Vive la crise

fusiller

C’est ce que doit penser Fusillier en se rasant le matin. Son association Lille 2006-2008 pique le boulot du service culturel municipal (certaines mauvaises langues parlent d’une privatisation de la culture à Lille), et reçoit 1,5 million d’euros de la mairie chaque année depuis 2005. Bombaysers, Europe XXL, toutes les excuses sont bonnes. La subvention annuelle pour 2010 passe à 1,9 million d’euros. Pour justifier cette énormité, un remake de Lille3000 de mars à juillet, et la préparation d’un « Lille Fantastik » pour 2012. Le département, la région, LMCU et l’État apportent plusieurs centaines de milliers d’euros. Mais le gros lot vient du patronat local, qui décidément ne connaît pas la crise : plus de trois millions d’euros en 2009. Le raisonnement est donc simple : en 2010, plus de pauvres et plus de chômeurs, donc plus de recettes pour le grand casino de Lille, donc plus de fric reversé à la mairie, donc plus de thunes pour Fusillier et ses copains, donc plus de tourisme, donc plus de profits, donc plus de mécénat, et ainsi de suite... Pour certains, la fête continue !

Sur le même sujet