Douchy-les-mines, le barrage du peuple

douchy26 mai 2016 : la France commence à être paralysée par le blocage des raffineries et des sites pétroliers. La Brique a livré ses derniers litres d'essence pour aller saisir l’ambiance et soutenir un siège en cours depuis cinq jours. Déter', on est même rentrés à bon port !
 

On est allés échanger quelques mots avec les militants bloquant le dépôt pétrolier de Douchy-les-Mines. Départ de Lille à la station sans essence de Porte des Postes pour une virée en terre minée. L'ambiance est joyeuse, printanière, comme une impression de départ en vacances avec les copain.ines. Sur la route de Valenciennes, une fumée noire traversant le paysage nous indique le chemin du dépôt occupé. Á la sortie de l'autoroute, la circulation est ralentie par un groupe de syndicalistes distribuant des tracts pour informer les automobilistes. Serrages de main à l'arrivée avec les autonomes, noirs de suie, fatigués, mais déterminés, tous occupés à alimenter le brasier de pneus. La première impression est celle d'une bonne ambiance où les collectifs cohabitent depuis plusieurs jours : tonnelles, musiques, sourires, cantines, canettes et caisses de soutien à la mobilisation. La lutte a manifestement repris ses droits sur le terreau des mobilisations ouvrières historiques.
 
« On est tous les enfants d'Usinor »
 
Le blocage n'y va pas par quatre chemins : les pieux coulés dans le bitume et les éclats de verre font barrage à l'accès du dépôt pétrolier. Les troupes installées sur les bords du site sont diverses : ouvriers, enseignants, routiers, cheminots, hospitaliers, chômeurs, syndicalistes, etc. Tou.tes déterminé.es à opposer une résistance ferme, durable et unie à l'entêtement du gouvernement.
Alors que celui-ci tente de diviser le peuple pour casser le mouvement, chacun témoigne sur le terrain de la fraternité qui s'est construite à la faveur d'un ras-le-bol général. « J'ai l'impression qu'en France la fraternité... quand on voit les gens qui votent Front National... la fraternité on ne la voit plus quoi... mais la vraie fraternité, tu vois, je l'ai vue sur le dépôt de Douchy ce week-end. » nous dit un militant.
Si l'occupation a été lancée suite à un appel de la CGT on comprend que ce qui se passe ici dépasse les seules positions partisanes. Un routier témoigne de sa volonté de rester ici alors même que le gouvernement a cédé sur certaines revendications des camionneurs. Un militant de Sud Rail Valenciennes insiste : « On est pas là pour dire, on est de tel syndic ou de tel job, on est des citoyens c’est tout ».
Seule surprise : l'absence des salarié.es du dépôt forcé.es au chômage technique et acculé.es derrière des lignes de barbelés. Les raisons de leur non-mobilisation nous sont rapidement expliquées : des intérimaires de passage peu mobilisés, des revenus confortables pour les employés et un classement SEVESO obligeant à une permanence continue. Ce sont les syndicalistes travaillant sur les sites de la région qui prennent la responsabilité du blocage après leur journée de boulot. Le soutien des autonomes, des étudiants et de tous les autres est une force supplémentaire pour inscrire la lutte dans la durée, de jour comme de nuit. On est vraiment dans le contexte d'une lutte qui fédère au-delà des différences : le soutien des gens de la région distribuant de la bouffe, du pognon et du matériel, l'implication des maires PC des nombreuses villes du secteur (Raismes, Douchy, etc.). Un syndicaliste précise : « 90 % des gens qui passent en voiture, ils nous disent allez, lâchez rien. Les gens en ont marre, ça concerne tout le monde ».
 
douchy
« Tout bloquer devient vital »
 
Alors que les politiques nous crachent au visage leur discours sur l'illégalité des blocages économiques au profit d'une célébration des mérites du dialogue social, les actions « radicales » apparaissent définitivement comme la seule réponse à leur mépris. Une enseignante venue en soutien explique : « Nous on bloque pour empêcher l’approvisionnement des stations essence parce que le gouvernement ne nous laisse pas le choix ». C'est que les droits sociaux n'ont jamais été acquis par la négociation, mais toujours conquis par le rapport de force. Bloquer le sang du capitalisme est une épreuve de force visant à paralyser le pays et à sensibiliser toutes celles et ceux qui n'auraient pas encore pris conscience de la gravité de la situation. Lionel, syndicaliste, précise : « La CFDT et la CFTC sont les lèche-cul du gouvernement... ils disent qu'on est une minorité, mais c'est pas vrai et on sait qu'il y a 70% des Français qui sont hostiles à la loi travail ».
Lionel est le père d'Antoine, le militant cégétiste choppé par les flics lors de la manif du 17 mai dernier à Lille. Pour lui, aucun doute, son fils est clairement ciblé lorsque les forces de l'ordre décident de scinder le cortège à l'angle de la rue de Paris et de l'avenue Kennedy : « À travers l'exemple d'Antoine c'est le mouvement syndicaliste qui est visé et en particulier la CGT. La liberté elle est où ? Aujourd'hui on doit fermer sa gueule. Antoine porte un drapeau de la CGT et il se fait massacrer par trois colosses de la BAC. Elle est où l'égalité quand je vois Cahuzac qui a planqué du pognon et truandé le fisc ? On attend toujours son procès. Mon fils, pour un drapeau de la CGT, c'est la comparution immédiate... et on lui fout sur le dos une « violence sur agent de police », sauf qu'à regarder les images, on se rend compte que c'est les flics qui lui ont pété la gueule, alors je vous le répète elle est où l'égalité ? ». Antoine est toujours en taule au moment où on rédige ces lignes. Procès prévu le 09 juin.
 
Le brasier va s'étendre
 
Tandis que la nuit tombe, les discussions vont bon train sur la situation dans les autres sites en résistance. Tout le monde craint l'intervention des forces de l'ordre dès le lendemain matin, mais chacun.e est déjà prêt.e à imaginer la suite : « S'ils nous bougent, on balancera une dizaine de pneus en flammes sur les autoroutes du coin. Moi je suis pour affronter directement les keufs, mais pas en frontal, avec une dizaine de mecs qui balance 50 billes sous les pieds des robocops, ça promet des belles cascades ». Les craintes se sont confirmées le lendemain à l'aube avec l'intervention des forces de l'ordre armées de canons à eau. Une manière de kärchériser les dernières résistances devant l'immense brasier allumé pour l'occasion. Sans heurts, les bloqueur.ses se sont dispersé.es à travers les champs entourant le site. La riposte ne s'est pas fait attendre : blocage à Englos, intervention à Sequedin en soutien à Antoine, et autres actions à venir. Au jeu du chat et de la souris, le chat doit se mettre dans le crâne que nous ne lâcherons rien !
 
 
Hala Zika, Mimi Pinson

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...