L’économie solidaire ou l’impuissance politique

Business du développement durableL’économie solidaire a perdu de sa fraîcheur initiale. Dans un échec patent, elle n’irradie plus guère les espaces locaux d’une pensée alternative. Que faut-il entendre par là ? Elle était une force autonome de contestation et de transformation – à la marge, sans doute – de l’économie de marché et d’un Etat bureaucratisé devenu garant de cette économie. Elle s’est métamorphosée en un rouage assujetti des politiques publiques en direction des désaffiliés, des travailleurs pauvres, des défavorisés ainsi qu’en une économie de survie pour ceux-ci. La solidarité politique d’acteurs de la société civile s’est transformée en une philanthropie très XIXe siècle, mais encadrée par l’État social. La contestation a laissé place à la gestion parapublique de la pauvreté.

Business du développement durable

Retour aux origines

Sans doute faut-il revenir aux commencements de l’économie solidaire pour comprendre. Théorisant des expériences autonomes de contestation politique de l’économie quand celle-ci n’était entendue que comme triomphe de l’économie de marché, cette conception mettait en avant :

1) la pluralité des formes de l’économie (le don ou la réciprocité du bénévolat, du travail gratuit et désintéressé, la redistribution équitable de ressources financières publiques, le marché) que ces expériences hybridaient ou articulaient,
2) la capacité d’initiative déployée par des acteurs qui, dans leur implication dans les affaires publiques locales, visaient l’atteinte de biens communs, tout à la fois désirables et non soumis à l’offre ostentatoire de consommation,
3) la mise en œuvre d’espaces publics de débats où les gens délibéraient sur ces biens d’utilité sociale,
4) la démocratisation de l’économie dont le principe renouait avec les expériences ouvrières de la première moitié du XIXe siècle, luttant contre la paupérisation et le salariat dans le capitalisme « sauvage » industriel,
5) un déplacement du regard par rapport aux alternatives que représentaient les formes institutionnalisées de l’économie sociale où des notables représentaient une démocratie moribonde.

Consensus mou

Constat amer. Presque vingt ans après, les expériences d’économie solidaire ont perdu en cours de route et dans l’épuisement des militant-es, leur puissance d’agir contestatrice et transformatrice. Introduite dans les contrats de plan État/Région, puis dans les politiques municipales (quelle municipalité n’a pas son adjoint-e à l’économie solidaire ?), l’ESS a été institutionnalisée un temps par le secrétariat d’État à l’économie solidaire qui, sans doute, a permis sa légitimité, mais en lui donnant un sens quelque peu édulcoré. Ce secteur joue désormais le rôle d’une ONG humanitaire sous contrôle des finances et des programmes publics. Désenchantement dont ses militants les plus lucides ne sont pas dupes et qui conduit à une perte dramatique de sens.
Ironie de l’histoire, les politiques de gauche, les acteurs et les théoriciens de l’économie sociale qui s’étaient insurgés pour de multiples raisons contre cette pensée (« l’économie sociale a toujours été solidaire » ; « l’Etat est l’acteur solidaire par excellence ») se sont ralliés à la mode bureaucratisée de l’économie solidaire (l’expression consensuelle “l’économie sociale et solidaire” en fut l’ironique attestation). Mais, que reste-t-il de son aiguillon de contestation quand elle fut enrôlée comme infanterie supplétive de l’action publique dans une visée des droits de l’homme ? C’est que « la dignité » 1 des gens devient l’ultime fin du politique en se substituant aux actions concrètes de solidarité qui contestent un ordre social, producteur d’inégalités de plus en plus monstrueuses. L’économie solidaire est passée de l’autre côté du miroir.

Sur la pluralité des formes d’économie, il faut se reporter au livre magistral de Karl Polanyi, La grande transformation, Paris, Gallimard, 1983.


Bernard Eme

NDLR : Le 27 novembre, B. Eme parlait de « l’idéologie des droits de l’homme, de la dignité de la personne » qui imprègnent dorénavant l’ESS, notamment dans les pratiques d’insertion. « Les personnes en insertion, il faut en faire des individus autonomes, responsables, conscients des stocks, des délais, des relations clients », soit « un processus d’individualisation, d’employabilité », à l’opposé d’une « dynamique de construction collective pour ces personnes qui ont besoin d’espaces de socialisation ». En résumé : « Cela repose sur les personnes, plus sur les rapports sociaux ».

* Enseignant-chercheur en sociologie à Lille 1

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...