Le travail social en rébellion

Un décret obligeant à payer les éducateurs et éducatrices spécialisées en stage de formation, c’est plutôt une bonne nouvelle. Sauf que : beaucoup de structures n’ont pas les budgets nécessaires pour assumer, les obligeant de ce fait à renvoyer les stagiaires au panier.

Le décret promulgué le 31 janvier 2008 exempte les structures publiques de cette obligation de rémunération. L’Etat, champion toute catégorie en terme de statuts précaires, ne tient pas à changer ses habitudes. Et comme souvent avec ces petits joujoux réglementaires, personne n’a eu son mot à dire. Pour l’instant les éducs et les instituts de formation sont ensembles pour gueuler contre la réforme. On appelle ça un mouvement social, le genre d’évènements traités en dix lignes dans les journaux.

Nique le social

La rémunération prévue est de 398 € mensuels pour une durée de stage minimale de trois mois. C’est peu pour les stagiaires mais beaucoup pour celles et ceux qui les accueillent. Ce sont donc les petites structures qui morflent, du genre les plannings familiaux (tiens donc). Tout comme les petites associations de moins en moins bien subventionnées et pourtant les plus dynamiques. On pourrait soupçonner le gouvernement d’appliquer une sélection « naturelle » qui verrait les structures les plus dociles et les plus puissantes se partager la manne que représente les stagiaires sous-payés  : les grosses structures nourries au mécénat privé et beaucoup mieux armées pour faire la chasse aux subventions par exemple.

Nique le gouvernement

La situation est à l’urgence  : beaucoup d’éducs actuellement en stage se retrouvent sur le carreau du jour au lendemain ou risquent de l’être d’ici peu. D’autres se voient refuser leur stage pourtant prévu de longue date. Les structures qui les accueillent n’ont pour l’instant d’autre choix que de se démerder. Elles n’ont pas encore vraiment rejoint la contestation, attendant de voir la suite.Retour ligne automatique
Que réclament les révolté-es  ? D’abord imposer cette rémunération au secteur public  ; ou encore prévoir un fond spécial géré par les instituts de formation. De ce fait, tous les stagiaires pourraient bénéficier de cet argent sans que le choix de leur lieu de stage ne soit contrarié pour des questions budgétaires. Reste à financer la mesure. Qui a dit que l’impôt reposait sur un principe de solidarité  ?

Mobilisation ?

Une assemblée générale s’est tenue le 11 mars à l’IRTS1 de Loos où les élèves de treize écoles du Nord-Pas-de-Calais et de Picardie étaient réunis. Une manifestation a également eu lieu le 14 mars à Lille... et mercredi 26 mars était prévue une manifestation nationale dans les toutes les villes françaises.

La miteRetour ligne automatique
____________________Retour ligne automatique
Pour suivre le mouvement  :Retour ligne automatique
http://lille.indymedia.orgContacts locaux  :Retour ligne automatique
collectif.tsfAROBASgmail.com

1  : IRTS = Institut Régional du Travail Social.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...