SeaFarce : un air de Concordia

seafranceEn plaçant SeaFrance en liquidation judiciaire le 9 janvier dernier, le tribunal de commerce de Paris envoyait par le fond une compagnie détenue à 100 % par la SNCF. Parallèlement, la machine de guerre médiatique traîne dans la boue la section locale de la CFDT. Retour sur une lente opération de privatisation débutée en 2008.

 

Comment privatiser une entreprise publique dépendant de la SNCF ? Première étape, nommer à sa tête un liquidateur. En octobre 2008, Pierre Fa est nommé président du directoire de la compagnie. Un dirigeant pas tout à fait vierge de magouilles puisqu’en 2003, il fait partie des condamnés de l’affaire Elf dans laquelle il écope de neuf mois de prison avec sursis et de 40 000 euros d’amende pour détournement de fonds. Au moment de sa nomination, SeaFrance emploie 1 700 salarié-es et transporte 3,7 millions de passagers par an.

Deuxième étape, brider volontairement l’activité de l’entreprise et remettre en cause les acquis du travail. En octobre 2009, alors que la direction projette une première vague de licenciements, la CFDT, majoritaire parmi le personnel navigant, et FO écrivent dans un communiqué commun : « La direction veut supprimer 543 emplois alors que, de 1990 à 2007, SeaFrance a rapporté 1 million d’euros par an à la SNCF et que celle-ci n’a jamais investi un centime pour SeaFrance […]. À cela s’ajoutent la diminution des rotations, les menaces de dépôt de bilan et le sabotage de la politique commerciale de la compagnie » [1]. Le 21 mars 2010, Pierre Fa se paye une page dans Nord Littoral pour expliquer l’irrémédiable déclin du marché du fret au départ de Calais et l’impossibilité pour SeaFrance de redresser la barre. Une semaine plus tard, son concurrent direct P&O annonce que le marché du fret étant en pleine croissance, il investissait dans de nouveaux bateaux... Ça tombe bien, une partie de la clientèle de SeaFrance est alors priée très officiellement par la direction de s’adresser à la concurrence.

Déferlante médiatique

En janvier 2010, la CFDT qui s’oppose déjà au plan social, subit les foudres de la presse locale. Alors qu’elle déclenche une grève de trois jours, Nord Littoral se lâche : « La CFDT veut-elle couler SeaFrance ? », « À quoi joue la CFDT SeaFrance ? », titre coup sur coup le torchon local [2]. La Voix du Nord n’est pas en reste non plus. Alors que les salarié-es de SeaFrance reprennent le chemin de la grève pour cinq jours en avril 2010, celle-ci reprend sans moufeter les propos de Pierre Fa : « Compte tenu des conséquences commerciales et financières de la grève, nous en sommes arrivés à cette extrémité, c’est-à-dire demander le placement de SeaFrance sous la protection du tribunal de commerce » [3].

Deux ans plus tard, on prend les mêmes et on recommence. Alors que le projet de reprise de la compagnie sous forme de SCOP défendu par la CFDT semble être le seul à même de maintenir l’unité des salarié-es en lutte, la presse se déchaîne contre ce qu’elle nomme un « syndicalisme à la dérive  ». « Intimidations, violences, gestion opaque des instances représentatives du personnel, relations incestueuses avec l’ancienne équipe de direction, soupçons d’enrichissement personnel », dénonce Le Monde du 9 janvier. Chérèque lui-même leur reproche d’avoir fait obstinément obstacle à la proposition de reprise de Louis Dreyfus Armateur (LDA) et enclenche une procédure de radiation de la section CFDT Maritime Nord. C’est pourtant le tribunal de commerce de Paris qui jugea l’offre de reprise de l’armateur français « peu satisfaisante » en novembre dernier, comme le rappellera Didier Cappelle, le responsable de la section, avant de porter plainte contre le grand manitou de la CFDT pour diffamation. Quant aux accusations visant à rapprocher la section CFDT Maritime Nord d’un « syndicat maison », elles relèvent pour Xavier, militant au collectif La Mouette Enragée à Boulogne-sur-Mer [4], de la mauvaise foi pure et simple : « Le monopole de l’embauche de la CFDT à SeaFrance c’est le même que celui de la CGT chez les dockers ou dans le monde du livre. Il découle d’accords passés avec le patronat d’après-guerre pour maintenir une forme de paix sociale dans des secteurs clés ».

Touché, coulé

Pourquoi ce torpillage ? D’abord, pour supprimer le pavillon français de la compagnie, synonyme de conditions de travail à peu près décentes pour les salarié-es. Xavier nous éclaire à ce sujet : « À titre de comparaison, P&O, le principal concurrent de SeaFrance à Calais est détenu par une multinationale qui embauche ses salariés à Dubaï, en CDD renouvelables de manière illimitée ». Ensuite, pour refiler le gâteau de la liaison transmanche à un privé, certainement Louis Dreyfus Armateur, que les salarié-es de SeaFrance connaissent pour ses offres de reprise indécentes. « Louis Dreyfus est ce qu’on peut appeler un chasseur de primes. La boîte se présente depuis quelques années sur des lignes très subventionnées, considérées comme étant à la limite de la viabilité et transformées en délégation de service public. À Boulogne on les connaît bien, ils ont profité d’une plate-forme multimodale flambant neuve d’une valeur de 45 millions d’euros. Ils gèrent actuellement la ligne Dieppe - Newhaven soutenue par le Conseil général de Seine-Maritime à hauteur de 15 millions d’euros par an au titre de la délégation de service public ». Un moyen de faire du profit sur le dos des salarié-es tout en encaissant le maximum de subventions... Pour lui, l’objectif de LDA est clair : « Installer à Calais une ligne low cost, en embauchant ses salarié-es sous pavillon anglais ».

Mais contrairement à ce qu’ont rabâché pendant des mois Pierre Fa et la direction de SeaFrance, la ligne Calais – Douvres n’est pas perdue pour tout le monde. C’est en tous cas ce que l’on peut penser du lancement en grande pompe, dès 2006, du projet Calais Port 2015. Soutenu par la mairie, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Calais et le Conseil régional, le projet représente « un investissement de plus de 400 millions d’euros » qui « prévoit la construction d’une digue, d’un bassin portuaire, de nouveaux terre-pleins gagnant sur la mer ainsi qu’une myriade d’aménagements qui permettront d’ériger le Nord - Pas-de-Calais en "grande région maritime" » [5]. Des affaires en perspective donc, que ne manqueront pas de doper les Jeux Olympiques de Londres de l’été prochain. À vos marques, prêts ? Engrangez.

Notes

[1Pour la petite histoire, 705 personnes seront finalement licenciées en 2010, avec (déjà) des promesses de reclassement dans les filiales de la SNCF qui ne concerneront qu’une dizaine de personnes seulement.

[2Dont le rédacteur en chef Philippe Hénon, toujours en fonction, est aussi l’ancien directeur de campagne de l’UMP Claude Demassieux, aujourd’hui directeur de cabinet de Natacha Bouchart, la maire de Calais.

[3Pierre Fa : « On est à la veille de la mort de SeaFrance », La Voix Eco du vendredi 4 avril 2010.

[4Le collectif est l’auteur en juin 2010 d’un ouvrage intitulé Fortunes de mer, lignes maritimes à grande vitesse : les illusions bleues d’un capitalisme vert aux éditions Acratie.

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...

  • Justice pour Selom et Mathis

    Communiqué du collectif Contre la Répression des Individus et des Mouvements d'Emancipation (le CRIME)   "Ce qu'il s'est passé vendredi 15 décembre à la cité Saint-Maurice à Fives   Il y a des textes qu'on aimerait ne pas devoir écrire. Vendredi 15 décembre vers 21 heures, quatre jeunes ont été happés par...

    Lire la suite...

  • Exposition "zones polluées... Et après ?"

    Exposition "zones polluées... Et après ?". Photographies de Marine Vial. Vernissage le mardi 28 novembre dès 18h à l'Ecart, 26 rue Jeanne d'Arc - Lille  

    Lire la suite...