Ils l’appelaient Préfecture

prefecture

- ils l’appelaient Préfecture -

Même les enfants riaient de nos chimères, tous chantaient adossés à leur misère :

« les bourreaux ?! Ici-bas et par delà le ciel, la loi est leur autel ! »

un jour de Bastille et de famine, un matin de trop face à l’Oppresseur ciVil, La Foule Viendra fendre ce « H » de guerre, ce haut-de-cœur au cœur de Ville ; La Foule Viendra recracher ses jours serViles à la gueule de ce chien de l’État campé sur son arrogance Vile ; La Foule Viendra reprendre avec l’Hostilité de l’Histoire entière, son Grain, sa Liberté, son Espoir ; Elle Viendra hurlante écrouler les seize colonnes que flétrit un drapeau où seul le Rouge est la couleur ViVre ; Vingt barreaux en fer-forgés que les mains renégates tomberont sous l’oeil d’uniformes médusés ; le cœur en feu, La Foule remontera l’allée centrale au milieu des gaz et des gardes sensés l’en dissuader ; Elle aValera les seize marches bourgeoises graVies par des générations de familles instruites, léchées comme des culs royaux par des pingres de l’Énarquie, leurs souliers beaux lassés de l’or des étoiles et du cuir de notre peau ; du paVillon, armée par son sang et par ses larmes, La Foule s’engouffrera Vengeresse saigner les fonctionnaires que la forteresse engraissaient entre ses murs 

- ils l’appelaient Préfecture -

La Foule Videra sa Révolution dans les entrailles des Administrateurs du PouVoir ; les premiers Viendront du sud mais personne ne pourra dire, d’où Viendront les autres avec leur ire ; ce n’est pas le nombre qui comptera mais la Violence du torrent qui les portera ; pour qu’on n’y refonde rien, coté cour, coté jardin, La Foule brûlera tout ce qu’elle peut de chair, de fiches, de blancs seings ; à tous les étages, dans tous les couloirs, Elle s’écoulera Némésis légère, la mort et la joie à son bras Valsant meurtrière ; Elle glissera des cannons par les hublots du bastion pour tirer les porcins Venus rétablir l’Ordre des Salauds ; Elle arrêtera l’horloge au tonnerre de ses détonations libératrices, Elle tiendra la dragée plus haute que l’ardoise son cimetière d’un nouVel âge ; La Foule rira et son rire résonnera, de Mons aux Quatre Cent Maisons, de Bois Blanc à FiVes, par delà le bois, le périph, la Deûle et ses riVes, propager Le Feu Le Plus Grand qui deVaient se leVer pour que l’on ViVe 

Les enfants se rappelèrent :

« Qu’avions nous que nous ne pouvions jamais perdre ?

La joie de nos retrouvailles émeutières ! »

8-2-8-1

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...