« Nous » et « eux »

JPEG - 28.4 koLes travailleuses de Pimkie ont passé Noël et Nouvel An sur le piquet de grève. La direction va virer 190 personnes. Pendant ce temps, Gérard Mulliez plastronne dans les médias et les cénacles bourgeois.

 

En pointant du doigt le clan Mulliez, les salariées de Pimkie montrent la voie. Elles remettent sur le devant de la scène l’opposition entre « eux » et « nous ». Les bourgeois sont bien là et dans le Nord ce sont les Mulliez... et leurs alliés.

« Nos » coups d’éclats

En mai dernier, la nouvelle tombait comme un coup de boutoir : la direction de Pimkie-Diramode prévoit 190 licenciements sur les sites d’approvisionnement de Wasquehal et Neuville-en-Ferrain. Le 19 décembre, les salariées, dont une écrasante majorité de femmes, entament une grève avec blocage des deux sites. Noël approche et il est plus que temps de se faire entendre face à la volonté de la direction de supprimer une bonne moitié des effectifs. Jusqu’au 6 janvier elles vont enchaîner les actions : opération escargot sur l’A22, manif devant les magasins de l’enseigne dans le centre ville de Lille, etc. Elles sont motivées et promettent « Une action par jour ». Une inter-syndicale permet d’avancer groupées. Sous la pression, les négociations sont avancées au mardi 5 janvier.

Réponses inacceptables

Ambiance de fin de grève devant le site de Wasquehal ce 6 janvier. On brûle les abris qui ont aidé à tenir ces deux semaines et demie de blocage. Les négociations de la veille ont tristement abouti. Majoritaires dans l’entreprise, FO et la CFDT ont signé l’accord sans consultation de l’assemblée générale. Coup de poignard dans le dos. Une fois de plus, les « camps » se redessinent. Les syndicats « collabos » rejoignent le patronat. Seule à être sortie non satisfaite des négociations nocturnes, la CGT se plie à la décision d’une majorité résignée qui vote la reprise du travail [1]. « Mais les négociations continuent. Les 12, 13 et 14 janvier on va se battre pour baisser le nombre de licenciements et imposer des reclassements dans le groupe » prévient une déléguée FO. Les locaux débloqués, le rapport de force aboli, pour FO et la CFDT, la vraie lutte commence... Lamentable !

Offensives, les salariées avaient pourtant revu les revendications à la hausse. Le 4 décembre, elles exigeaient 35 000 euros de prime de licenciement, 2400 euros par année d’ancienneté et le paiement des jours de grève. «  Inacceptable » avait répondu Eric Vandendriessche, patron de Pimkie. Au final, « les jaunes » s’allongent : 20  000 euros d’indemnisation, 1000 euros par année d’ancienneté et les jours de grève ne seront pas payés dans leur intégralité.

« Leurs » envolées

En 2008, le groupe Mulliez a fait 1,6 milliard d’euros de bénéfices. Diramode, la société mère de Pimkie, en a fait, elle, 10,9 millions [2]. Les Mulliez se portent très bien ! Et le nouveau mensuel de La Voix est là pour le rappeler aux grévistes. Au moment d’entamer leur troisième semaine de blocage, Nord Way titre cyniquement « De l’art d’être milliardaire » et revient sur le « show » du patriarche Mulliez lors du World Forum de Lille [3]. Pendant une heure et demie le vieillard le plus riche de France s’est fait servir une com’ bien huilée par le patron du Comité Grand Lille. Le thème du raout : «  L’argent responsable ». Gérard Mulliez entre et sort de scène au son du Money des Pink Floyd. Questionné sur sa fortune personnelle, il répond : «  Je ne tire aucune fierté de cela. Ma seule fierté, c’est que ma famille a créé 350 000 emplois. » Les salariées de Pimkie, et « nous » avec, on t’emmerde Saint Gérard. Toi, ta famille, tes médias baveux, et tes syndicats « responsables ».

JPEG - 28.4 ko
Halte aux TerroRiches
Dessin de Slobodan Diantalvic

 

Notes

[11 : 76 oui, 35 non sur seulement 109 présentes.

[3Nord Way, janvier 2010.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Brèves - Luuuuuttes

    Les éducs' dans la rue Des associations de prévention spécialisée de la métropole (Itinéraires, FCP, Avenir et Loisir, Rencontre et loisir) se battent pour ne pas disparaitre. Le département doit faire des économies et choisit de taper sur les éducs de rue, seule main tendue et dernier recours...

    Lire la suite...

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...