L'exploitation c'est chic !

Pénicaud au tél avec les MulliezHappychic est une entreprise de mode française qui appartient à la famille Mulliez et ne fait pas dans la dentelle : elle fait dans « le look qui vous ressemble ». Elle englobe les trois marques Jules, Brice ou Bizzbee. Neuf ans après sa création, l'heure de la rationalisation massive a sonné pour cette multinationale de la fripe.

La saga infernale continue, l’empire Mulliez taille sans pitié dans ses filiales du secteur prêt-à-porter. On se souvient du dé-tricotage du groupe 3 suisses commencé dès 2009, avec la suppression de 1000 emplois en deux ans puis finalement de la vente de ce qu’il en restait en 2017 ; de la fermeture leur collègue de feu la vente-par-correspondance Quelle; du bruit provoqué par les salariés licenciés d’Excédence. Et plus récemment, les PSE (plans de « sauvegarde » de l’emploi) à répétition chez Pimkie. Maintenant, c’est au tour d’Happychic de se faire relooker avec l’annonce de fermeture éclair de 88 magasins dans toute la France ainsi que la suppression de 466 postes (dont 80 au siège social à Roubaix).

À l’appellation « plan social », la direction préfère « plan de transformation ». Celle-ci réunit au début de l’été un « comité d’entreprise extraordinaire » pour annoncer la nouvelle saison : « tiens ! Pendant la période creuse, comme d’habitude » souligne Élodie Ferrier, Secrétaire Fédérale CGT (commerce/habillement). Leur but, regrouper Jules et les autres marques, avec pour conséquence directe de revoir l’implantation des magasins et l’organisation du groupe. A Lille par exemple, dans la rue piétonne, les trois enseignes sont au même carrefour : il ne devra en rester qu’une.

Cousu de fil blanc ?

En réalité, le plan est déjà tout tracé : Élodie Ferrier précise [qu’en] « deux ans ce sont entre 1000 et 2000 salariés qui ont quitté le groupe, un taux anormal comparé au reste du turn-over dans le secteur ». Dans le lot, il y a des démissions et des licenciements « pour des conneries ». La situation semble chaotique « personne ne peut confirmer si l’info syndicale parvient aux salariés ». Mais la terrible annonce arrivée en catimini pendant l’été a eu l’effet d’une bombe. Au siège, des salariés se sont mis en grève de la faim, une bien mauvaise pub pour le groupe qui dépense un « pognon de dingue » pour se redorer le blason... Le combat a subi les coups de pression de la direction qui « ne vient pas à la table des négociations » et qui n’hésite pas à demander gentiment – et sans contrepartie s’il vous plaît – aux salarié.es d’arrêter la grève.

Cela dit, la lutte ne repose pas sur la conservation des entités existantes, ni même sur la pérennité des emplois. Du côté des grévistes, on ne demande pourtant pas la lune mais simplement d’être reclassé.es dans les autres filiales de « l’empire Mulliez ». Les cadres de Happychic eux, trinquent, champagne à la main, à leur stratégie d’évitement ! En effet, aucune de ces exigences ne parvient à gagner un écho solide auprès de la hiérarchie qui dit ne pas connaitre les autres filliales du groupe Mulliez.

De plus, Élodie Ferrier souligne que les dirigeants sont, eux, éligibles à un reclassement dans les filiales du clan Mulliez. Plus que de mouiller petitement la chemise, ceux-là préfèrent tremper dans l’ingratitude.

Démuni.es face à la mauvaise foi du groupe, les salarié.es font appel à un expert afin qu’il détricote le tissage financier de l’entreprise. Les Mulliez font une si belle performance en terme d’ingénierie fiscale qu’il est très complexe de cerner les rouages financiers du groupe : Happychic appartient à 100% à Texo qui appartient à Sodorec dont 100% du capital appartientrait à l’AFM (Association Familiale Mulliez).

Pénicaud au tél avec les Mulliez

Ingratitude partagée

Sans illusion, une rencontre a eu lieu au ministère du travail entre une délégation et le conseiller en charge des mutations économiques et de la santé au travail. Élodie Ferrier précise « on n’avait rien à attendre du gouvernement, mais on aura au moins essayé ». Résultat : une lettre d’invitation priant le groupe de « faire face à ses responsabilités ». Pendant ce temps, celui-ci continue de faire des bénéfices et a versé selon la syndicaliste « plus de 40 millions d’euros à ses actionnaires et bénéficiait d’un crédit d’impôt (CICE) de 5 millions d’euros ». En somme, pour les patrons comme pour le gouvernement les salarié.es n’ont qu’à aller se rhabiller.

Harry Cover

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...