraité.es, exclusion sociale, personnes âgées, personnes handicapées. Tous ces publics sont concernés par le coup de rabot de 100 millions d’euros sur les subventions sociales annoncé par Jean-René Lecerf, président du département du Nord. Les associations en charge de l’accompagnement sont priées de se serrer la ceinture et de "changer de culture" pour se convertir à "l'entrepreneuriat social". Autre manière de dire que la rigueur est de mise et qu’elles devront gentiment chanter les louanges du marché pendant qu'on leur fait les poches.
Retour sur la casse d'un secteur médico-social dont le déclin maltraite d'abord les plus fragiles.
 
Lire la suite : Le business du social

La vraie démocratie, elle est où ?

guignolp« La vraie démocratie, elle est ici », chante-t-on dans les manifs. Le mouvement social de ce printemps pose des exigences de démocratie fortes à un gouvernement représentatif qui semble au bout du rouleau. La variété des actions menées dans le cadre de ce mouvement – occupations, lectures publiques, blocages, débats, tractages, manifestations, concerts – est aussi grande que celle des profils militants : syndicalistes de la première heure, étudiant.es néophytes, autonomes entraîné.es, citoyennistes de salon. Entre critique de la représentation, appel à une rénovation de la constitution, promotion d'une démocratie délibérative et rejet complet du jeu politique, les positions sont plurielles et les lignes de tension nombreuses.
 
Lire la suite : La vraie démocratie, elle est où ?

Pierre de Saintignon : si vous aviez raté un métro

pdsLe PS a propulsé Pierre de Saintignon à la tête de sa liste kamikaze aux élections régionales. Porte-flingue de l'ombre de Martine Aubry, PDS est moqué par tout le monde pour sa faible notoriété. Sauf que quand on y regarde de près, c'est plutôt l'inverse qui ressort : le type est fort bien connu... des patrons du coin. Le domaine des transports en témoigne.
Lire la suite : Pierre de Saintignon : si vous aviez raté un métro

Darmanin porte quoi ?

Darmanin couleurpGérald Darmanin, trente deux ans et député maire de Tourcoing, se voit déjà président de la République en 2027. Autoritaire, arriviste, anti-rroms, il rappelle furieusement un ancien chef de l'état. Fervent adepte des médias, il est prêt à sortir n'importe quoi tant qu'on parle de lui.
 
Lire la suite : Darmanin porte quoi ?

Hénin-beaumont : des éclats dans la vitrine

BRIOIS COULEUR 1

FN : 65% ; divers gauche : 35%... Salle des fêtes d'Hénin-Beaumont, deuxième tour des départementales. Les chiffres énumérés, appuyés par des applaudissements fièvreux, nous glacent les artères. Steeve Briois et ses sbires, mentons levés, mâchoires serrées, s'offrent triomphalement aux flashs des photographes. Ce soir là, on avait la bête face à nous. C'est qu'on en avait presque besoin, tant les petites mains de Le Pen s'emploient à lisser le fronton d'une mairie érigée en symbole du nouveau Front National. Un point sur la situation, un peu plus d'un an après l'arrivée du FN au pouvoir.

Lire la suite : Hénin-beaumont : des éclats dans la vitrine

Transition énergétique : De quoi Jeremy Rifkin est-il le nom ?

rifkinsParlons peu, parlons bien : deux des mecs les plus puissants de la région viennent de s’offrir pour plusieurs centaines de milliers d’euros les délires d’un futurologue américain pour transformer toute l’économie du Nord-Pas-de-Calais. La « Troisième révolution industrielle » vient de nous tomber sur le coin de la gueule, et on en a pour au moins cinquante ans. Bon courage !

Après San Antonio, Rome, Monaco et Rennes, c’est la région Nord-Pas-de-Calais toute entière qui est en passe de se convertir à l’évangile selon Rifkin et d’entrer dans la « Troisième Révolution Industrielle » (TRI). Le 25 octobre dernier, devant un parterre de patrons et d’élus locaux, Jeremy Rifkin est venu présenter son « Master plan » pour la Région. Fruit de six mois de travail entre son équipe, la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) et le Conseil régional. Une « feuille de route » qui fait la part belle aux nouvelles technologies, en essayant de rallier le patronat à des thèses pseudo-écologiques.

Lire la suite : Transition énergétique : De quoi Jeremy Rifkin est-il le nom ?

Démocratie participative, l’illusion du pouvoir

walid hannaCraignant les effets d’une grave crise de légitimité, les élus de notre démocratie représentative tentent de parer à la critique en agitant les dispositifs participatifs. Objectif affiché : « remettre le citoyen au centre de la décision ». Ben voyons...

« La vie d’un conseil de quartier à Lille, elle est autonome, elle est, je dirais même... bon je ne vais pas dire indépendante, parce que les conseils de quartiers à Lille sont dirigés par des élus... » [1] Hésitant et contradictoire, le propos émane pourtant d’un spécialiste en la matière : Walid Hanna est président du conseil de quartier de Vauban-Esquermes, et adjoint au maire de Lille à la Politique de la ville. Un conseil de quartier serait donc « autonome », mais « dirigé »... Curieux.

Lire la suite : Démocratie participative, l’illusion du pouvoir

Page 1 sur 2

Sur le même sujet