Auchan-Mulliez : un clan de profiteurs

Neuvième fortune mondiale avec 25 milliards d’euros en poche : les Mulliez ont la vie belle grâce à des centaines de milliers de salarié-es à leur service dans des milliers de magasins. Le clan a mis au point un modèle d’enrichissement rapide, en combinant une structure financière complexe, une forme de capitalisme pur sang et un système d’exploitation du travail à outrance.

Le groupe Mulliez n’existe pas, officiellement. Il y aurait différentes entités séparées : Auchan, Décathlon, Tapis Saint Maclou, etc. Dans La richesse des Mulliez, Benoît Boussemart démontre qu’il n’en est rien. Derrière tout un puzzle de centaines de sociétés que la tribu Mulliez s’est amusée à créer, c’est bien un empire économique unifié qui est dévoilé. Ils ont été imaginatifs : des entreprises, contrôlées par des sociétés (des sous-holdings), contrôlées par des sociétés (des holdings opérationnelles), contrôlées par des sociétés (des holdings intermédiaires), contrôlées par des sociétés (des « sociétés en commandite par actions », SCA), contrôlées par des sociétés (des « sociétés civiles ») [1] .

Le grand chemin du profit

Si ces petits malins tentent de brouiller les pistes, les bénéfices remontent bien tout en haut de la pyramide, sur les comptes de 280 sociétés civiles contrôlées par le clan Mulliez [2] . L’ensemble est cadenassé par l’Association Familiale Mulliez. Celle-ci n’a pas d’existence officielle et ne possède rien, mais est néanmoins le cercle de décision qui définit les clauses et les valeurs catholiques à appliquer à toutes les sociétés du groupe.

Ainsi, chacune d’entre elles possède la clause « Mulliez-Lestienne », signifiant que tous les titres doivent rester dans les mains des descendant-es Mulliez : il faut du sang familial pour intégrer l’empire. C’est pourquoi les petits doivent se marier entre eux, ou presque... B. Boussemart, que nous avons rencontré, parle d’une politique d’endogamie sur critères familiaux et démontre que « cela fonctionne comme un clan, au sens anthropologique du terme ». Heureusement, il est parfois accepté de se marier avec des descendants de grandes familles : « On a quasiment tout le gratin du grand patronat qui est représenté dans le clan Mulliez ! ». En effet, toute la bourgeoisie textile de Lille-Roubaix-Tourcoing l’a intégré : les Motte, Roussel, Lepoutre, Prouvost, Toulemonde, Dufour, etc. Gérard, le grand chef, a donc réussi à ce que l’empire perdure aujourd’hui, avec 300 familles issues de la généalogie Mulliez.Retour ligne automatique
« Gérard Mulliez, c’est un peu le seigneur, c’est pour ça que je parle de féodalisme, en terme de rapport de pouvoir, avec des vassaux, etc. Il y a une certaine hiérarchie au sein du clan ». Derrière Gérard, le pape, on trouve quinze barons, des directeurs et gestionnaires et une majorité de rentiers. Un empire familial qui façonne un véritable « réseau » : « En économie, on appelle réseau, une mafia qui a réussi et qui a pignon sur rue, et c’est ça ». Un clan mafieux féodal ? On brûle...

Fuir les impôts

Ce système financier et clanique d’apparence complexe possède plusieurs avantages. Pas de mise en cause du groupe Mulliez lors d’un plan social. Pas besoin de comité d’entreprise, ni de syndicat à l’échelle du groupe. Pas de réelle conscience des salarié-es d’être rançonnés par la 9ème fortune mondiale. Pour couronner le tout, de multiples avantages fiscaux : régime d’imposition avantageux lors des fusions entre sociétés, diminution de l’impôt sur les plus-values, et pour chacun des Mulliez, forte réduction de l’impôt sur la fortune (ISF) : étant gestionnaires de leurs sociétés, leurs capitaux sont considérés comme un outil de travail et ne sont pas soumis à l’ISF !

Pourtant, soixante ménages Mulliez ont préféré passer la frontière pour ne pas laisser une miette au fisc... Comme des dizaines de sociétés établies en Suisse, au Luxembourg, aux Pays Bas, et surtout en Belgique. Car d’après l’économiste, « le meilleur paradis fiscal, c’est la Belgique. Pas d’impôt sur les plus values, ni en terme de propriété ou de succession : c’est génial ! » Récemment, le mouvement s’accélère : «  Ils sont en train de transférer vers la Belgique tous les fonds, malgré le bouclier fiscal ! Sur les cinq derniers mois 2008-2009, ils ont transféré 2,5 milliards de titres des SCA. » À ce jour, plus de trois milliards d’euros sont officiellement placés au Bénélux.

Des Mulliez à chaque coin de rue

En trente ans, le clan a construit un réseau tentaculaire d’hypermarchés et de supermarchés de toutes sortes, installés par milliers en France (4 600) et dans le monde (2 440). Un véritable maillage des territoires conquis, avec notamment une omniprésence des magasins Mulliez dans la vie de chaque Français-e : des couches-culottes aux maisons de retraite, en passant par les poches de sang, avec une surface équivalente à quatre millions de mètres carrés et 300 000 salarié-es. Un chef-d’œuvre de l’absurdité capitaliste. Retour ligne automatique
L’empire Mulliez s’accroît de jour en jour, lui permettant d’établir un rapport de force grandissant avec l’État [3], les services fiscaux, les médias et ses fournisseurs. En résulte des marges toujours plus importantes. C’est l’effet « boule de neige » : accumulation de profits, achats de terrains, constructions de super-temples de la marchandise, etc. La machine est rodée et ne s’arrête plus. Et tout cela sur fonds propres, sans emprunter un sou...

Capitalistes pur jus

Leur fortune double tous les cinq ans depuis trente ans : 310 millions en 1978, 25 milliards en 2008 [4] . La « crise », ça les fait bien marrer ! Puisque l’exploitation capitaliste commence à trouver ses limites en Occident, ils s’emparent des territoires d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie surtout. À la clef, de nouvelles forces de travail à exploiter et des débouchés pour leurs marchandises. L’activité d’Auchan hors de France est ainsi passée de 30 % de son chiffre d’affaire en 2000, à 50 % en 2007. Décathlon n’a pas attendu : depuis des lustres ses produits sont fabriqués dans le tiers monde. Retour ligne automatique
Selon B. Boussemart, «  ce « bon » capitalisme [des Mulliez] exploite comme l’ensemble du patronat ; il est familial par idéologie et intérêt ». Car pour eux, « chaque jour que Dieu fait, c’est tout bénéf ! » [5] : crise ou pas, Auchan vise les cent milliards de chiffre d’affaire en 2015... À moins que certain-es ne se décident à leur mettre « un poing d’arrêt », aux Gérard, Gonzague, Patrick, Vianney et tous les autres.

NB : Les informations et les citations sont tirées de La richesse des Mulliez (Éditions Estaimpuis, nov 2008) et d’un entretien avec l’auteur Benoît Boussemart, économiste.


Si le nom des Mulliez ne vous évoque rien...Retour ligne automatique

Phildar, Auchan, Décathlon, Boulanger, Kiabi, Norauto, Midas, Leroy Merlin, Tapis Saint-Maclou, Picwic, Brice, Pimkie ou encore Camaieu devenu Jules, vous parleront sûrement plus.Retour ligne automatique
Ajoutons à cette liste : Maco pharma, Kiloutou, Top office, Electro dépôt, Atac, Bricoman, Bricocenter, Déco services, Cosily, 1000 tissus papiers peints, Cultura, Pic pain...Retour ligne automatique
N’oublions pas le groupe Agapes (numéro deux de la restauration spécialisée en France, regroupant Flunch, Pizza Paï, Amarine, Les Trois Brasseurs, et So good), la banque Accor, les maisons de retraites « Les Orchidées », la presse catholique qui survit grâce à eux (La Croix du Nord, du Midi, et du Jura, La Voix du Cantal, La Vie Quercynoise, Le Rouergat, etc.).Retour ligne automatique
Et ajoutons leurs 43% de participation dans le capital des 3 Suisses, et les quelques Quick et Mac Do franchisés, et tant d’autres...


Les Mulliez dans le NordRetour ligne automatique

En 2008, la présence de leurs enseignes dans le Nord-Pas de Calais est quasi dix fois plus importante que dans les autres régions. On y dénombre 41 Phildar, 18 Auchan, 17 Décathlon, 13 Boulanger, 13 Leroy merlin, 18 Norauto, 22 Flunch, 10 Saint-Maclou... Avec des parts de marché deux à trois fois supérieures au reste du pays.Retour ligne automatique
La majorité écrasante de leurs sièges sociaux sont implantés dans un rayon de 10 km autour de Lille. À Croix, le siège social d’Auchan et des 3 Suisses. À Lille-Lezennes, celui de Leroy-Merlin. À Roubaix, ceux de Phildar et Jules. À Wattrelos, celui de Tapis Saint-Maclou. A Villeneuve d’Ascq, ceux de Décathlon et Agapes...Retour ligne automatique
Mais surtout, les Mulliez sont le premier employeur de la région, en exploitant plus de 20 000 travailleurs et travailleuses, dont 14 000 chez Auchan, et auxquels il faudrait ajouter les 50 000 salarié-es de leurs sous-traitants*. Soit 70 000 personnes aux ordres des Mulliez dans le Nord...

* Selon une estimation de B.Gobin dans Le Secret des Mulliez.


Notes

[1Grosso modo, les « holdings », « sociétés civiles » ou « SCA » sont des sociétés financières qui détiennent des parts de capital de plusieurs entreprises, et les dirigent en sous main.

[2Les 280 sociétés civiles possèdent l’ensemble des titres des sept SCA (Acanthe, Cimofat, Valorest, Valma, Cimoflu, Soderec et Claris). Avec les SCA personnelles comme celles de Gérard Mulliez (Ausspar) ou de Michel Leclercq (Afir), elles concentrent l’ensemble des capitaux du groupe.

[3Les entreprises Mulliez (comme bien d’autres) obtiennent des subventions de l’État français : par exemple, 34 millions d’euros au titre de l’exploitation entre 1999 et 2006.

[4Selon les calculs de B. Boussemart. Il précise que cette estimation est minorée, ne prenant pas en compte les dividendes versés à la famille et non réinvestis dans les sociétés du groupe.

[5Une inspiration de M. Prévost (petittheatredemauroy.zeblog.com)

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...