Sur l’annulation de notre journée de soutien

Le samedi 21 décembre devait se tenir une journée de soutien au journal La Brique dans les locaux du Centre Culturel Libertaire, à Lille. Nous avions programmé le groupe The Gendarme afin qu’il interprète « The Bal de The Police ». Suite à l’écoute de quelques chansons et au visionnage de vidéos sur le net, les membres du collectif du CCL ont jugé les propos du groupe « sexistes et homophobes ». Aux termes d’échanges avec The Gendarme et le CCL, La Brique a préféré annuler sa journée de soutien. On tenait à s’en expliquer.

 Le CCL a exprimé sa position sur le groupe en rédigeant un tract que ses membres allaient diffuser à l’entrée. La distribution de ce tract devait servir à donner leur point de vue sur The Gendarme, sans « censurer » directement le groupe et pour prévenir les critiques que le CCL appréhendait d’avoir à subir.

Nous avons informé The Gendarme des intentions du CCL. Le groupe a préféré ne pas maintenir son concert dans ces conditions, ne comprenant pas comment il était possible de taxer son propos de sexiste et d’homophobe. En dépit de l’annulation du concert, le CCL semblait malgré tout disposé à maintenir la diffusion du tract durant la journée.

Dans un contexte qui aurait sensiblement changé l’organisation, et surtout le sens et la portée de l’événement, nous avons préféré annuler cette journée de soutien.

Pour ce qui est du contenu, le CCL reprochait à The Gendarme, qui parodie la police (leurs vidéos sont sur le web), de ne pas être « drôles » et de développer un humour « beauf » ; estimait que les femmes du groupe, par leur rôle « potiche et potache », renvoient une image dégradante faisant écho à « l’assignation sociale » que les femmes subissent dans nos sociétés patriarcales.

Certaines paroles de certaines chansons évoquent explicitement, par moment, le fait de se prendre un doigt dans le cul pendant une garde à vue, l’introduction d’un bottin entier dans un anus, les viols par sodomie dans l’armée, le symbolisme phallocratique de la matraque.

Il est sans doute illusoire de fixer ce qui serait la « bonne » interprétation de ce que propose The Gendarme, et le mieux est encore que chacun se fasse sa propre idée sur la question. On ne prétendra pas non plus à proposer une énième théorie sur le rire, ses limites, sur ce qu’il peut dire et à quelles conditions – juste à juger sur pièce.

Pour notre part, nous avions jugé qu’il était d’abord et avant tout question de parodier, crûment, en chansons ; et que les paroles du groupe n’étaient ni sexistes, ni homophobes. Ce n’est pas parce qu’un texte parle de sodomie qu’il est homophobe. Ce n’est pas parce qu’on joue des personnages féminins qui ne sont pas des féministes que cette incarnation devient sexiste ou dégradante pour les femmes. Mettre en scène le phallocratisme policier ne revient pas non plus à l’endosser.

Sur le fond, nous n’avons rien à redire à ce que le CCL conserve un droit de regard sur les enjeux politiques de ce qui peut se jouer en son sein, au contraire. On se dit malgré tout, et au-delà du cas de The Gendarme, qu’une discussion sur la réception de ce que propose un groupe parodiant la police peut se faire en dehors des formes officielles du « tract » et de la justification systématique.

Ce qui reste ennuyeux dans cette histoire, c’est qu’il semble que pour pouvoir organiser quelque chose au CCL, le fond et les formes d’expression doivent être policés de manière à ce que tout corresponde aux codes en vigueur entre ses murs. Au risque de se retrouver entre personnes politiquement et socialement uniformes. Et de rejouer en permanence une forme d’entre-soi dont beaucoup ressentent aujourd’hui les limites.

Nous présentons nos excuses à toutes les personnes qui s’étaient mobilisées pour cette journée.

On espère les revoir au plus vite, et on vous promet : ça va envoyer !

Le collectif du journal La Brique

Rechercher

logo jemabonne

En brèves

  • Va-t-on nous ravir Le Ravi ?

    Cet hiver, le journal satirique provençal sortait une enquête sur l'Office départemental d’éducation & de loisirs du Var (ODEL). Le Ravi y révèle que les cadres de cette asso' de loi 1901, arrosée par les pouvoirs publics, touchent de beaux salaires : on en voit même un émarger à 177 625 euros...

    Lire la suite...

  • Bastamag fait la nique à Bolloré

    En 2012, Bastamag publie un papier sur l'accaparement des terres agricoles en Afrique, en Amérique latine et en Asie. Parmi les investisseurs : le « groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin ». Cette dernière « gère des plantations d'hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en...

    Lire la suite...

  • Lettre ouverte des étudiant.es dubliné.es

    "Nous sommes des étudiants exilés inscrits dans les différentes facultés de Lille sur ses 3 campus : Cité scientifique, Pont de bois et Moulins. Nous ne sommes pas dans le programme Pilot de l’Université de Lille. Notre demande d’asile a été enregistrée par la Préfecture en procédure...

    Lire la suite...

  • La Brique n°54 sur les ondes

    Le jeudi 29 mars, La Brique présentait son dernier numéro "L'erreur est urbaine", au Alt'O Post à Fives. Cette présentation a été réalisée en présence de l'APU Fives ainsi que de la maman de Sélom. Ce dernier a été happé par un TER avec son ami Matisse, alors qu'ils fuyaient une brigade de police....

    Lire la suite...

  • 10 Avril - Faidherbe doit tomber

    Le 10 avril prochain à la MRES, le collectif Afrique, Survie Nord, le FUIQP 59/62 et l'Atelier d'Histoire critique lanceront officiellement leur campagne "Faidherbe doit tomber". L'objectif, à l'image des campagnes états-uniennes de l'été dernier visant à déboulonner les statues des généraux...

    Lire la suite...

  • Les Pimkie piqué.es au vif !

    Le 8 janvier dernier, le groupe Mulliez annonçait profiter de la nouvelle loi Macron visant « à simplifier l'embauche » pour supprimer des postes dans l'une de ses entreprises : Pimkie. Grâce aux ordonnances Macron, c'est au total 208 suppressions de postes qui étaient annoncées, et 37 fermetures...

    Lire la suite...

  • Pour les FFOC, cétacé !

    Les femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC, ceci n'est pas une blague) étaient devant le commissariat central de Lille le 7 janvier dernier pour dire non, non et non aux policier.es victimes d'agressions. Si peu de temps après que Sélom et Matisse soient morts en fuyant la police, La Brique a...

    Lire la suite...

  • COMMUNIQUÉ DU COLLECTIF DE RÉSISTANCE À LA SÉLECTION

    A la suite de l'Assemblée Générale de lutte contre la sélection (25/01/2018) L'Assemblée Générale qui a eu lieu ce jour contre la sélection à l'université, et plus largement contre le plan étudiant, a réuni une centaine de personnes. Elle nous a permis de revenir en détail sur toutes les réformes...

    Lire la suite...

  • Soutenez la presse libre

    Ce qu'il faut défendre ! Alerte ! Le mensuel marseillais (national) CQFD est en galère. Avec la suppression de leurs deux emplois aidés et la baisse lancinante de leurs ventes en kiosque et par abonnement, le canard au chien rouge a besoin de soutien pour poursuivre son combat. "Pas de sub ni de...

    Lire la suite...

  • La Brique sur les ondes

    La Brique, notre journal sans peur, sans reproche, sans publicité, sans subventions, sans concession était sur les ondes de Radio Campus Lille le 23 décembre 2017. Interview depuis un des petits salons du Casinos Barrière, on fait le point sur le numéro 52. Pour écouter l'émission, c'est par ici...

    Lire la suite...