Audrey Linkenheld

linkenheldChronique d’une « socialiste » autoritaire

Il y a cinq ans, c’est péniblement que la mairie se décide à mettre des moyens supplémentaires pour lutter contre l’insalubrité. Elle sollicite les APU de Lille (Ateliers Populaires d’Urbanisme), subventions à la clef, pour l’aider à repérer les maisons pourries. L’association n’est pas contre, si « c’est selon ses conditions ». Staniec-Wavrant, adjointe en charge de l’habitat, tente alors de leur imposer « l’accompagnement social », un nombre de dossiers d’insalubrité à fournir chaque année, etc. Refus des APU : la subvention majorée ne doit pas influencer leur action.

La bagarre dure trois ans, pour aboutir à une subvention annuelle de 20 000 euros environ. L’APU Vieux-Lille estime avoir fini par «  gagner le respect de Staniec », avec des « relations franches ». Ainsi, ils ne se gênaient pas pour critiquer la mairie dans leur journal, Le canard du Vieux-Lille.

Arrogance et mépris

Après les élections de 2008, Linkenheld prend les rênes du service logement. Elle veut rencontrer les APU une par une, et en mairie. Refus : les APU négocient ensemble, et cela doit se passer « chez nous, c’est à eux de bouger ». Elle accepte, et cette première réunion, en présence de tous les salariés et bénévoles, ne pose pas de problème particulier...

En 2009, elle les contraint à venir en mairie. Les trois APU sont présents. Et là, surprise, elle « commence par imposer ses trucs », transformant les APU en prestataires de service... Le président de l’APU Vieux-Lille prend la parole : « Je ne comprends pas, depuis trois ans, on est parvenu à mettre en place un mode de fonctionnement avec la mairie... » Elle le coupe illico pour déclamer : « Je suis le présent ! ». Du côté de l’APU Vieux Lille, «  on était tellement surpris... On aurait dû se barrer direct. Ça veut dire quoi, « il n’y a pas de passé » ? Quel mépris, quelle inculture... Moi j’ai essayé d’intervenir par deux fois, mais c’est elle qui monopolise, qui distribue la parole, c’est elle qui décide, tu n’as qu’à fermer ta gueule... C’est une espèce de petit chéfaillon, elle est extrêmement cassante, elle rentre dans le chou tout le temps ».

Au garde à vous

Linkenheld ne semble pas plus aimable avec les associations qu’avec les agents de ses services. Selon une source proche d’un bailleur social, lors d’une commission d’attribution des logements sociaux, « des personnes présentes ont été étonnées de ce traitement, et en fin de réunion, il est arrivé que des bailleurs prennent la parole et lui disent que la façon dont elle traite ses salariés est inadmissible... Les agents, s’ils lèvent un sourcil, ils se font démonter. »

Également, au service logement, tous les papiers doivent passer par elle et sont contrôlés à la virgule près. Du coup, sur les rapports d’insalubrité qu’elle doit signer, d’après l’APU Vieux-Lille, «  c’était déjà pas rapide, maintenant c’est encore plus long... » Et elle ne veut plus du terme « surpopulation » : «  On ne sait pas pourquoi, avant c’était noté, désormais il faut faire le lien soi-même ! » (entre la surface et les habitants). « La métropole est pourtant l’une des plus pourries de France, avec un nombre de logements insalubres très important ». «  Et les réunions de concertation, comme la dernière à la cité Lys à Lille-Fives [1], tu crois qu’elle nous inviterait ? Ben non, comme d’habitude, tout est décidé d’avance, on revient 30 ans en arrière, c’est la politique du bulldozer ».

Mi-Aubry, mi-Thatcher

Pour finir, notons que Linkenheld est positionnée sur le logement pour contrer Alain Cacheux [2]. A plus long terme, elle est pressentie pour prendre le relais d’Aubry dans son fauteuil. Récemment elle a pris la tête de la section PS de Lille en écartant Patrick Kanner de ce poste stratégique (1000 adhérents). Pour certains, c’est juste du Aubry en plus jeune... et en moins social. Ça promet. Mais après tout, ce type de personnage est bien dans l’air du temps, formaté pour gérer la crise d’une main de fer, et enfin « libéré » de toute référence au « socialisme »...

S.G

Notes

[1Les courées non entretenues depuis des années seront totalement ou partiellement rasées.

[2Adjoint à l’urbanisme, mais aussi président de LMH et régulièrement en opposition avec Aubry.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...