Samedi 7 avril : Seule la lutte paie

csp59Après un passage au Tribunal Administratif, un autre au Tribunal de Grande instance et les décisions couperets de maintenir quatre camarades en rétention, avaient lieu aujourd’hui un procès en appel à la cour d’appel de Douai et un rassemblement place de la République à Lille.

 

La journée avait mal commencé. La PAF embarque à la sortie du métro un sans-papiers en route pour rejoindre la manifestation. Il sera relâché une heure plus tard, après vérification de son identité... La foule, inquiète, peut de nouveau respirer et se concentrer sur son objectif du jour : marcher jusque Lesquin si quatre camarades encore en rétention y sont maintenus à l’issue du procès en appel qui a lieu à Douai.

Après trois heures de délibérations, il est aux alentours de 16h quand le verdict tombe. Les téléphones portables sonnent, vibrent. Les soutiens à Douai annoncent leur libération. La rétention administrative est levée pour les quatre personnes qui restaient enfermées au CRA de Lesquin. C’est un soulagement général. La décision du juge est « une victoire pour tou-tes les sans-papiers et pour le CSP ». Contrairement à leurs deux compagnons libérés deux jours auparavant [1], aucune assignation à résidence n’a été prononcée à leur encontre, ce qui pourrait permettre d’enclencher des recours pour casser cette mesure qui laisse ces deux personnes en proie à l’expulsion.

« Une belle victoire et une décision importante »

Cette décision du juge est une jurisprudence capitale pour le mouvement lillois, mais également pour tou-tes les sans-papiers qui luttent en France. Comme le clamait le CSP depuis des jours, les arrestations de la police, le jour de l’occupation du local de l’UMP, étaient illégales [2]. Ceci ayant été reconnu par la juge, plus aucun sans-papier ne craindra l’expulsion s’il est arrêté lors d’une occupation. Les conséquences judiciaires pourront se porter sur des actes pénalement répressibles éventuellement commis lors de celle-ci, mais ne pourront entraîner une procédure en lien avec la situation administrative de la personne. Sauf à enfreindre la loi - ce dont est coutumière la préfecture du Nord - c’est une reconnaissance importante du droit des sans-papiers à manifester, à faire entendre leur voix, à lutter par les moyens qu’ils ont actuellement choisis. L’occupation, rappelons-le, est un outil de lutte auquel le préfet s’expose, du fait de son mutisme et de son obstination, à force de refuser de recevoir le CSP59 en délégation.

« Traité-es comme des chiens, nous allons gagner comme des lions »

Nous ne marcherons pas sur Lesquin, pas aujourd’hui du moins. La joie au cœur, la foule se met en marche à travers Lille pour rejoindre le local du CSP59 et retrouver les camarades libérés ainsi que les autres soutiens revenant de Douai. Une fois sur place, accolades, esclaffes, sourires, larmes aux yeux, les retrouvailles sont belles. Les quatre camarades libérés sont accueillis sous des applaudissements chaleureux. Les chants des sans-papiers résonnent une nouvelle fois, fiers et justes. Les personnes enfermées disent quelques mots à l’assemblée : « Vous étiez avec nous en rétention (…) merci, merci à toutes les personnes du CSP et aux soutiens ». Une personne de l’assemblée leur répond : « Maintenant que vous êtes là, nous pouvons dormir ». Le CSP et ses membres ressortent fort-es de la solidarité dont ils récoltent aujourd’hui les fruits. Cet instant est apprécié par tous et toutes, mais chacun-e sait ce qu’il reste à accomplir : « Nous avons gagné une bataille, mais pas la guerre. La lutte doit continuer ! » Nouveaux applaudissements nourris. Elle continuera ! Parce que seule la lutte paie.

La Brique publiera très prochainement sur son site Internet un compte-rendu complet de l’audience à Douai ainsi que les prochains communiqués du CSP59.

W.R

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...