Rectorat et MEDEF unis pour le meilleur et pour le pire !

L’académie de Lille et le MEDEF Nord/Pas-de-Calais ont reconduit leur partenariat le 20 mars à la Cité des Echanges à Marcq-en-Baroeul. Bernard Dubreuil, recteur de l’académie, et Jean-Pierre Guillon, président du MEDEF Nord Pas-de-Calais, ont signé une convention de partenariat en matière de relations école-entreprise pour la période 2007–2009. A quand un partenariat de l’éducation nationale avec les syndicats professionnels pour apprendre aux futurs salarié-e-s à se défendre face au patronat ?

Dans l’édition de Nord Eclair du 28 mars 2007, un article de D.Tonnerre nous apprend que le «  collège [Sévigné de Roubaix] ouvre ses portes aux entreprises  » relatant l’accueil, le 27 mars, de l’entreprise Rabot Dutilleul (BTP) pour aider les élèves à «  se projeter dans la vie professionnelle  » en évoquant «  la formation en apprentissage et en alternance, et de débouchés pour les filles.  »

Dans les jours qui suivent, le syndicat SUD Education dénonce les propos du journal et remet les choses à leur place. Comme La Brique enquêtait sur Roubaix, nous en avons profité pour rencontrer S. Effray et R. Lapierre, deux enseignants du collège Sévigné, par ailleurs syndicalistes Sud Education.

Pouvez-vous expliquer brièvement ce qu’est un établissement Ambition Réussite ?

L’Ambition Réussite (AR) ce sont les bahuts de REP-ZEP qui ont eu de la chance, suite à la révolte des quartiers populaires de novembre 2005. Il y a eu un effet d’annonce prétendant répondre à la révolte des jeunes en assurant une meilleure redistribution des moyens (humains et financiers). La réalité, c’est une destruction du service public particulièrement dans les quartiers populaires. Le changement d’étiquette permet de déclasser à court ou moyen terme un grand nombre d’établissements REP et de faire des économies. Quant aux bahuts AR, ils ne sont pas pour autant épargnés par les drastiques suppressions de postes (4,5 postes en moins pour le collège Sévigné cette année).

Pourquoi avez-vous réagi à l’article de Nord Eclair ?

L’article prétendait que l’accueil d’une entreprise était le fait de l’ensemble de l’équipe éducative alors que ce n’était la décision que d’un seul prof soutenu par la direction. Pour nous, toute intrusion de l’entreprise dans l’école est inacceptable. De plus, une des mesures phares de l’Ambition Réussite était de créer une nouvelle sorte de profs (accompagné-es de nouveaux précaires aux ordres : les Assistant-e-s Pédagogiques) multipliant les projets para-scolaires bien souvent fumeux voire débiles. C’est dans ce cadre flou qu’un de nos super prof AR s’est permis d’inviter des patrons au collège.

C’est la première fois que la presse dénature ce qui se passe dans vos collèges ?

De plus en plus souvent l’administration des bahuts organise des opérations de pub dans la presse locale dans une logique de mise en concurrence digne des bahuts privés. La journaliste n’a pas fait la différence entre l’arrivée d’une entreprise et les résultats d’un cross. C’est différent de ce qui c’était passé en 2005 où nous avions fait la une d’une presse charognarde avide d’incidents (jets de bouteilles à l’acide) dans les quartiers populaires en se faisant le relais du discours sécuritaire. A l’époque, deux élèves ont été interpellés et menotés en pleine classe.Retour ligne automatique
Retour ligne automatique
Depuis combien de temps le MEDEF intervient-il dans les collèges ?

Des accords ont été signés en 2004 sous Fillon entre l’Éducation nationale et une organisation patronale : le MEDEF, ce qui donne lieu à la semaine «  École et entreprise  ». L’entreprise est donc présentée comme une réponse aux maux de la société.

Pour quelles raisons dénoncez-vous l’intervention de ces dernières dans l’école publique ?

Alors que les moyens qui pourraient permettre de lutter contre l’échec scolaire sont en constante régression, on nous fait l’apologie de l’entreprise qui résoudrait tout. Cela a conduit à multiplier les contrats d’apprentissage dès 14 ans ! On nous pousse donc clairement à fournir une main-d’oeuvre corvéable à merci pour les entreprises locales (en écartant au passage les élèves les plus «  turbulents  »). Que peut signifier le fait de sortir de L’École des enfants sans le bagage scolaire minimal pour les mettre dans les mains des patronsNEs ? Enfin l’entreprise trouve là un moyen de se faire de la pub pour pas cher. La Redoute (groupe Pinault) sponsorise déjà le collège Anne Franck de Roubaix.

C.G

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...